1. // Groupe F
  2. // Paraguay/Nouvelle-Zélande

Mannix : « Capable de faire chier les autres »

Simon Mannix, ce n'est pas seulement un nom de capote. C'est aussi un ancien ouvreur des All-Blacks et aujourd'hui entraîneur adjoint du Racing Métro 92. Passionné de football, il revient sur le joli parcours de la Nouvelle-Zélande.

Modififié
0 0
Le parcours de la Nouvelle-Zélande dans cette Coupe du Monde vous surprend-il ?


C'est formidable, tout le pays est derrière les All Whites. C'est une équipe qui arrive à tout accrocher. Les qualifications étaient déjà historiques mais maintenant la Nouvelle-Zélande crée carrément l'exploit de ce Mondial. C'est mémorable pour tout le monde même pour les gens qui ne supportent pas le football et qui sont plus attachés au rugby.

Les valeurs de cette équipe de foot ressemblent-elles aux vertus des All-Blacks ?


Mais c'est ça la Nouvelle-Zélande. Un pays de quatre millions d'habitants situé à l'autre bout du monde. A chaque fois que l'on entre dans une compétition, on écrit l'histoire du sport néo-zélandais. Tu es là pour montrer de quoi tu es capable à la nation toute entière. Voilà, c'est cet esprit que développent les All-Whites et ça ne m'étonne pas du tout. C'est plutôt la qualité de l'équipe et la performance qui me choquent un peu plus. On est toujours capables de faire chier les autres et de revenir au score.

Pensez-vous que les Néo-Zélandais ont les capacités pour battre le Paraguay et donc pour se qualifier pour les huitièmes ?


Non je ne pense pas. Mais je dis ça et je ne nous pensais jamais capables de faire match nul contre l'Italie. Mais il faut toujours y croire et c'est ce qu'on montre sur le terrain. Le nul face à l'Italie ne doit pas tout à la chance. Le résultat est aussi arrivé grâce à un esprit extraordinaire. Peut-être que l'équipe a des manquements tactiques par rapport aux autres nations. Mais je vois vraiment une nation soudée qui souhaite évoluer ensemble. Je croise les doigts pour eux. Je ne sais pas... je pense vraiment que le pays part en couille là (rires). Personne ne nous aurait mis avec 2 points après les premiers matches, c'est juste fabuleux.

Pourquoi l'équipe de foot n'a pas son haka ?


Le haka se fait au rugby à 15, au rugby à 13... et c'est tout. Je pense juste que le foot n'est pas un sport de guerriers, c'est une discipline moins violente que le rugby. Mais bon, ça me ferait plaisir à moi et à tout le pays si les joueurs entamaient un haka à la fin de la rencontre. On en parle entre nous et ça commence à filtrer un peu au pays. Mais bon, on verra bien après la rencontre.

Quelles sont les retombées médiatiques de ce bon parcours en Nouvelle-Zélande ?


Elles sont énormes. Vous voulez un exemple ? En ce moment les All Blacks jouent leur tournée estivale à domicile. Ils ont tapé le Pays de Galles mais tout le monde parlait de l'exploit des All Whites. C'est un vent de fraîcheur et de nouveauté pour nous. Les supporters montrent un autre visage. J'ai toute ma famille à Wellington et ils étaient présents pour le match de qualification pour la Coupe du Monde. Tout le monde chantait comme dans les stades anglais.

Quel est votre sentiment sur le scandale autour de l'équipe de France ?


C'est triste et je suis déçu pour le pays, les supporters, le public et les joueurs. Et bien évidemment pour le sélectionneur. Mais je rigole quand je regarde tout ça. Nous les Anglo-Saxons, on se dit que des choses comme ça ne peuvent arriver qu'en France. J'espère que dans une semaine cette histoire sera terminée pour qu'on reparte sur quelque chose de neuf. Et je souhaite bonne chance à Laurent Blanc car je l'ai croisé deux trois fois et je trouve le mec vraiment sympa.

Propos recueillis par Romain Poujaud

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Duel de sélectionneurs
0 0