En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Manchester, la vie sans Fletcher

Une maladie inflammatoire chronique révélée ce mardi par son son club vient de contraindre Darren Fletcher, 27 ans, à s'éloigner des pelouse pour « un long break » . Coup dur pour Manchester United, qui perd l'un de ses hommes forts.

Modififié
Manchester United va devoir apprendre à faire sans Darren Fletcher. Le pilier de son milieu de terrain. Le vice-capitaine, pas loin d'incarner l'essence du club. Son aboyeur, sa première rampe de lancement. Aussi, l'un des relais privilégiés d'Alex Ferguson sur le terrain. Au vrai, MU est habitué à faire sans Darren Fletcher. En moyenne, l'Ecossais manque dix matches de Premier League par saison. La faute à des blessures musculaires et à cette colite ulcéreuse que son club vient de révéler. Problème : privé de Fletch', United rame.

La dernière apparition du milieu relayeur remonte au 22 novembre, à l'occasion de la cinquième journée de la phase de poule de Ligue des champions. Malmené par le Benfica, Fletcher jaillit en sauveur pour reprendre un centre d'Evra et donner l'avantage aux siens. Mais toute la bonne volonté du meilleur joueur écossais ne pouvait mastiquer les innombrables failles du collectif mancunien. Deux minutes plus tard, les Portugais égalisent. Surtout, deux semaines plus tard, Fletcher se trouve sur le banc quand les Red Devils jouent leur peau en Ligue des champions face à Bâle. Sans leur aboyeur, sans doute diminué à se fier à l'annonce choc de ce mardi, MU coule. Et termine humilié.

La première fois que l'absence du discret Ecossais alimente le débat remonte à la finale de la Ligue des champions 2009. En demi-finale, pour un tacle inutile et mal contrôlé sur Cesc Fabregas, Fletcher se fait exclure à un quart d'heure du terme du temps réglementaire. Face au Barça, MU, privé de son milieu à tout faire, n'a pas tenu la distance. Bis repetita deux ans plus tard. Fletcher manque à nouveau le match le plus important de l'année, insuffisamment remis d'un problème musculaire. Et MU se voit submerger encore une fois par les vagues blaugranas. En toute modestie, Fletcher a toujours préféré rire quand on l'interroge sur l'importance de son absence de 2009. Deux certitudes : les Red Devils, avec ou sans Fletcher, étaient inférieurs au Barça, mais MU, muni de son métronome et de son combattant le plus exemplaire, n'aurait pu que mieux endiguer la domination catalane. La preuve ? A l'hiver 2009, Ferguson avait mis au repos son compatriote deux semaines entières afin de lui faire livrer la plus féroce des batailles face au milieu musclé de Chelsea, concurrent pour le titre. Résultat : MU avait démembré les Blues (3-0).

Disciple de Roy Keane


Rabattu par les scouts mancuniens dès ses 12 ans, ce fils d'agriculteurs s'est progressivement imposé comme un titulaire indiscutable chez les Red Devils, après un début de carrière amputé par les blessures. Décidément, Fletcher est un mauvais client pour les assurances santé. Elevé à l'école Roy Keane, son impitoyable mentor, capable de l'incendier dans la presse au moindre signe de faiblesse, l'Ecossais doit autant à son talent qu'à son immense force de volonté, son statut . « Je suis le seul à être sorti de ma promotion. Il y en avait d'autres qui contrôlaient, passaient et frappaient la balle aussi bien que moi, mais je crois que le football se joue avant tout dans la tête » avait-il confessé au Sportsmail.

Pour prendre la place de Fletcher, qui ne devrait pas refouler les pelouses avant la saison prochaine, l'émergence de Phil Jones offre à Alex Ferguson une belle solution de rechange. L'expérience et le leadership en moins. Car, par son intelligence tactique, mais surtout par son sens du sacrifice, l'anti-star écossaise jouait aussi un rôle de modèle dans un club où le talent s'apprécie d'autant plus qu'il se couple à l'abattage d'un laborieux (cf Keane, Scholes, Beckham, Rooney ...). Son goût pour la bataille du milieu aurait d'ailleurs conduit Fletcher à repousser la nécessité d'un break, à en croire le communiqué de Manchester United. « Son désir permanent de jouer, comme sa loyauté envers son pays et son club, ont probablement compromis ses chances de retrouver sa pleine santé et sa forme optimale. » Quand reviendra Fletcher ? Le mystère plane. En attendant, MU, déjà pas épargné par les blessures cette saison, n'a plus le choix, et devra apprendre à faire sans lui.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 13 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 21
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18