Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 17e journée
  3. // Aston Villa/Manchester United (1-1)

Manchester United piégé par un Villa bien rangé

L'organisation des Villans et le manque d'idées mancuniennes se neutraliseront finalement pour offrir un match nul plutôt intéressant, mais qui contrecarre quelque peu les plans de remontée des Red Devils. Critiqué pendant longtemps à Old Trafford, Fellaini a manqué aux siens.

Modififié

Aston Villa - Man. Utd
(1-1)

C. Benteke (17') pour Aston Villa , R. Falcao (52') pour Manchester United.


Pour United, le défi était de taille : une victoire à Villa Park et les hommes de Van Gaal portaient à sept leur nombre de victoires consécutives en PL (en même temps, ils ne jouent quasi que là). Bien calé dans son habituel ventre mou, Aston Villa cherchait lui à prendre le point au moins espéré quand on reçoit un Man U. Benteke et co ont placé leur coup absolument quand il fallait, Falcao s'est rappelé aux bons souvenirs de chacun, et finalement c'est peut-être même les locaux qui râlent de ne prendre qu'un point.

Benteke et Delph font vibrer Villa Park


Dès le départ, le bloc de Villa se montre compact, le Villan le plus haut sur l'échiquier dépasse rarement de beaucoup l'arc de cercle en possession adverse, mais certaines contre-attaques sont rondement menées. Weimann passe d'ailleurs très près de reprendre un petit piqué de Benteke. Le Belge, en manque de buts depuis sa blessure en avril, ne se décourage pas pour autant. Quelques minutes plus tard, il fait joujou avec Evans avant d'envoyer un enroulé parfait dans les filets de De Gea. Vikka fait le coup de l'efficacité mancunienne et organise très bien ses contres, Delph est d'ailleurs contré in extremis dans le rectangle. Derrière, Ron Vlaar règne en maître pour montrer à Van Gaal qu'il n'y a pas qu'à la Coupe du monde qu'il peut le faire. Quant à Benteke, il excelle : son service pour Delph en tout début de deuxième période aurait dû se transformer en passe, mais la défense place en corner, sur lequel Christian fait claquer de Gea à la Barthez, Aston Villa fait jusque-là le match parfait. Le problème, c'est que Falcao passe d'abord par là, puis surtout Agbonlahor va prendre sa douche après l'heure de jeu pour y avoir été trop fortement sur son pote Young. Les gars de Birmingham voient leur tâche se compliquer. Pourtant, une phase arrêtée aurait pu tout changer. Sur coup franc, la défense de Man U se fourvoie totalement, mais peut compter sur son jusqu'au-boutisme pour contrer la frappe à bout portant de Clark. Les Mancuniens ne sont pas trop dangereux, alors les locaux y croient, et, menés à la baguette par Delph, ils tentent. Comme Bacuna, dont la frappe à distance, mais surtout son oubli de servir Benteke à la dernière minute manquent de peu d'offrir un beau hold-up à ses fans.

Un Man U figé et inexpressif


Du côté mancunien, c'est surtout la titularisation de Falcao qui frappe, vu que c'est seulement sa quatrième en Premier League. Peu inspiré, Van Persie hésite en début de match à faire une reprise à la Cahill contre les Pays-Bas, mais son plat du pied final est trop faiblard pour inquiéter le chauve Guzan. Touché par l'ouverture du score, Man U se fige, il n'y a pas de mouvement, en témoigne cette rentrée en touche que Young prend des plombes à faire, car personne ne vient faire d'appel. Avec Mata, l'ex-Villan tente d'amener un peu de danger, mais ça ne vaut franchement pas tripette. Très effacé durant les 45 premières minutes – son positionnement dans le milieu central peut quand même être remis en question – Rooney se réveille ensuite, sert parfaitement Van Persie, mais le renard n'est pas affûté. Peu importe, l'important est d'avoir réveillé ses copains. Après une gentille tentative de Mata, Young décroche Lowton et place sur la tête de Falcao, qui ne loupe pas l'occasion de mettre fin à un mutisme de près de 11 semaines. Van Gaal fait monter Di María puis Wilson, mais ça n'a pas spécialement l'effet escompté, et les visiteurs ont bien du mal à faire au moins un peu peur à Bradley Guzan. Les Red Devils passent même tout près de la défaite dans les derniers instants, mais Bacuna se montre patriote envers Van Gaal…

⇒ Résultats et classement de Premier League


Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses
À lire ensuite
Las, Évian parano