En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Manchester Utd-Bournemouth (3-1)

Manchester United conclut sans forcer

Fin de saison toute en douceur pour Manchester, qui s'est défait tranquillement mais petitement d'une équipe de Bournemouth qui n'avait aucune raison de courir ce soir. Entre les coups d'éclat de Martial et ceux de Rashford, les Mancuniens peuvent dire merci à leur jeunesse.

Modififié

Manchester United 3-1 Bournemouth

Buts : Rooney (43e), Rashford (74e), Young (87e) pour United // Smalling CSC (93e) pour Bournemouth

La bombe de dimanche dernier n'en était donc pas une. Simplement un retardateur, qui a repoussé de deux jours le dernier match de Manchester United à Old Trafford en cette laborieuse saison. Une attente de deux jours pour rien, ou presque. Et l'adage « plus c'est long, plus c'est bon  » était à oublier ce soir. Alors oui, United est allé chercher cette 5e place, triste objectif de cette ultime journée ressemblant à peine à une médaille en chocolat. Mais quelle apathie sur le terrain pendant 45 minutes, avant que le jeu ne devienne plaisant.

Était-ce la volonté d'enfin en finir avec ce cru 2015-2016 ? Ou celle des joueurs allant jouer l'Euro de ne pas se blesser ? Ou bien l'équipe de Van Gaal voulait-elle se préserver avant la finale de la FA Cup samedi contre Palace ? Plusieurs fois faisant coutume, l'un des hommes à remercier ce soir dans le Nord de l'Angleterre s'appelle Anthony Martial. Rassurant avant l'Euro. L'attaquant des Bleus est en forme, et ne s'est pas trop fatigué ce soir, à l'image de son équipe.

Un but comme une petite lumière au bout d'un long tunnel


La pression est clairement dans le camp des maillots rouges, le promu Bournemouth ayant déjà assuré son maintien parmi l'élite anglaise. Opération plaisir pour les Cherries, arrivés avec les doigts de pied en éventail. Tout de même appliqués en défense, les joueurs de Bournemouth observent ceux de Man U faire ce qu'ils font de mieux : garder le ballon, le faire tourner, et enchaîner les passes pour rien sans réussir à être dangereux. Bonne nouvelle pour les Red Devils, il n'y a pas grand monde pour voir ça dans un Théâtre des rêves aux rangées très clairsemées en ce mardi soir. Solutions envisagées, comme d'habitude, les démarrages d'Anthony Martial, mais même les jambes du Français semblent lourdes. Sur le terrain, les 22 hommes semblent avoir passé un pacte : peu tenter, mais tout rater. Les offensives, les changements d'aile, les dribbles, les constructions de jeu...

Du non-football dans toute son affligeante splendeur, à peine troublé par un ballon effleuré devant le but par Carrick après un coup franc de Rooney à la demi-heure de jeu. De quoi amorcer un timide réveil du match malgré tout, même si ni les ripostes de Bournemouth ni les assauts suivants de Manchester United ne représentent une réelle animation. Manchester tourne toujours à 70% de possession pour du beurre, jusqu'à une illumination de Martial qui combine sur son côté gauche avant de servir Rooney qui inscrit son 100e but à Old Trafford. Avec une mention spéciale pour la feinte de Marcus Rashford.


Une fin heureuse


Bonne surprise en début de deuxième période, Manchester a l'air de vouloir enfoncer le clou et d'en marquer un deuxième. Pas encore totalement dans leurs camping-cars de vacanciers, les gars de Bournemouth refusent de se laisser marcher dessus, et élèvent aussi leur niveau de jeu. United veut finir fort, et Mata délivre un spin move de luxe avant de se retrouver face au gardien, mais est déséquilibré par un tampon qui aurait franchement mérité un penalty. Alors puisque les règles ne sont pas respectées dans la surface, Carrick tente de loin. Boum, sa frappe s'écrase sur la transversale. Tout devient plus précis du côté mancunien, les passes, les combinaisons, les frappes, comme ce boulet de Valencia aux 30 mètres qui est sorti par une parade monstrueuse de Federici. Les Cherries pensent trouver la solution en envoyant ce bon vieux Max-Alain Gradel au combat, un secours insuffisant.


Le glas sonne à un quart d'heure de la fin du match, quand un Rashford froid et méthodique double la marque après une remise intelligente de la tête de Valencia. L'ovation qu'il reçoit en étant remplacé par Memphis Depay prouve les espoirs que place en lui le public d'Old Trafford, et Martial recevra la même salve d'applaudissements lors de son changement. Ashley Young profite de la démobilisation de Bournemouth pour mettre le troisième, et Bournemouth de celle de Manchester pour sauver l'honneur dans les arrêts de jeu grâce à un CSC de Smalling. Peu importe, les cadres de United peuvent souffler en attendant la finale de samedi, où United aura l'occasion de remporter son premier titre depuis la fin du règne de Ferguson.




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40