Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // PL
  2. // Manchester/Chelsea

Manchester craint... Webb

Dimanche à 17h, Manchester United dispute sa première finale de la saison. Sachant que le diable se trouve dans les détails, Ferguson a déjà mis la pression sur l'arbitre. Quand une Premier League est en jeu ...

Modififié
Cela avait fonctionné une fois. Chelsea avait sorti les muscles une demi-heure, et remporté son duel face à un Man U sur le reculoir. C'était le 1er mars. Depuis, les Red Devils ont eu l'occasion de montrer qu'ils savaient tirer les leçons d'une défaite, et ont sereinement maîtrisé les Blues en quart de finale de Ligue des champions. Loin de se reposer sur cet acquis, Ferguson se refuse toutefois de tirer des vérités du passé, pour mieux se concentrer sur l'instant présent. « Ce qui s'est passé dimanche, il y a quatre dimanche, il y a quatre mois, ou il y a quatre ans, n'a aucune importance. Nous avons encore trois matches à jouer, nous sommes trois points devant, avons la même différence de buts et on joue à domicile » .

Une déclaration qui pourrait se sous-titrer ainsi : l'adversaire principal de MU c'est avant tout lui-même. Ou plutôt, la fatigue qui vient lasser les jambes de ses employés les plus assidus. Pas pour rien que l'Ecossais a fait reposer la quasi-totalité de ses titulaires en milieu de semaine pour affronter Schalke O4. Le frénétique mâcheur de chewing-gum a reconnu après coup, et une fois vérifié qu'il se trouvait dans le vrai, qu'il avait « craint » avoir pris une décision trop audacieuse en tablant sur une équipe bis. En réalité, ce rendez-vous de Ligue des champions a surtout mis en relief l'imposante profondeur de banc dont dispose le manager mancunien. Auteur d'un doublé, Anderson a sans doute marqué des points et pourrait s'imposer comme l'homme clé des quatre derniers rendez-vous des Red Devils (les trois matches de Premier League et la finale de Ligue des champions), par son gros ouvrage dans l'entre-jeu et sa capacité à apporter le surnombre aux avant-postes.

Outre la fatigue physique ou mentale, Sir Alex pourrait toutefois aussi craindre David Luiz, le moteur de la révolte du 1er mars. Dispensé de Ligue des champions pour avoir disputé la phase de groupe avec le Benfica, le jeune frisé brésilien pourra à nouveau faire valoir son sens du contact viril et de la relance propre face au leader de la Premier League. Mais plutôt que d'envoyer des fleurs à la néo-recrue bleue, comme le fit Ancelotti avec Rooney - « je prendrais Rooney plutôt que Messi » dixit l'Italien-, l'homme qui peut exhiber 35 trophées au bout de sa fourche (en comptant les Community Shield) avait plutôt en tête la clémence de l'homme en noir pour David Luiz lors du dernier Chelsea-Mu et le pénalty discutable qui scella la défaite mancunienne.


En manager madré, Sir Alex a donc opté pour la classique mise de pression sur l'arbitre. Un brin machiavélique, l'Ecossais a d'abord assuré qu'Howard Webb était bien « le meilleur arbitre » , mais que cela ne l'empêchait pas de redouter « une grosse erreur » qui ferait basculer le match et sans doute le championnat. Le soleil se couche sur la saison, et Manchester peut tout autant aspirer à boucler un exercice historique, que craindre de voir lui filer entre les doigts ses deux grands objets de désir. Un peu comme il avait perdu le fil du match, lors d'une deuxième période à Stamford Bridge. C'était un 1er mars.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Rennes dans le dur