En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Manchester United, le jour d'après

Après la fessée reçue dimanche par le voisin honni de City (1-6), MU panse ses plaies. Et si le mal était plus profond ? Depuis dimanche, les langues se délient et les décisions commencent à tomber.

Modififié
Au-delà de son rôle de vice-capitaine, Patrice Evra est censé être l'ambianceur musical du vestiaire de United. Depuis le black sunday, le latéral gauche a dû balancer du Gilbert Bécaud dans les oreilles de ses collègues - "Et maintenant que vais-je faire ? Je vais en rire pour ne plus pleurer" -. Le genre de couplet qui sied à merveille au moral des Mancuniens après le viol collectif de dimanche contre City (1-6). Comment se remettre de la plus grosse gifle sportive reçue par Sir Alex Ferguson depuis 25 ans ? La moitié de la ville du Nord de l'Angleterre se pose la question, et la victoire hier soir en Carling Cup, 3-0 face aux inconnus d'Aldershot Town, ne change pas la donne. L'autre moitié de l'agglomération, la plus heureuse, regarde ça le sourire aux lèvres.

Très vite, Fergie a agrémenté son processus de reconquête de fierté. « Cette humiliation aura un impact. Elle va provoquer une réaction. Généralement, on montre notre force, notamment à l'extérieur, lors de la deuxième partie de saison. Nous allons revenir » lâchait le coach sur Sky arès la rencontre. Man Utd n'a plus que son orgueil pour faire bonne figure. Il vaut redresser la barre, et vite. Ça tombe bien, après son succès de mardi en Carling, MU se déplace à Everton ce samedi. Un déplacement délicat. Dangereux. Couperet. Primordial. Salvateur. Car le club est blessé. Dans sa chair. Dans son esprit. Même si le board mancunien n'a pas cherché à victimiser les siens, les coupables commencent à apparaître au grand jour. Evans tout d'abord. Expulsé à la 46ème alors que le score n'était que de 0-1, le Nord-Irlandais est une victime toute trouvée. Ferguson a pointé du doigt sa « jeunesse » . Le numéro 6 est suspendu trois matches. Ça lui apprendra. Plus surprenant, le Daily Mirror révèle que l'entraîneur écossais a été exaspéré par les prestations de Rio Ferdinand et de Patrice Evra, les deux "tauliers" défensifs. Fergie pourrait même se passer de leurs services à Goodison Park en alignant le back four suivant : Smalling-Vidic-Jones-Fabio. Si elle s'avère effective, cette double mise à l'écart risque de faire parler. Surtout pour le Français, indéboulonable chez les Red Devils depuis cinq piges. La fin de cycle ? Peut-être. Ferguson voulait rajeunir son arrière-garde, il ne pensait pas avoir à le faire si tôt. Comment une telle équipe, avec autant d'expérience, a-t-elle pu flancher de la sorte ?

Sneijder, le retour de la rumeur

Sur le match de dimanche, City a été discipliné, réaliste, volontaire, génial dans son expression collective et tactiquement supérieur aux locaux. Mais surtout, il s'agissait d'un petit United. Depuis sa probante victoire contre Chelsea début septembre (3-1), MU patine. Contre Norwich, Galati ou même à Liverpool, Manchester a été nul. Emprunté. Lent. Quelconque. Le milieu de terrain ne pressait pas et ne défendait qu'avec parcimonie. Brillants, pour ne pas dire géniaux, en début de saison, Young, Nani et surtout Anderson tirent actuellement la langue. C'est clair, il manque un taulier au milieu de terrain. Un aboyeur. C'est anormal que le meilleur élément défensif du club s'appelle Phil Jones, 19 berges, débarqué cet été de Blackburn.


Finalement, le retour de la rumeur Wesey Sneijder est presque logique. Depuis dimanche, certains médias britanniques parlent d'une offre de 46 millions d'euros pour le prochain mercato hivernal. Une manière de combler le retard sur City, qui avec Silva et Nasri possède deux organisateurs hors pair, là où MU n'a pas comblé le départ de Scholes. Surtout, United doit réapprendre à gagner. Un discours véhiculé par Darren Fletcher après la branlée dominicale. « Personne ne veut perdre avec une telle différence au tableau d'affichage. Le seul point positif est que, quel que soit le score, victoire ou défaite, c'est toujours le même nombre de points qui est distribué. C'est certes un mauvais résultat mais la saison est loin d'être terminée. Nous devons absolument réagir. » . Ça passe par un déplacement compliqué en championnat à Liverpool pour y défier les Toffees. Surement sans Patrice Evra et son iPod. Un Pat Evra qui doit sérieusement commencer à fredonner "Et maintenant que vais-je faire ?"...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 3 heures Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 5
il y a 5 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 16 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 9 il y a 9 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 16
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4