En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrage retour
  3. // Bruges/Manchester United (0-4)

Manchester retrouve sa place, Rooney aussi

Après une première mi-temps pleine de réalisme où ils ont marqués sur leur seule occasion, les Mancuniens ont déroulé en seconde période. Trois buts en quinze minutes pour clore les débats. Surtout, Manchester United a retrouvé son Wayne Rooney.

Modififié

Cercle Bruges 0-4 Manchester United

Buts : Rooney (20e, 49e et 57e) et Herrera (63e) pour Manchester United

Wayne Rooney peut souffler. Il vient de marquer le premier but de la rencontre, obligeant ainsi le FC Bruges à marquer trois fois pour décrocher une prolongation. Manchester est donc quasiment qualifié, parce que si Monaco n'y est pas arrivé contre Valence, ce n'est pas Bruges qui va le faire contre MU. Après un petit exploit de Depay sur le côté gauche, « l'infernal Wène Rouni » n'a eu besoin de toucher la balle qu'une seule fois pour la glisser au fond des filets. Un petit piqué par-dessus le gardien, et l'affaire est pliée. Cela faisait 10 matchs que l'international anglais n'avait pas marqué avec MU. Une éternité qui n'était plus arrivée depuis la saison 2005-2006. Dix ans, putain ! Alors, à cet instant précis, il peut savourer. Il n'oublie pas de remercier Depay pour son service, puis lève les doigts et les yeux au ciel. Du coup, Rooney ne va pas se gêner et va marquer encore deux fois dans ce match, histoire de garantir une soirée tranquille à ses coéquipiers. Louis van Gaal est parvenu à assurer le strict minimum : une qualification en phase de poules de la Ligue des champions. Mais il a peut-être aussi réussi à lancer la saison de son capitaine. C'est lui, le vrai numéro 9 de Manchester United.

MU s'en sort bien


Au début du match, l'ambiance est incroyable dans le stade. De quoi galvaniser des Belges qui font une entame convaincante. Bruges l'a compris, Manchester United a du mal à se montrer dangereux lorsque les espaces sont refermés. Du coup, les Brugeois laissent le contrôle du ballon à MU et lancent quelques petites accélérations bien senties à la récupération, notamment sous l'impulsion de Diaby, bien plus en jambes qu'au match aller. Manchester, de son côté, a du mal à produire des mouvements offensifs de qualité, sachant que les quatre joueurs de devant (Depay, Rooney, Mata, Januzaj) se retrouvent bien trop souvent sur la même ligne. Alors les Mancuniens se contentent de faire tourner. Mais le bon début de match de Brugge n'est qu'un feu de paille, avant que Depay ne mette le feu. À la 20e minute, Memphis trace sa route et rentre à l'intérieur, avant de glisser un petit ballon pour Rooney entre deux défenseurs. Hormis un face-à-face gâché par un Depay qui temporise trop devant Bolat, MU se contente de ce petit but. Bruges tente alors le tout pour le tout en fin de première mi-temps et se crée trois énormes occasions, par De Sutter, De Fauw sur corner et surtout Diaby, seul au monde, qui ne parvient pas à dribbler Romero. Jamais United n'a concédé autant d'occasions en une mi-temps, et Bruges va le regretter.

Le suspense tué dans l'œuf


Van Gaal, comme à l'aller avec Michael Carrick, décide de sanctionner un joueur pour sa mauvaise prestation en le sortant à la mi-temps. Il s'agit d'Adnan Januzaj, pas vraiment en réussite ce soir. Pas un mauvais choix, puisque l'entrée de Schweinsteiger rééquilibre l'équipe et permet à Ander Herrera de monter d'un cran. Au bout de quatre minutes, l'Espagnol combine très bien en triangle avec Depay et Rooney, encore à la conclusion. Maintenant, Manchester United trouve beaucoup d'espaces, et se régale en contre. Rapidement, on commence à comprendre que ça pue la branlée si les Belges ne se reprennent pas. Ce qu'ils ne feront jamais. Dix minutes plus tard, Wayne Rooney y va de son troisième goal, sur un copié-collé du premier but avec Juan Mata dans le rôle de Memphis Depay. D'ailleurs, entre Rooney et Depay, il y a un début de complicité qui pourrait faire très mal. Schweinsteiger entre dans la danse en délivrant une passe incroyable en profondeur pour Ander Herrera. Bolat va chercher pour la quatrième fois de la soirée le ballon dans ses filets. Dur pour un premier match avec son nouveau club. À part cette frappe sur la barre de Vanaken au terme d'une action sublime, les Belges, épuisés, ne voient plus le jour et ne suivent plus aucun appel des Mancuniens. Heureusement pour eux, les Red Devils ont eu ce qu'ils voulaient et décident de lever le pied. Chicharito peut même se payer le luxe de manquer un penalty en glissant, puis un but tout fait à deux mètres du but. À part lui, tout le monde s'en fout. Manchester United fait son retour sur la scène européenne par la grande porte.

Par Kévin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 162
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur