En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Guingamp-PSG

Marçal hombre !

Il est l’une des révélations de cette première moitié de saison en L1 : Marçal, latéral gauche guingampais déniché en fin de mercato en provenance de Benfica. Le Brésilien aux quatre passes décisives contribue grandement à la forme séduisante de l’EAG, un club qui aimerait bien pouvoir le conserver au-delà du printemps prochain malgré son actuel statut de joueur prêté sans option d’achat...

Modififié
« Si son bilan est satisfaisant ? C’est même plus que ça ! On se situe pour l’instant au-dessus des espérances qu’on avait en le faisant venir ici. C’est une vraie surprise. » Stéphane Carnot n’est pas du genre à cacher son étonnement. L’ancien milieu offensif de l’EAG, reconverti dans la cellule de recrutement du club, est l’un de ceux qui ont contribué à faire venir Marçal en Bretagne. L’idée ? Dénicher un titulaire sur le flanc gauche de la défense guingampaise. « Et attention, c’est sacrément difficile à trouver, un bon latéral aujourd’hui, poursuit le scout, désormais au service d’Antoine Kombouaré. On avait Dorian (Lévêque), mais le souci avec lui, c’est qu’il a souvent des pépins, ce qui fait qu’il n’est pas régulier dans les performances. Il alterne les très bonnes périodes avec des blessures. »


Sa doublure jusqu’à présent était Reynald Lemaître, sauf que depuis son arrivée en Bretagne en 2013, l’ancien Nancéien n’a jamais semblé en mesure de se distinguer autrement qu’en dépannant. Le flanc gauche de la formation guingampaise avait donc un souci de fiabilité, entre un titulaire supposé trop souvent blessé et son remplaçant un peu juste pour la L1. C’est la raison pour laquelle le 18 août, Marçal est arrivé. « On le connaît depuis trois ans, du temps où il s’est révélé en première division portugaise (avec le Nacional Madère, son club entre 2012 et 2015, ndlr). Bon, en revanche, c’est vrai qu’on l’a moins suivi la saison dernière en Turquie... »

Un plan B actionné après le refus de Lenjani


Après Madère, Fernando Marçal de Oliveira de son nom complet a signé au prestigieux Benfica Lisbonne à l’été 2015, mais il a été prêté dans la foulée une première fois à Gaziantepspor. En Süper Lig, malgré quelques pépins physiques, dont une blessure musculaire à la cuisse, le natif de São Paulo gratte vingt et une titularisations au sein d’un club qui réussit son opération maintien. Mais de retour à Lisbonne, il se rend vite compte que son avenir reste bouché à un poste où figurent déjà Alejandro Grimaldo et le vieux Eliseu. Alors il faut se résoudre à partir, encore. C’est là que Guingamp intervient. Le 14 août pourtant, un autre latéral gauche devait débarquer dans les Côtes-d’Armor en la personne d’Ermir Lenjani, mais malgré l’accord trouvé entre l’EAG et le Stade rennais, l’Albanais refuse ce transfert. Un transfert avorté que ne doivent pas regretter les supporters guingampais aujourd’hui...


Dans l’urgence, Stéphane Carnot décide en tout cas de passer au plan B, et Marçal débarque le 18. Il se souvient : « Trois jours après, c’est le premier match de la saison contre Marseille, et Antoine le titularise, pas le choix (lors du nul 2-2 obtenu à Monaco lors de la première journée, c’est Angoua qui avait été placé latéral gauche par défaut en l’absence cumulée de Lévêque et Lemaître, ndlr). Et il a été épatant, vraiment. Le gars venait d’arriver, mais on avait l’impression qu’il était là depuis trois ans ! » L’OM est battu 2-1 avec une performance majuscule de la nouvelle recrue guingampaise, aux montées incessantes sur son flanc gauche, montrant déjà une bonne entente avec ses nouveaux partenaires et une force de caractère indéniable, n’hésitant pas à haranguer le public dans les dernières minutes. « Ce qui est fou, insiste Carnot, c’est qu’il n’avait quasiment pas fait la préparation avec Benfica. À cause d’un problème au mollet, il n’avait joué que 45 minutes pendant l’été. »

« Bien sûr, on a envie qu’il reste »


Arrivé seul en Bretagne, Marçal fait rapidement venir sa famille et trouve ses marques, bien aidé par le gardien remplaçant Romain Salin, lusophone débarqué quelques semaines plus tôt du Portugal, où il vient de passer les six saisons précédentes. « Pour l’administratif, la paperasse, l’inscription à l’école, tout ça, Romain nous a bien aidés, souffle Carnot. Aujourd’hui, Marçal se débrouille un peu en français. En foot, vingt à quarante mots peuvent suffire pour communiquer avec ses coéquipiers étrangers. En plus, il passe très bien dans le vestiaire, humainement aussi c’est une réussite, il est tranquille ici. » Et ses performances s’en ressentent, avec quinze titularisations sur seize possibles (un match de suspension purgé lors de la défaite 0-1 concédé par Guingamp lors du derby à Rennes), pour quatre passes décisives et un penalty provoqué lors de la victoire 1-0 face à Lorient en septembre.


Latéral très offensif, Marçal contribue grandement à la belle première moitié de saison des Guingampais, lesquels ont retrouvé avec Kombouaré un jeu plus porté sur la latéralité et la multiplication des centres devant le but. « Marçal, Lévêque, Ikoko (arrivé lui aussi cet été, ndlr), Martin Pereira : on a quatre bons centreurs, sans compter nos attaquants excentrés  » , énumère Stéphane Carnot, qui voit encore deux axes d’amélioration chez le Brésilien de vingt-sept ans : « Travailler encore défensivement et mieux finir ses actions offensives, car on sent qu’il n’est pas loin parfois de se retrouver aussi à la finition et plus seulement à la passe. Mais je retiens surtout le positif avec sa grande lucidité dans les choix de passe, de centre ou d’accélération.  » De quoi convaincre Guingamp, qui ne bénéficie pas d’option d’achat, de vouloir le garder au-delà de cette saison ? « Bien sûr qu’on a envie qu’il reste, affirme le recruteur costarmoricain, même si on sait qu’avec la demi-saison qu’il vient de faire, on ne doit pas être le seul club intéressé. Mais c’est à l’étude, on va voir si c’est faisable...  »

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Tony Chapron est en arrêt maladie 9
il y a 5 heures Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 14 il y a 6 heures Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:48 Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 Hier à 12:17 La panenka ratée de Diego Castro en Australie 19 vendredi 16 février Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement vendredi 16 février Suivez SoFoot.com sur Facebook vendredi 16 février Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 8