1. //
  2. //
  3. // Wolverhampton/ManUnited

Manchester United a changé de fauteuil

Pour la première fois depuis octobre, Manchester United a troqué son costume de chasseur contre celui de chassé. Une situation que les Red Devils connaissent par cœur. Reste à s’imposer sur la pelouse des Wolves pour mettre la pression sur City.

Modififié
0 8
Pour la première fois depuis 2002, Manchester United n’apparaîtra en finale d’aucune coupe au terme de la saison. Ni d’Europe, ni d’Angleterre, ni de coupe au rabais sponsorisée par une marque de bière. Trimballés par l’Athletic Bilbao aussi bien à l’aller qu’au retour, les Red Devils ont laissé passer l’occasion de se racheter de leur campagne désastreuse en Champions League en soulevant la C3. Un bail que la saison européenne des Red Devils ne s’était pas achevée à la mi-mars. Mais pour parler de saison ratée, il va falloir attendre encore un petit peu. Car cette saison, les Red Devils, qui semblent avoir tout misé sur le championnat, carburent à plein when Saturday comes et affichent une moyenne de points extrêmement élevée. Il n’y a qu’à voir la manière dont ils ont abordé leur double confrontation face aux Basques pour le comprendre : sans minimiser la perf des hommes de Bielsa, évidemment que l’opposition aurait été tout autre si ces rencontres à élimination directe avaient eu lieu le mercredi et non le jeudi.

Rooney, sa deuxième meilleure saison

MU a d’autres chats à fouetter que de lutter avec des Portugais et des Russes sur W9. Il faut dire que c’est la supériorité de la ville qui est mise à mal. Et voilà qu’après cinq mois à courir inlassablement derrière son voisin et rival, les Red Devils ont repris la tête du championnat le week-end dernier à la faveur d’une victoire sur WBA conjuguée à la défaite (surprise, vraiment ?) de City à Swansea. Au meilleur des moments : à l’orée du printemps, période durant laquelle Ferguson et les siens se trouent rarement. Avec un esprit simplement focalisé sur la perspective d’un 20ème titre, fort d’une expérience dans le domaine sans égal dans le Royaume, MU est devenu d’un coup le favori à sa propre succession. Certes, le chemin est encore long et il faudra se farcir un déplacement à l’Etihad Stadium à trois journées de la fin, mais le calendrier jusque là parle clairement en faveur des coéquipiers d’Evra. Le derby mis à part, United a bouclé son mini-championnat avec le Big Six alors que les Citizens doivent encore se coltiner Chelsea et Arsenal. Autre atout, et de taille : la forme actuelle de Wayne Rooney. Alors que l’astre David Silva se fait de plus en plus discret, notamment en déplacement à l’image de son équipe, Wazza, qui réalise la deuxième saison la plus prolifique de sa carrière, guide les siens sur la voie du succès week-end après week-end (ouvertures du score face à Liverpool, Tottenham, WBA) prouvant au passage qu’il reste bien dans l’absolu le meilleur joueur de Premier League qu’il n’a jamais cessé d’être.

Ce week-end, Manchester United a en outre l’occasion de mettre une énorme pression sur son dauphin en cas de victoire sur la pelouse de Wolverhampton ce dimanche. Manchester City, qui ne jouera que mardi, pourrait bien avoir 4 points de retard sur le leader lors du coup d’envoi. Et même si le parcours à la maison des Sky Blues est absolument parfait (14 victoires en autant de matchs), c’est un Chelsea revigoré depuis le limogeage d’André Villas Boas, qui se présentera sur la pelouse. Voilà qui peut jouer sur le mental des Citizens au moment d’aborder la rencontre, un aspect qui n’a pour le moment pas vraiment été testé cette saison. Pour contraindre les hommes de Mancini à mettre leurs couilles sur la table, MU doit d'abord l’emporter là où il a chuté l’an passé, à Molineux. Mais cette saison, la forme des Red Devils hors de leurs bases n’a plus grand chose à voir avec celle qu’ils affichaient en 2010-2011.


Par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Déplacement délicat a Molineux, faudra la jouer fine.
Oncques, si l'Europa se jouait le mercredi, Manchester aurait éliminé Bilbao?

Les basques ont eu de la chance! A un jour près, ils se faisaient bouffer.
RahXephon Niveau : CFA
Toukompri, got2be.

L'explication des jeudis, c'est un peu foireux, quand même, tralala.

"il reste bien dans l’absolu le meilleur joueur de Premier League qu’il n’a jamais cessé d’être."

Sur la durée, il a peut-être plus prouvé, mais sur cette année, je place toujours encore RVP devant lui, malgré sa forme actuelle... après, ça ne tient pas à grand-chose, et il y a toujours une part de subjectivité dans ce genre d'appréciations.
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Oooh... Un bon article sur MU ça faisait bien longtemps !
Cette saison, le titre de champion aurait une saveur particulière, vu le début de saison, la déculottée à domicile face à City, une équipe qui monte en puissance.
MU ne s'est sans doute pas transcendé, mais en avaient ils les moyens?
Je suis le club, et les prestations limites en europe de datent pas de la double confrontation contre Bilbao.
Pour moi, si la saison s'achève sur un nouveau titre de champion, ce sera une très bonne saison, vu certaines prestations des Red Devils.
Oui, gagner le championnat serait une très belle réussite pour l'équipe de Ferguson.

Et une consécration pour Rooney. Encore une.

La satisfaction d'y parvenir à la barbe de City serait la cerise sur le gâteau.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8