Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2
  3. // Schalke/Manchester

Manchester connaît la chanson

Plutôt peinard en championnat, Manchester United se dirige également tranquillement vers la cinquième finale de Champions League de son histoire. C'est en tout cas l'avis des spécialistes, qui oublient que le Manchester cuvée 2011 est loin de marcher sur ses adversaires, aussi présumés inférieurs soient-ils.

Modififié
Grand favori dans la quête du titre de champion d'Angleterre, Manchester United aurait également un pied et demi en finale de Ligue des Champions. Et ce, depuis le coup de sifflet final de la manche aller des quarts. Victorieux à Stamford Bridge, Rooney et ses copains avaient alors de grandes chances d'affronter Schalke 04, assuré de rejoindre le dernier carré avant même le match retour grâce à sa victoire écrasante (5-2) à San Siro. Soit le modeste dixième du championnat allemand, qui plus est novice à ce niveau de la compétition. Difficile donc en effet de ne pas faire figure d'archi favori quand on s'apprête à disputer sa quatrième demi-finale de C1 en cinq saisons. Tous les observateurs braquent d'ailleurs déjà leur regard sur l'autre confrontation, bien plus alléchante et indécise sur le papier.


Mais de là à considérer cette avant dernière marche comme une formalité, il y a un pas. Déjà, parce que Manchester n'a surclassé aucun de ses adversaires depuis le début de la compétition, mis à part les Turcs de Bursaspor en match de poule. Plus pragmatique que jamais, Manchester United est devenu une sorte d'équipe caméléon, qui calque ses prestations sur le niveau de son adversaire. Une habitude pour le moins fâcheuse et qui lui pose pas mal de problème en championnat lorsqu'il s'agit d'affronter West Ham ou Blackpool qui, s'ils ont dû s'incliner, ont tous deux réussi à mener de deux buts face aux Red Devils. Cette tendance a également bien failli avoir raison de la peau des hommes de Ferguson en huitième de finale face à l'OM, qui aura tout de même réussi à faire trembler les diables rouges jusqu'au bout. A moins que ces derniers aient tellement de marge qu'ils en gardent volontairement sous le pied pour mettre la gomme quand ce sera vraiment nécessaire. Car il est inutile de se raconter des histoires, le vice-champion d'Angleterre fait figure d'épouvantail, et une qualification de Null Vier pour Wembley serait perçue comme un tremblement de terre. Si la résurrection de Raul fait plaisir à tout le monde, elle ne doit pas masquer le fait qu'il n'y a pas photo entre les deux effectifs. Le week-end dernier, pendant que Schalke disait adieu à tout espoir de qualification européenne en s'inclinant sur sa pelouse face à Kaiserslautern, Ferguson, de son côté, se rapprochait d'un nouveau titre de champion en se privant de Vidic, Park ou encore Patrice Evra. Que ce soit en qualité ou en quantité, un monde sépare les deux adversaires de ce soir.


Ne pas croire pour autant que tout espoir allemand est vain. Parce qu'il ne faut jamais sous-estimer le poids de l'histoire et l'importance des statistiques en football. En dépit de sa victoire improbable en finale de C1 99 face au Bayern, Manchester United possède un lourd passif face aux clubs allemands. Eliminés à ce stade de la compétition par un pensionnaire de Bundesliga en 1997 et 2002, en quart de finale en 2010 et 2001, les Red Devils auraient tort de se la jouer trop décontractés. On ne saurait d'ailleurs que trop conseiller aux ouailles de Ralf Rangnick de regarder dans le rétroviseur et de s'inspirer du Bayer Leverkusen d'il y a neuf ans pour faire tomber l'ogre mancunien. Comme cette année, Manchester United affrontait en demi-finale un adversaire teuton que personne n'avait vraiment vu venir, mais que beaucoup ont senti passer. Comme cette année, l'autre demi-finale opposait le Real Madrid au FC Barcelone. Et comme cette année, la finale avait lieu en Grande-Bretagne. Alors, c'est qui le favori ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 10
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall
À lire ensuite
Schalke zéro crainte