1. //
  2. // Marseille/Manchester United

Manchester, et alors ?

En pleine préparation du match contre Lyon, les Marseillais ont appris qui serait leur prochain adversaire sur la scène européenne. Tout Manchester United que ce soit, Deschamps et Mandanda, passés par la case presse, gardent le sourire.

0 1
Manchester United. Quand le papier est sorti de la petite boule bleue, ce vendredi aux alentours de 12h30, tout Marseille savait à quoi s'attendre. Ce sera la charnière Vidic-Ferdinand, Nani et Park qui pilonnent sur les ailes et Rooney qui presse devant quand ce n'est pas Berbatov qui convertit une demi-occasion. Oui, mais on est à Marseille, et forcément, pour les supporters il est quand même possible de venir à bout de cette équipe mancunienne. Après tout, les Red Devils se sont déjà inclinés au Vélodrome, il y a onze ans, sur un but de William Gallas, dans une équipe où Pierre Issa était titulaire... Sans évoquer ce souvenir, Steve Mandanda et Didier Deschamps, venus donner publiquement leur sentiment sur le tirage, ne sont pas des plus pessimistes. « J'ai hâte d'y être » , lâche le gardien quand son mentor schématise : «  On a une chance. Après, je ne sais pas sur combien mais on a une chance » .


Pour le portier, il n'est pas non plus question d'inverser les rôles : «  Si le Barça inquiétait par rapport à son jeu et à sa possession de balle, Manchester, c'est l'efficacité. Ce match, pour eux, c'est une étape. Pour nous, c'est un exploit » . La Dèche a lui un discours plus préparé sur le sujet. C'est qu'il a fait comme tout le monde : il est allé suivre le tirage sur le site de l'UEFA voir le tirage en streaming (il n'aura pas eu droit à la blague d'iTélé qui annonçait un choc OM-Arsenal). Il a donc vu Tottenham, Schalke et le Shakthar se faire tirer en premier. « Il y a des équipes que l'on pouvait penser éliminer mais c'est comme ça. De toute façon, mis à part Copenhague, le reste, c'est des habitués... » . Manchester, lauréat en 2008, finaliste en 2009, sorti en quart l'an dernier, c'est peut-être même plus qu'un invité récurrent. «  C'est le très haut niveau. J'ai vu le dernier match contre Arsenal. Ils ont su imposer une grosse densité physique, en face il n'y avait plus personne. Et encore, le Manchester de Premier League n'est pas le même que celui de Champion's League. Ils renforcent leur milieu de terrain au lieu de jouer avec deux attaquants. Puis contrairement à Chelsea par exemple, chez eux, tout le monde défend, même Rooney » détaille Deschamps qui donne dans la métaphore cyclisme pour ceux qui n'ont toujours pas compris : « On est face à un col de première catégorie. Il nous faut donc un bon braquet et qu'en face ils aient une crevaison ou la fringale » .


Du côté des joueurs, l'excitation est tout autre. Pour Stéphane M'Bia, qui rêve de rejoindre Manchester United depuis qu'il est gosse, ce sera un match particulier. Pour Gaby Heinze aussi, puisqu'il retrouvera son ancienne équipe. Il pourrait se faire une joie de motiver ses partenaires avant de rentrer sur la pelouse d'Old Trafford ( « Les motiver, il n'y a pas besoin et Gaby parle à tous les matchs de toute façon » corrige DD). Ce sera aussi spécial pour Steve Mandanda. Si le suppléant de Lloris en équipe de France joue à celui qui l'ignore, il est sur la shortlist des successeurs de Van der Sar. Un gardien qu'il admire par ailleurs. « Quand on voit que c'est un des meilleurs du monde à 40 ans, on ne peut qu'avoir du respect pour lui. Il participe énormément à la relance, il a une grande autorité. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent que c'est le point faible de l'équipe » . Même s'ils n'ont pas de point faible, ce n'est pas pourtant perdu d'avance. Trois questions plus loin, Steve parle du choc contre Lyon. Mais sa réponse pouvait aussi s'appliquer à ce huitième de finale : « Quand on joue contre les grosses équipes, sincèrement, je ne suis pas inquiet. Au niveau de la détermination et de la concentration, on est là » . Si le groupe montre dimanche que la confiance de son capitaine est fondée, pas de doute, pendant deux mois, les supporters se mettront à croire encore plus fort à l'exploit.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Allez steve
tous marseille les bouche le var le vauclus....
et j en passe son derrier toi
on y croi dur comme fer allez l om
je suis de salonique
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Seville/Porto en affiche
0 1