1. //
  2. // Match de charité

Maradona-Veron, un clash le jour d'un match pour la paix

Modififié
3k 13
C'est l'éternel débat : pour ou contre la paix dans le monde ?

Diego Maradona et Juan Sebastian n'ont pas eu le temps de se poser cette question, ce jeudi soir à Rome lors d'un match caritatif. Les deux retraités argentins avaient répondu à l'appel de leur compatriote, le pape François, afin de disputer un match pour la paix dans le monde auxquels étaient également conviées des légendes tels que Ronaldinho, Crespo, Cafu ou Rui Costa.

Mais la soirée a tourné au vinaigre balsamique au coup de sifflet final, quand le ventre de Diego s'est agité dans tous les sens. « El pibe de oro » s'est alors rapproché de Veron, lui distribuant quelques mots d'amour de manière à faire monter la température. Diego a deux bonnes raisons d'avoir essayé d'en découdre avec l'ancien milieu de terrain de Manchester United : le chauve aurait refusé de lui serrer la main plus tôt dans la partie et, surtout, la légende rondouillarde a toujours estimé que Veron était responsable de son éviction de la Fédération argentine il y a quelques années. « Je ne fais pas le con moi, je dis les choses en face » , entend-on grimacer Maradona, retenu par des membres de la sécurité.

Reste une thèse, qui dit que les deux Argentins ont fait tout ça uniquement pour éclipser la vraie info de ce match de bienfaisance : la présence, au milieu de ce paquet de légendes, de Frédéric Kanouté.


MP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

medyassineabd Niveau : DHR
je ne sais pas comment ressemblerait la toile sans les decla/frasques de Diegito
t'es un genie
et on t'aime surtout
Va leur dire à Nervion que Kanouté n'est pas une légende.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 3
Bouleversant.

J'imagine que certains habitués de l'évidence vont encore se défoncer l'omoplate à enfoncer une porte ouverte : Diego est détestable, quelle fatuité, quel manque de respect, quel égo foireux, les vieilles gloires vraiment c'est des connards, on préférait quand ils étaient jeunes, ils étaient déjà des connards mais ils étaient jeunes alors ça s'excuse un peu.

Ce que ce mec fait là, c'est bouleversant.

Mettez-vous deux secondes à sa place. Non, en fait, vous mettez pas à sa place, parce que vous ne pourriez pas le supporter.

Ce mec s'abîme dans les grandes largeurs. Tout son talent, jadis tourné vers la Joie, il le canalise aujourd'hui pour vandaliser l'idole qu'il a été.

C'est une évidence. Diego se déteste depuis qu'il n'est plus le Pibe. Sa capacité d'autodestruction, de masochisme, le raffinement qu'il met à massacrer sa propre figure, est la conséquence logique de son statut de dieu à la retraite.

On ne met pas Dieu à la retraite. La perpétuité du 7ème jour, c'est pire que le supplice de Sisyphe. Quand tu as incarné l'essence de ton peuple, l'odeur de ton peuple, quand le moindre geste que tu as esquissé a fait frissonner tout ton peuple, tu ne peux pas partir comme ça, avec tes indemnités et ta villa aux Bahamas.

Cette figure idéale, cette figure qui fédérait tout ton monde, ne peut pas disparaître. Autrement tout ton monde s'effondre.

Sauf que t'es plus le Pibe. T'es le même mec à l'intérieur, la même intensité continue de te dévorer, sauf que ton corps a pris de l'âge.

T'es plus une idole, t'es une relique.

Humainement, c'est pas viable. Impossible de redescendre au niveau des humains, c'est une chute pire que la mort, d'être destitué de ton aspect sacré.

C'est fou à dire, mais l'égo de Diego Armando Maradona ne lui appartient plus.

Son peuple lui a volé son égo. Son peuple l'a pillé jusqu'à la moelle. Son propre égo ne lui appartient plus.

La logique humaine voudrait qu'il tourne schizophrène.

Et pourtant non, le mec est admirablement logique. Un match pour la paix, organisé par le Pape. Argentin lui-même.

Et Diego fout tout en l'air. Il se massacre, il se montre lamentable. Il se rend détestable.

J'ai un amour fou pour cet homme parce que c'est - et je pèse mes putains de mots - un martyr.

Du temps de sa splendeur, il fût un feu-de-joie. A présent, c'est un holocauste permanent.

Cet homme est un incendie humain et c'est nous - espèce idolâtre - qui avons allumé la mèche.

Alors regardons-le brûler.
Note : 1
Tout ça parce qu'il a essayé de dire ces 4 vérités de face?

Match pour la paix. Je veux bien c'est un beau titre mais n'exagérons pas non plus la portée de l'événement qui n'est qu'une soirée d'anciens diplômés du ballon rond.

Diego est humain avec ses bons et mauvais côtés.
Totti Chianti Niveau : CFA
Note : 5
Tu as magnifiquement expliqué la chose.
La chose étant Maradona bien sûr.
Merci.

Il fallait bien Garrincha pour cela.

Justement, il faut comprendre la déchéance de Dieu.
Comme tu le dis si bien, Ego, pression insupportable.
Grâce à Maradona, on assiste à la grandeur et à la décadence d'un Dieu.
Les Dieux Romains à lui tout seul.
(je n'allais pas dire "Grecs", vous comprenez)

Dans un sport où les meilleurs interprètes étaient toujours brésiliens est arrivé un jour un petit génie argentin.
Argentin quoi! Imaginez-vous la pression sur ses frêles épaules?
Kempes était grand mais n'était pas un génie.
Rien de comparable à Garrincha et Pelé.
La réponse aux talents brésiliens étaient enfin là.

On a donc placé tous les espoirs d'un peuple sur les frêles épaules d'un petit lutin malicieux que l'on a vu jongler, dribbler, s'amuser dès son plus jeune âge.
Bien avant, les prodiges de la génération Internet, il y avait déjà Maradona!

Sauf que lui, n'était pas un feu de paille, mais le feu tout court!
Il finit par répondre à toutes les attentes de ce peuple en gagnant la coupe du Monde avec ce qui reste à ce jour la plus grande performance individuelle de notre sport.
Attention, performance individuelle rendue possible par un collectif prêt à mourir pour lui. Parce que c'est aussi ça Maradona. Ce charisme animal qui fait que tous ses coéquipiers ont toujours été prêts à mourir pour lui.
On meurt pour Dieu après tout. C'est pas nouveau.

Toutes les frustrations argentines, dont la jalousie, se sont métabolisées en Diego Armando Maradona.
Elles ont créé un monstre.
Elles ont créé un Dieu.

Et sa rencontre avec Naples et le Napoli était somme toute logique.
L'excès pour l'excès, l'extrême pour l'extrême.
Oui, Naples est la ville la plus extrême d'Europe.
Pour le meilleur et pour le pire.
Certainement la seule ville Sud Américaine d'Europe aussi.
Dire que Naples est une belle ville, forte et attachante ne serait pas lui rendre hommage.
Naples, c'est bien plus que ça.
Naples te prend aux tripes et ne te laisse pas indemne.
Voir Naples et mourir, disait-on.
Voir Maradona et mourir, pourrait-on dire.

"O mamma mamma mamma
o mamma mamma mamma
sai perche' mi batte il corazon?
Ho visto Maradona
Ho visto Maradona
eh, mamma', innamorato son."

(oh maman, sais-tu pourquoi mon coeur bat?
J'ai vu Maradona. Eh, maman, je suis amoureux)

C'est ce que chantaient et chantent encore les Napolitains.
La Mamma, l'amour et Maradona. Tout un programme.

Cet amour n'a pas été à sens unique bien sûr.
Mais n'a pas été sans laisser des traces sur Maradona.
Il ne pouvait pas sortir indemne lui non plus de tout ça.
C'était écrit.
C'est pour cela qu'il s'acharne contre lui-même.
Le feu est trop puissant et il brûle trop fort.
Même pour Maradona.
Même pour un Dieu.

Comme tu dis aussi, c'est beau.
Y a rien de plus à ajouter.
Je me demande bien comment on ne peut pas aimer Maradona.
Ses faiblesses sont aussi attachantes que ses forces.

Je vais laisser la parole à Totti pour conclure ce message.
Pas moi hein, le vrai.
Hier, Maradona a déclaré que pour faire un Totti, il faudrait 40 joueurs.
40 comme les années du Dieu Romain.
C'est vrai, Totti est unique.
Mais le Dieu Romain, dans sa sagesse, a reconnu sa petitesse face au Dieu Universel du football et a répondu :

"Pour faire un Maradona, il faudrait le football".
Il y en a pour qui je suis prêt à payer pour les voir écrire dans SO FOOT.
Avec quelques lignes, vous nous faites aimer le football encore plus qu'on ne l'aime déjà. Et bordel on l'aime déjà fort.

Merci O Alegria et Totti.
Je dirais que ça fait pas mal de temps que Maradona n'est plus une icone dans le coeur des argentins.
Tout du moins, on est loin de l'image que m'en donne les nombreux argentins que je cotoye au jour d'aujourd'hui.
En relativisant mon propos, j'ajouterais qu'il s'agit d'expat' residant a Barcelone, comme moi... je suis pas sur place non plus.
Note : 1
Diego restera l'idole du peuple quoi qu'il se passe , et jusqu'a sa disparition ( le plus tard possible ) !!

Dans sa version contemporaine Messi aurait put l'etre , hélas l'Allemagne ..( Huevos con la seleccion Leo carajoo )

Il faut faire la part des choses entre l'humain ( qui est un idiot ) et le footballeur ( qui avait du génie et l'amour du maillot de son pays comme personne )
Pour ta prose, toujours aussi agréable j'aimerai t'accorder mon +1.
Mais nous forumeurs sofoot (espèce idolâtre) avons allumé les mèches des web master, alors regardons les nous brûler.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Tu m'a foutu les poils, salopiaud.

Un immense merci pour cette superbe chanson de geste.
Franky Rombaldino Niveau : District
Je crois bien que, sur le présent forum, tu es l'unique producteur de ce que l'on peut considérer comme de beaux textes.
10 réponses à ce commentaire.
InspectorNorse Niveau : Ligue 2
Message posté par O Alegria Do Povo
Bouleversant.

J'imagine que certains habitués de l'évidence vont encore se défoncer l'omoplate à enfoncer une porte ouverte : Diego est détestable, quelle fatuité, quel manque de respect, quel égo foireux, les vieilles gloires vraiment c'est des connards, on préférait quand ils étaient jeunes, ils étaient déjà des connards mais ils étaient jeunes alors ça s'excuse un peu.

Ce que ce mec fait là, c'est bouleversant.

Mettez-vous deux secondes à sa place. Non, en fait, vous mettez pas à sa place, parce que vous ne pourriez pas le supporter.

Ce mec s'abîme dans les grandes largeurs. Tout son talent, jadis tourné vers la Joie, il le canalise aujourd'hui pour vandaliser l'idole qu'il a été.

C'est une évidence. Diego se déteste depuis qu'il n'est plus le Pibe. Sa capacité d'autodestruction, de masochisme, le raffinement qu'il met à massacrer sa propre figure, est la conséquence logique de son statut de dieu à la retraite.

On ne met pas Dieu à la retraite. La perpétuité du 7ème jour, c'est pire que le supplice de Sisyphe. Quand tu as incarné l'essence de ton peuple, l'odeur de ton peuple, quand le moindre geste que tu as esquissé a fait frissonner tout ton peuple, tu ne peux pas partir comme ça, avec tes indemnités et ta villa aux Bahamas.

Cette figure idéale, cette figure qui fédérait tout ton monde, ne peut pas disparaître. Autrement tout ton monde s'effondre.

Sauf que t'es plus le Pibe. T'es le même mec à l'intérieur, la même intensité continue de te dévorer, sauf que ton corps a pris de l'âge.

T'es plus une idole, t'es une relique.

Humainement, c'est pas viable. Impossible de redescendre au niveau des humains, c'est une chute pire que la mort, d'être destitué de ton aspect sacré.

C'est fou à dire, mais l'égo de Diego Armando Maradona ne lui appartient plus.

Son peuple lui a volé son égo. Son peuple l'a pillé jusqu'à la moelle. Son propre égo ne lui appartient plus.

La logique humaine voudrait qu'il tourne schizophrène.

Et pourtant non, le mec est admirablement logique. Un match pour la paix, organisé par le Pape. Argentin lui-même.

Et Diego fout tout en l'air. Il se massacre, il se montre lamentable. Il se rend détestable.

J'ai un amour fou pour cet homme parce que c'est - et je pèse mes putains de mots - un martyr.

Du temps de sa splendeur, il fût un feu-de-joie. A présent, c'est un holocauste permanent.

Cet homme est un incendie humain et c'est nous - espèce idolâtre - qui avons allumé la mèche.

Alors regardons-le brûler.


ouais enfin Emmanuel Petit a un Diego dans chaque cheveu et niveau charisme j'en parle même pas
Jed mosly Niveau : CFA2
Message posté par O Alegria Do Povo
Bouleversant.

J'imagine que certains habitués de l'évidence vont encore se défoncer l'omoplate à enfoncer une porte ouverte : Diego est détestable, quelle fatuité, quel manque de respect, quel égo foireux, les vieilles gloires vraiment c'est des connards, on préférait quand ils étaient jeunes, ils étaient déjà des connards mais ils étaient jeunes alors ça s'excuse un peu.

Ce que ce mec fait là, c'est bouleversant.

Mettez-vous deux secondes à sa place. Non, en fait, vous mettez pas à sa place, parce que vous ne pourriez pas le supporter.

Ce mec s'abîme dans les grandes largeurs. Tout son talent, jadis tourné vers la Joie, il le canalise aujourd'hui pour vandaliser l'idole qu'il a été.

C'est une évidence. Diego se déteste depuis qu'il n'est plus le Pibe. Sa capacité d'autodestruction, de masochisme, le raffinement qu'il met à massacrer sa propre figure, est la conséquence logique de son statut de dieu à la retraite.

On ne met pas Dieu à la retraite. La perpétuité du 7ème jour, c'est pire que le supplice de Sisyphe. Quand tu as incarné l'essence de ton peuple, l'odeur de ton peuple, quand le moindre geste que tu as esquissé a fait frissonner tout ton peuple, tu ne peux pas partir comme ça, avec tes indemnités et ta villa aux Bahamas.

Cette figure idéale, cette figure qui fédérait tout ton monde, ne peut pas disparaître. Autrement tout ton monde s'effondre.

Sauf que t'es plus le Pibe. T'es le même mec à l'intérieur, la même intensité continue de te dévorer, sauf que ton corps a pris de l'âge.

T'es plus une idole, t'es une relique.

Humainement, c'est pas viable. Impossible de redescendre au niveau des humains, c'est une chute pire que la mort, d'être destitué de ton aspect sacré.

C'est fou à dire, mais l'égo de Diego Armando Maradona ne lui appartient plus.

Son peuple lui a volé son égo. Son peuple l'a pillé jusqu'à la moelle. Son propre égo ne lui appartient plus.

La logique humaine voudrait qu'il tourne schizophrène.

Et pourtant non, le mec est admirablement logique. Un match pour la paix, organisé par le Pape. Argentin lui-même.

Et Diego fout tout en l'air. Il se massacre, il se montre lamentable. Il se rend détestable.

J'ai un amour fou pour cet homme parce que c'est - et je pèse mes putains de mots - un martyr.

Du temps de sa splendeur, il fût un feu-de-joie. A présent, c'est un holocauste permanent.

Cet homme est un incendie humain et c'est nous - espèce idolâtre - qui avons allumé la mèche.

Alors regardons-le brûler.


Superbe prose, +1 imaginaire.
El vibrator Niveau : Loisir
Message posté par O Alegria Do Povo
Bouleversant.

J'imagine que certains habitués de l'évidence vont encore se défoncer l'omoplate à enfoncer une porte ouverte : Diego est détestable, quelle fatuité, quel manque de respect, quel égo foireux, les vieilles gloires vraiment c'est des connards, on préférait quand ils étaient jeunes, ils étaient déjà des connards mais ils étaient jeunes alors ça s'excuse un peu.

Ce que ce mec fait là, c'est bouleversant.

Mettez-vous deux secondes à sa place. Non, en fait, vous mettez pas à sa place, parce que vous ne pourriez pas le supporter.

Ce mec s'abîme dans les grandes largeurs. Tout son talent, jadis tourné vers la Joie, il le canalise aujourd'hui pour vandaliser l'idole qu'il a été.

C'est une évidence. Diego se déteste depuis qu'il n'est plus le Pibe. Sa capacité d'autodestruction, de masochisme, le raffinement qu'il met à massacrer sa propre figure, est la conséquence logique de son statut de dieu à la retraite.

On ne met pas Dieu à la retraite. La perpétuité du 7ème jour, c'est pire que le supplice de Sisyphe. Quand tu as incarné l'essence de ton peuple, l'odeur de ton peuple, quand le moindre geste que tu as esquissé a fait frissonner tout ton peuple, tu ne peux pas partir comme ça, avec tes indemnités et ta villa aux Bahamas.

Cette figure idéale, cette figure qui fédérait tout ton monde, ne peut pas disparaître. Autrement tout ton monde s'effondre.

Sauf que t'es plus le Pibe. T'es le même mec à l'intérieur, la même intensité continue de te dévorer, sauf que ton corps a pris de l'âge.

T'es plus une idole, t'es une relique.

Humainement, c'est pas viable. Impossible de redescendre au niveau des humains, c'est une chute pire que la mort, d'être destitué de ton aspect sacré.

C'est fou à dire, mais l'égo de Diego Armando Maradona ne lui appartient plus.

Son peuple lui a volé son égo. Son peuple l'a pillé jusqu'à la moelle. Son propre égo ne lui appartient plus.

La logique humaine voudrait qu'il tourne schizophrène.

Et pourtant non, le mec est admirablement logique. Un match pour la paix, organisé par le Pape. Argentin lui-même.

Et Diego fout tout en l'air. Il se massacre, il se montre lamentable. Il se rend détestable.

J'ai un amour fou pour cet homme parce que c'est - et je pèse mes putains de mots - un martyr.

Du temps de sa splendeur, il fût un feu-de-joie. A présent, c'est un holocauste permanent.

Cet homme est un incendie humain et c'est nous - espèce idolâtre - qui avons allumé la mèche.

Alors regardons-le brûler.


Allez mon premier post sur So Foot juste pour marquer mon plaisir d'avoir lu O Alegria!
Sans ces esthètes de la prose dans les commentaires, so foot (sous la forme actuelle) n'aurait pas la moitié de son intérêt.
1 réponse à ce commentaire.
Note : 1
Alors les gars, vous avez savamment retranscris la bulle irrationnelle qui entoure Diego Maradona, cependant j'aimerais faire preuve de tempérance.

Maradona s'est aussi empêtré dans sa vanité, et ce dès sa période barcelonaise. Cette aura mystique, il avait tout loisir de la dégonfler, et les symboles n'auraient été que plus beau ! le message politique de cet Angleterre-Argentine tendrait vers l'universalisme, Naples aurait célébré son joueur autrement qu'en héros paganiste, etc.

Certes cela aurait retiré beaucoup de romantisme au personnage, mais à l'image d'un Che Guevara, beaucoup plus pragmatique et cohérent, il y en avait déjà suffisamment à revendre..

Bref, aussi grand que soit le footballeur, j'ai du mal à rendre héroïque un type qui se morfond dans la coke et la débauche, tout en me vendant une sous-morale vertueuse.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Je crois qu'il y a une faille dans le continuum spacio-temporel !

A nous l'almanach des sports !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Mince tout s'est remis en place !

Y'avait une faille du continuum spacio-temporel, mon message de midi s'était glissé entre les messages de 3 et 4h du mat.

Mais tout s'est remis en place, du coup personne ne va me croire. C'est dommage, ça donnait à ce fil des allures métaphysiques.

En tout cas j'en ai profité pour choper l'almanach des sports 2016/2017.

Bah tenez-vous bien, Rennes va coiffer l'OGCN au poteau et s'accaparer le titre à la dernière journée. Et Boris Becker va gagner l'US Open en double avec Thierry Champion.

Ma fortune est faite, Mc Fly !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 13