En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es de finale
  3. // PSG/Chelsea (1-1)
  4. // Les notes

Marco Prince !

Funky tout au long de la rencontre, Marco Prince Verratti a éclaboussé la rencontre de son talent. Souvent chahuté, Cavani a fait vibrer le Parc des Princes malgré tous les efforts de Thibaut Courtois.

Paris Saint-Germain


Sirigu (5,5) : Il a choisi de ne pas plonger sur un but créé par trois défenseurs, et ça, c'est sport.

Van der Wiel (4,5) : La cinquième roue du carrosse. La quatrième roue du tricycle. Le quatrième œil de Ten Shin Han. Le sixième frère Jackson. La troisième Destiny's Child. Le truc en trop, quoi.

Marquinhos (6,5) : Un match sérieux. Son seul raté ? Sa prière pour que Van der Wiel réussisse son match pour qu'il soit débarrassé du poste de latéral droit.

Thiago Silva (6,5) : Dingo a mangé Pat Hibulaire.

Maxwell (6) : L'avantage quand on donne l'impression de jouer en costard, c'est que même quand on se fait recaler de temps en temps, on garde toujours la tête haute. Oui, rebondir, c'est possible.

David Luiz (7) : Si le PSG était un appartement d'étudiant se nourrissant uniquement de pâtes et de quignons de pain, alors David Luiz est ce clic-clac encombrant. Oui, celui qui plombait le studio jusqu'à ce qu'on le foute à la bonne place. Merci Valérie Damidot.

Verratti (8,5) : Tacle et râteau. Qui va s'en prendre un, qui va s'en prendre un. Marco Prince est l'homme qui a ringardisé Magloire et qui a transformé Canal+ en Fun TV. Ça change de l'affiche du dimanche soir.

Matuidi (7) : Le plein de percussion pour fêter le carnaval de Rio. Il s'est même déguisé en Lucas de temps à autre pour fêter ça.

Cavani (7) : Zlatan lutte contre la faim dans le monde, Cavani prouve que l'on peut réussir malgré la maltraitance au sein d'un groupe.

Lavezzi (6) : Des courses pour rester chaud, des petits coups francs.

Ibrahimović (5,5) : 50 enfants se seraient tatoué le nom de Zlatan Ibrahimović pour lutter contre ses difficultés dans les gros matchs de Ligue des champions. Touchant.

Pastore (non noté) : Un homme qui entre dans un sex shop la tête haute, sans se cacher. Javier n'avait que dix minutes et il était là pour prendre du plaisir. Et tant pis si rien n'a marché.

Chelsea FC


Courtois (7) : Sans lui, Mourinho serait reparti aux vestiaires avant la fin du match, et Chelsea aurait dû rapatrier Demba Ba de Turquie pour le match retour. Toujours est-il qu'encaisser un but de Cavani, ça va le forcer à acheter un casque de rugby pour se faire passer pour Petr Čech à l'entraînement demain, et ça, c'est rude.

Ivanović (5,5) : Cours, cours cours cours, cours cours cours, tacle-tacle. Cours, cours cours cours, cours cours cours, tacle-marque. Un Branislava Boys.

Cahill (4) : Tellement mal à l'aise d'avoir réussi une passe décisive en aile de pigeon qu'il s'est senti obligé d'oublier Cavani sur le but parisien.

Terry (6) : Pendant que Courtois, le plombier de service, a comblé les fuites de la défense des Blues, John, lui, a joué l'ancien en coupant les trajectoires et en cassant le jeu. Terry Hacheur.

Azpilicueta (6,5) : César, ceux qui vont courir te saluent. Impossible à suivre sur son côté, il a multiplié les déboulés et le travail défensif sérieux. Il ne lui manquait que le but à célébrer façon Drogba devant le public du Parc des Princes pour passer la soirée parfaite.

Matić (5,5) : Marco mangea Matić > Nemanja Matić.

Ramires (7) : La puissance et la maîtrise dans le même corps d'un lâche qui met la gomme. Pirelli l'a dans l'os.

Fàbregas (6) : Des gestes, de l'allure et de l'envie, mais pas de Diego Costa. Dommage.

Willian (4) : Une mauvaise imitation de lui-même. Willian Foly.

Hazard (4) : Du temps à quatre pattes, puis des accélérations courtes et vaines. Un 100 mètres de Martial Mbandjock. Ou un rapport sexuel avec un homme mal doté, c'est selon.

Diego Costa (3,5) : Pour faire peur à Thiago Silva, il fallait un Allemand. Pas un fou au physique inquiétant.

Cuadrado (non noté) : Entré pour se faire manger. Et quelque part, c'est raccord avec les Curly qui lui servent de cheveux.

Oscar (non noté) : Oscar Sisto > Oscar si tard.

À lire : le compte-rendu du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9