Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Paris Saint-Germain

Marco Verratti à Paris, oui mais…

Ça y est, Marco Verratti débarque au PSG. Nouveau Pirlo ou pas, le choix est révélateur quant à la stratégie des dirigeants parisiens. Et elle ne va pas forcément dans le sens que souhaitaient les amoureux du club de la capitale.

Modififié
Verratti, génie ou imposture ?

Le Paris Saint-Germain a décidé de miser onze millions et quatre de bonus sur un milieu de terrain italien de 19 ans dont le seul fait d’armes est une excellente saison de Serie B avec Pescara sous les ordres de Zeman. C’est-à-dire un joueur dont on peut attendre tout et n’importe quoi. Certains parlent du prochain Pirlo, de cent soixante-quatre centimètres de vision du jeu et de toucher. D’autres disent que ce n’est qu’un créateur positionné au centre du jeu d’une équipe coachée par Zeman, c'est-à-dire un type dont le niveau ne peut absolument pas être évalué. Qu’on se le dise tout de suite, pour ce PSG aux fonds illimités, le risque est faible. Même à douze millions. Verratti s’est fait présélectionner par Prandelli pour l’Euro et le petit Marco a une cote incroyable en Italie pour un si jeune âge. Ainsi, dans le pire des cas, si l’Abruzzais ne s’impose pas dans la capitale, il sera revendu d’ici deux saisons décevantes à la Juve ou l’Inter pour cinq ou six millions. Au mieux, Verratti dictera le jeu parisien durant de belles années avant de faire un probable retour au pays pour une grosse somme. Il n’y a donc (presque) rien à perdre. Quand on a de l’argent, et Paris en a, c’est le genre d’affaires que l’on peut et que l’on doit oser.

Et Chantôme, c’est du poulet ?

Reste à savoir quel rôle attend le piccolo Marco au sein du système d’Ancelotti. Pour le moment, voici la liste des milieux de terrain en concurrence pour une place dans le milieu à trois de Carletto : Motta, Sissoko, Matuidi, Bodmer, Chantôme, Pastore. Soit six milieux pour trois postes, ce qui n’est ni trop, ni trop peu. Les postes sont doublés et, avec les blessures passées récurrentes (et suspensions) d’un Motta ou d’un Sissoko, c’est plutôt bien pensé. On imagine donc bien Ancelotti placer progressivement Verratti au centre de ce milieu, épaulé par deux gardes du corps chargés de le protéger, à la façon d’un quarterback. Cela pourrait prendre quelques mois, voire quelques années, mais à terme, l’idée est là. À Pescara, ses ouvertures dans le dos des défenses italiennes ainsi que ses variations de jeu ont fait des merveilles : c’est indéniable, le gamin est très doué, et Paris fait peut-être le coup du siècle. En faisant venir une jeune pépite d’un autre pays, on a du mal à s’empêcher de penser que les Qataris rêvent de faire avec Verratti ce que le Barça a fait avec Messi (sachant qu’en Italie, on est encore un espoir à 25 ans, c’est un peu comme si Verratti avait 13 ans, non ?). Mais quid de Pastore dans l'axe ?

Au vrai, celui qui devrait a priori sauter et laisser sa place au jeune italien est donc Clément Chantôme. Et c’est là que surgissent les problèmes. Chantôme a longtemps représenté les espoirs du Parc. Le type de la maison qui était censé porter très haut les couleurs de la formation parisienne. Ce milieu box to box qui joue avec du sang, de la sueur et des larmes. Celui qui, formé face aux puissants milieux défensifs de la Ligue 1, s’est fait un nom grâce à sa grinta et son jeu stakhanoviste. Sergueï Chantôme, quoi. Mais la réalité est implacable : le PSG préfère aujourd’hui miser douze millions sur un jeune inconnu venu d’une autre planète (la Serie B) que l’on surnomme « Le Hibou » et, quelque part, c’est sacrément dommage. On commençait à s’en douter, mais Chantôme ne sera donc, sans doute, jamais le Steven Gerrard du Parc.

La question de l’identité parisienne

Tout grand club a besoin d’une identité forte, et Paris a déjà paumé une bonne partie de la sienne avec la disparition des virages. On peut aujourd’hui affirmer que le tournant pris par le mercato parisien semble vouloir dire que ce PSG sera finalement bien déconnecté de ses racines, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur car, lorsque l’on signe les tout meilleurs joueurs de la planète, au Real ou à Paris, il ne doit pas y avoir de « mais » . Faire venir Thiago Silva et Zlatan Ibrahimović, cela relève du chef-d’œuvre. Mais pour le pire aussi car, lorsque l’on choisit de donner du temps et de l’argent à un espoir étranger plutôt qu’à des joueurs confirmés de la maison (Bodmer, Chantôme), on prend le risque de s’éloigner un peu plus de ce qu’est le PSG : le club de Paris, mais surtout des Parisiens. La principale marque identitaire de Paname était son public. Grandiose, vibrant, cosmopolite et passionné, il faisait venir les touristes et fascinait les experts. Aujourd’hui, le Parc n’est plus le même, le staff est tout neuf, l’équipe est toute neuve et le jeu est tout neuf. S’ils ne sont pas responsables de ce qu’est devenu le Parc, à vouloir tout recommencer à zéro, les Qataris semblent oublier la raison qui les avait fait venir : la passion.

Voir Lavezzi jouer avec la Tour Eiffel sur le cœur, c’est beau. Mais c’est surtout tout nouveau. Et si ce PSG entre dans une nouvelle dimension, la direction que prend son mercato semble montrer que l’équipe construite par Leonardo entrera dans l’histoire plutôt en tant que Parigi qu’en tant que Paris. Donnez-lui le nom que vous voulez : Paris Italy, Pizza Paris, Pasta Paris, Paris-Santo-Germano. Mais avec Thiago Silva, Sirigu, Motta, Verratti, Lavezzi, Sissoko, Pastore, Maxwell, Ménez et Ancelotti sur le banc, il ne faut pas nous faire croire que l’on parle français sur le terrain. Et cela n’a finalement rien d’étonnant : Leonardo a ses contacts et la Serie A reste le championnat qu’il connaît le mieux, tout comme Ancelotti. D’ailleurs, cela n’est pas « mauvais » en soi et la Ligue 1 a des choses à apprendre du Calcio A. Mais cela n’enlève rien au fait que cette équipe est à présent nouvelle et différente de ce que l’on pouvait attendre. Et ses victoires seront donc accompagnées par un sentiment nouveau, et différent. Le PSG de Sakho, Chantôme, Jallet, Nene et Bodmer aurait pu être beau, lui aussi. Ici, c’est encore Paris ?


À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible