1. //
  2. // 16e
  3. // Man City/Porto

Manchester, ville invaincue

Défait à l'aller devant son public face aux Citizens (1-2), le FC Porto aura besoin au minimum d'un miracle pour passer en 8e de finale ce soir. Car les Lusitaniens n'ont jamais gagné un seul match à Manchester. Pourtant, les joueurs y croient encore..

Modififié
0 0
Le mois de février est à Porto ce que le mois de novembre était de coutume au PSG, bien pourri. Excepté pour les grands crus 2003, 2004 et 2011, rares sont donc les fois où les dragons ne se viandent pas lors des premiers matchs à élimination directe de la C1 ou la C3. Et encore moins contre des clubs anglais. La dernière fois que le club de Pinto da Costa est parti en terres anglaises en coupe d’Europe, il est reparti avec une belle valise de l’Emirates Stadium où Arsenal avait laminé les Portistes 5-0. Cette année-là pourtant, Porto était bien mieux parti que cette année face à City en venant à bout des Gunners 2-1 au Dragão grâce à une escroquerie de Falcao sur coup-franc indirect.

Le FC Porto a tout sauf les statistiques de son côté. Il n’a jamais gagné à Manchester et est à présent dans l’obligation de le faire par deux buts d’écart (ou de l’emporter 3-2) au minimum. Prends-ça Tom Cruise, elle est là, la vraie mission impossible. Et comme si toutes les chances n’étaient pas du côté des Citizens, Marc Janko, monsieur trois buts en trois matchs, ne peut être aligné puisqu’il a déjà foulé les pelouses de l’Europa League avec Twente. Pour le remplacer, pas question d’aligner la quiche Kléber, mieux vaut encore foutre Hulk à la pointe de l’attaque d’après les plans de Vitor Pereira, même si l’Incroyable perd la moitié de sa rentabilité ailleurs que sur les ailes d’où il peut soit centrer, soit entrer dans l’axe pour se mettre sur son pied gauche surpuissant. Et jouer avec un demi-Hulk en moins, c’est sérieusement compromettre un éventuel miracle à Manchester.

On ne change pas une équipe qui perd

Et ça tombe bien, car Pereira n’est pas superstitieux, ni adepte du surnaturel. L’entraîneur des dragons ne croit pas en la magie d’une tactique de dernière minute, mais est plus un adepte d’un jeu régulier, il n’a eu de cesse de le répéter lors des sept derniers jours. Bref, Porto va jouer avec les mêmes qui ont réalisé une excellente première période à l’aller, et qui se sont royalement cassé la gueule lors du deuxième acte, exceptions faites pour Danilo, absent du champ de bataille pour un mois et demi, et Alvaro Pereira, suspendu.

Si Pereira ne change rien du tout dans ses petits papiers, c’est surtout parce qu’il n’en a pas les moyens. Porto n’a pas le banc qu’il avait l’année dernière, et paradoxalement encore moins depuis les arrivées de Lucho et Janko, qui ont obligé le président portista à alléger provisoirement la masse salariale du club en prêtant Guarin, Bellsuchi et Souza en janvier. Du coup, le milieu de terrain des Nortenhos se réduit à Fernando, Lucho et Moutinho, trio certes indiscutable, mais surtout en manque de repos. Car sur le banc, seul Steven Defour est à la hauteur pour remplacer l’un des trois. Surtout Lucho ou Moutinho, car Fernando semble s’inscrire inévitablement comme la figure de proue de l’entrejeu des Bleu et Blanc. Comme Paulo Assunção avant lui, c’est un pur 6 à l’ancienne ne rechignant jamais au sale boulot. Récupération et tacle, tel est son crédo.

Le dragon est chaud

C’est d’autant plus rassurant pour Porto d’avoir un tel gars dans l’axe que le jeu trop offensif des dragons va sans doute les mener à subir les contres foudroyants des Mancuniens. Fernando est tellement en forme qu’il a même marqué son premier but sous les couleurs de Porto ce week-end face à Setubal, un miracle sachant que le Brésilien a débarqué au Portugal en… 2007. A l’image de Fernando, c’est tout Porto qui a changé en un week-end. Non pas que la victoire 3-1 face à Setubal fut exceptionnelle même si les troupes de Vitor Pereira ont plutôt bien joué, c’est plus la défaite de Benfica face à Guimarães lundi soir qui a ravivé la flamme des dragons. Porto n’est plus qu’à deux points des « aguias » au classement et revoit surgir l’espoir d’un deuxième titre de champion consécutif. Depuis lundi soir, les joueurs sont même carrément en délire. Sur Facebook, Marc Janko, à peine arrivé au Portugal, a posté un «  Benfica a perdu ! Yuhuuu » rageur. Hulk est prêt à se donner à «  mille pour cent et même à jouer aux cages s’il le faut  » et Lucho croit en un retournement de situation. A Porto, le mental est de retour. Reste à savoir ce qu’il en sera des pieds et des jambes…


Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0