Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Marseille (1-1)

Mandanda sauve l'OM, l'arbitre sauve l'OL

Dominateurs, mais contrariés par un Mandanda exceptionnel, les Lyonnais peuvent remercier Anthony Gautier qui les a privés d'un carton rouge et leur a offert un coup franc inexistant. Un match nul logique, au fond.

Modififié

Olympique lyonnais 0-0 Olympique de Marseille

Buts : Tolisso (78e) pour l'OL // Cabella (64e) pour l'OM

Aux grands hommes les grands matchs. Ces chocs, Steve Mandanda les connaît par cœur. Lui qui a filé une passe décisive à Brandão un soir de huitième de finale de Ligue des champions, lui qui a vu Mathieu Valbuena flinguer le Borussia Dortmund au terme d'un match à suspense complètement dingue. Ce dimanche soir, Steve ramasse les boulettes de papier lancées par les supporters lyonnais présents en masse dans leur nouveau stade, tandis que « Petit Vélo » se pointe dans sa surface avec un tout autre maillot. Chahuté à l'aller au Vélodrome, le meneur de poche balance une magnifique sacoche du droit à l'heure de jeu, comme pour remonter le niveau d'un deuxième acte plus généreux en tacles de boucher qu'en joga bonito. Mais alors que tout le Parc OL s'apprête à célébrer l'ouverture du score de l'ancien de la maison d'en face, Mandanda sort un combo horizontale - main ferme complètement dingue. Sur l'action qui suit, Darder perd un ballon bête, Sarr centre pour Michy Batshuayi qui remet parfaitement à Cabella qui crucifie Lopes, moins sollicité mais pas décisif. À une demi-heure de la fin, l'OM envisage sérieusement la fin de la rencontre. Sauf que l'autre homme de la soirée est chauve. Et n'est pas Christophe Jallet.

L'arbitrage de Gautier encore en question


On avait rarement fait plus en retard. Et on ne parle pas des supporters lyonnais présents en masse devant le Parc OL avant le coup d'envoi, mais de Jérémy Morel, agacé par Bouna Sarr et qui décide de s'occuper lui-même de son problème. Lancé à 200 à l'heure, l'homme qui roule en Kangoo découpe l'ancien Messin et n'hérite que d'un jaune, Anthony Gautier étant positionné loin de l'action. On joue le début de la deuxième période d'un bon match entre l'OL et l'OM, moment où le rythme et le jeu laissent place à un enchaînement de faute des joueurs et de l'arbitre. L'homme en jaune qui siffle une main de Javier Manquillo, qui part en contre devant Gonalons et qui offre un peu de répit à un OL mené au score malgré tous ses efforts du premier acte. Sur le coup franc, Corentin Tolisso, fraîchement entré en jeu, profite de la première erreur défensive de Phocéens solide pour tromper un Mandanda qui, pour une fois, ne peut strictement rien faire. L'OM a les boules et c'est logique : malgré un premier acte lors duquel ils ont enregistré leur plus faible possession du ballon depuis 2014 et une rencontre contre le PSG (34%), les hommes de Michel ont réussi à imposer leurs idées et leur plan tactique. Suffisamment rare depuis le début de la saison pour être souligné.

La possession lyonnaise, les rushs de Nkoudou


Le classement des « Olympiques » a beau ne pas être celui d'antan, c'est bien dans l'atmosphère d'un choc que les 22 acteurs entrent sur la pelouse, accompagnés par du Muse, un joli tifo et beaucoup, beaucoup de bruit. Comme des lions tout excités dans leur nouvelle cage, les hommes de Génésio pressent haut et étouffent des Marseillais fébriles, notamment au milieu de terrain, où Lassana Diarra, touché aux adducteurs, manque cruellement. Mais si l'OL a la possession, l'OM parvient à faire le dos rond et se crée des occasions en contre grâce à ses dragsters Dja Djédjé et Nkoudou, ce dernier étant complètement hyperactif lors du premier acte. Pourtant, Lacazette, sollicité à de nombreuses reprises lorsque l'OL ose déborder plutôt que de revenir systématiquement dans l'axe, a de quoi inquiéter l'OM. Mais systématiquement, Steve Mandanda sauve les siens. De l'épaule, des poings, du regard, de la main, du tibia, le portier phocéen est au four et au moulin. En feu suite à l'égalisation de Tolisso, les Lyonnais font le siège du but du messie du jour. En vain. L'OM a subi l'envie lyonnaise et les erreurs de l'arbitre, mais a été sauvé par son gardien. Dis comme ça, le match nul est logique.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Swann Borsellino
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 82
    Partenaires
    Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Dybala punit la Roma