Marcos Llorente, le Real dans la peau

À l’heure d’affronter son Real Madrid formateur, samedi, Marcos Llorente s’est déjà affirmé comme l’un des cracks en devenir de la Liga. Mais plus encore que ce statut d’espoir, le jeune Madrilène espère perpétuer l’héritage familial de son grand-oncle et légende madridista, Paco Gento.

Modififié
898 12
Le Camp Nou fait grise mine. Pour la seconde sortie à domicile de ses poulains, l’antre blaugrana se désespère à la vue du tableau d’affichage. Battu par le promu Alavés (1-2), le FCB délaisse ses premiers points dans la course au titre et aperçoit le Real Madrid se faire la malle. Plus encore que ses coéquipiers, Marcos Llorente, sentinelle du onze de Vitória, vit ce succès comme un rêve. « C’est clair que cette victoire au Camp Nou a encore meilleur goût en étant madridista, rejoue le longiligne milieu de vingt et un ans dans les colonnes de Marca. Depuis tout petit au Real, le Barça est l’adversaire à battre dans toutes les catégories, et franchement, je n’aurais jamais pensé gagner au Camp Nou. » Du rêve à la réalité, le canterano de la Fabrica devient, pour son premier exercice en Liga, l’une des révélations du championnat. Des débuts canon qui ne passent pas inaperçus dans les bureaux du Santiago Bernabéu, là où les nombreux conseillers de Florentino Pérez le pressent de faire revenir de son prêt la pépite Llorente. D’autant plus que descendant de Paco Gento, légende et président d’honneur du Real Madrid, c’est un sang 100% merengue qui coule dans ses veines.

L’héritier d’une longue lignée dorée


Enfin, pas tout à fait, puisque son paternel, Paco Llorente, formé dans la cantera merengue, a un temps porté la liquette de l’Atlético. Les photos où il apparaît avec les couleurs rojiblancas ne plaisent pas forcément à sa progéniture. «  De l’Atlético, putain... Cela faisait dix ans que j’étais né. Je n’aime pas ça, pas du tout. Je ne m’imagine pas à l’Atlético, je serai toujours de blanc vêtu » , blague-t-il devant un parterre de journalistes hilares dans la rédaction de Marca. Cette infidélité reste tout de même anecdotique dans une famille qui compte pas moins de huit membres étalés sur trois générations ayant porté le maillot blanc immaculé. De ces grands-oncles du côté paternel Paco, Julio et Antonio Gento, tous un temps joueurs de l’équipe première du Real, jusqu’à ses oncles Julio, José Luis et Toñin Llorente, ces deux derniers basketteurs de la section madridista, en passant par son grand-père maternel, Ramon Grosso, il se veut l’héritier d’une longue lignée d’adorateurs de la Casa Blanca. « Dans ma famille, j’ai plusieurs sportifs d’élite, cela m’aide beaucoup, car ils savent comment cela se passe au Real, c’est un grand avantage » , analyse-t-il.


« De fait, avec mon oncle Julio, nous voyons mes matchs plusieurs fois pour corriger mes erreurs. À la maison, on m’a appris à gagner avant que j’intègre le Real Madrid. On ne parlait que de football, surtout avec mon grand-père Ramon. Désormais, cela ne m’arrive plus, mais quand j’étais petit, je pleurais quand le Real perdait. Je ressens le football d’une manière particulière depuis tout petit.  » Forcément, être la relève de la plus grande famille de footballeurs qu’ait connue la Maison-Blanche s’accompagne d’une pression accrue. D’autant plus que, comme il l’avoue de son propre chef, son niveau dans les catégories inférieures du Real laissait à désirer. Trop frêle, pas assez dur sur l’homme, il conserve un statut de remplaçant jusqu’à son arrivée avec les U19 B. La rencontre avec Fernando Morientes, son coach d’alors, est un tournant dans sa jeune carrière : « Cette année-là, j’ai commencé les trois premiers matchs dans les gradins, alors je me suis mis à travailler seul. Ça m’a permis de prendre beaucoup de force, et à partir du sixième match, je ne suis plus sorti du onze. C’est là que tout a changé. »

Paco Gento : « Il est meilleur que moi à son âge »


Le changement est radical, brutal. Car en l’espace de deux exercices, celui dont l’avenir à la Fabrica s’assombrissait de jour en jour devient l’un des porte-étendards de la formation madrilène. Élégant milieu de terrain dont le modèle répond au nom de Xabi Alonso, il gagne en taille, en musculature et en intelligence de jeu. Autant de critères qui lui permettent d’enregistrer une première apparition avec l’équipe première alors dirigée par Rafa Benítez. L’ascension est fulgurante, les flashs commencent à crépiter, mais Marcos, également baptisé en interne « le Busquets de la Fabrica » , peut compter sur les conseils avisés de son aïeul Paco Gento, qui « me dit sans cesse de travailler et de rester humble » . Pour autant, le joueur le plus titré de l’histoire du foot se veut le premier fan de Marcos : «  Il est meilleur que moi à son âge et doit triompher. Il peut devenir un grand joueur du Real Madrid. » Une analyse que partage le board madrilène ainsi que Zidane, qui aurait aimé le rapatrier dès cet hiver et le transformer en doublure de Casemiro. Reste qu’en ce samedi après-midi, l’entraîneur du leader de la Liga pourra jauger de visu les progrès de la prochaine sentinelle du Bernabéu.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Donc le Real va se pointer sans milieu def alors que son milieu def remplacant joue en face, logique made in Real Madrid!
Magnifique histoire familiale qui j'espère se terminera par une longue et belle carrière pour lui dans son Real.

Sinon la plus belle histoire de la journée, c'est quand Ronaldo R9 annonce que le but mythique qu'il a mis face à Compostela, il aurait préféré le mettre avec le maillot du Real. El puto amo.
AtlanteanKodex Niveau : District
Il me semblait qu'il avait une clause dans son contrat l'empêchant de jouer contre le Real cette saison, mais je me trompe peut-être...
je vois que tu m'as devancé. A ma décharge, aucun commentaire ne s'affichait lorsque je postais le mien.
Il faut vraiment faire quelque chose là sofoot, les com' qui disparaissent comme ça, on se croirait dans un film de magicien.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Ca m'est arrivé pas mal de fois, je crois qu'il faut cliquer sur "charger les commentaires" pour être sûr de les voir apparaître.
Sinon petite question : c'est moi ou sur l'appli android So Foot, on ne voit pas les réponses à un com ?
Ce commentaire a été modifié.
Disons que le site rame à mort depuis quelques temps, c'est plus possible de cliquer sur charger puisque ça n’apparaît plus. La seule solution que j'ai trouvée jusqu'ici c'est de poster un nouveau commentaire pour voir les autres apparaître.

Concernant l'appli, c'est tout à fait ça, les messages cités n'apparaissent plus.
3 réponses à ce commentaire.
"Reste qu’en ce samedi après-midi, l’entraîneur du leader de la Liga pourra jauger de visu les progrès de la prochaine sentinelle du Bernabéu."

Sauf qu'en raison d'une clause insérée dans son contrat, Marcos Llorente ne pourra pas jouer avec Alavés contre le Real Madrid cette saison!
Faudra donc attendre l'année prochaine pour espérer le voir fouler la pelouse du Santiago Bernabeu mais sous la tunique...blanche!
Je voulais vous dire que Marcos ne jouera pas contre le Real car comme pour la majorité des joueurs prêtés par le club il y a une clause qui les interdits de jouer contre leur club formateur.
L'interdiction de recrutement de Madrid peut faire du bien mine de rien.
Le retour de Marcos et de Vallejo et les récentes prolongations des joueurs vont suffire pour la saison prochaine.
Si je me trompe pas, il y'a également une clause pour que Marcos puisse revenir en Janvier. Un remplaçant à Casemiro, je prends !
Madridista joven Niveau : District
Je ne connais pas les conséquences de l'interdiction de recrutement, mais faudrait voir si ca comprends les joueurs de Castilla et les prêts, sinon le jeune Llorente ferait un bien fou au milieu de Real, permettant de faire souffler Casemiro et pouvoir aligner quelqu'un même dans les matchs de moindre importance.
L'interdiction ne concerne pas les joueurs prêtés ni les joueurs de la Castilla.
Faites pas attention à ce com'
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
898 12