Manchester et la méthode Coué

Battu par Chelsea et éliminé de la C1, Manchester United a vu s'envoler ses rêves de triplé en quelques jours. L'heure est donc venue de regarder vers l'avenir, même s'il reste encore cinq matchs pour arracher un quatrième titre consécutif. Un scénario à première vue compliqué. Au club, en tout cas, on fait encore mine d'y croire.

0 0
Jeudi matin, Manchester s'est réveillé avec la gueule de bois, celle des mauvaises soirées. En quatre jours, les Red Devils ont peut-être tout perdu : le titre, après leur défaite face à Chelsea samedi dernier et la ligue des champions mercredi soir, après s'être pourtant montrés largement supérieurs aux Munichois sur l'ensemble des deux matchs. Et comme les mauvaises nouvelles n'arrivent jamais en solo, ils ont également appris le forfait de Wayne Rooney pour le déplacement à Blackburn.
Alors, Manchester a regardé vers l'avenir. Comme s'il jugeait le présent exercice comme déjà terminé, le staff, a décidé de préparer la saison prochaine, un peu à la manière d'une misérable équipe du ventre mou. David Villa étant hors de prix (Valence en demande 45millions d'euros), les dirigeants mancuniens ont mis le grappin sur le mexicain Javier « Chicharito » Hernandez, qui a signé un pré contrat et devrait rejoindre le club en juillet. Agé de 21 ans, l'attaquant des Chivas de Guadalajara n'est autre que le fils de Luis Hernandez, célèbre pour avoir mené l'attaque mexicaine lors de la Coupe du Monde 98. «  Nous devions agir vite, avant que d'autres clubs ne remarquent son talent. S'il devait briller à la Coupe du Monde, nous n'aurions pas été les seuls sur ce dossier » a expliqué Ferguson, persuadé d'avoir flairé le bon coup.

Et du côté des joueurs, la tendance est aussi à l'auto persuasion. Pour le Frenchie Patrice Evra, l'année 2010 de United ne peut pas se résumer à une simple Carling Cup : « Mercredi soir, j'étais très déçu, mais dès jeudi, ça allait mieux. Je me suis dit : ‘Pat, tu as le privilège de gagner à nouveau le championnat, pour la quatrième fois d'affilée'. Et je ne dis pas cela seulement pour faire bien en interview, j'en suis convaincu. Gagner cinq matchs, nous pouvons le faire » . Le problème, c'est que rien ne dit que cela suffira. Car MU a perdu très gros face à Chelsea la semaine passée. En plus de s'être emparés du leadership, les Blues ont pris un avantage psychologique sur leurs adversaires, probablement décisif à cinq journées de la fin. Et les hommes de Ferguson ne sont pas vraiment habitués à ce genre de situation, eux qui ont construit leurs trois derniers titres en étant dans la position du chassé, plutôt que dans celle du poursuivant. Celle où il suffit de gagner pour rester en tête.

MU doit désormais faire le plein- ce qui ne semble pas forcément évident compte tenu du programme qui attend les triples champions d'Angleterre-, tout en attendant un hypothétique faux pas des Londoniens. Un scenario difficile à envisager, car au niveau du calendrier, c'est encore la bande à Drogba qui a l'avantage. Reste que United, qui rend visite à Gaël Givet et ses potes ce dimanche, aura au moins pour lui l'avantage de jouer avant Chelsea, qui recevra Bolton seulement mardi, les Blues étant pris par les demi-finales de Cup ce week-end. Bien qu'il semble difficile de croire à un énième retournement de situation en tête du classement, une victoire de Giggs and Co aurait au moins le mérite de mettre la pression sur les hommes d'Ancelotti. Et de rendre le derby de Manchester qui aura lieu la semaine prochaine encore plus attrayant.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Un week-end à Madrid
0 0