Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Manchester Ciudad

Avec son coach chilien et son recrutement estampillé Liga, Manchester City poursuit sa mue. Une mue hispanisante qui a déjà commencé il y a quelques mois. Avec pour trame devenir le Barça d'Angleterre et de demain. Douce chimère.

Dans un parfait anonymat ou presque, Manuel Pellegrini a atterri à Manchester. Loin des présentations en grande-pompe, il s'est introduit le plus simplement du monde aux salariés de City. Son « hello » , suivi de quelques phrases toutes faites dans la langue de Shakespeare, était teinté d'un arrière-goût hispanisant. Ses origines chiliennes et sa carrière espagnole, sans aucun doute. À l'orée de cette rentrée des classes, l'utilisation de la langue de Cervantés par El Ingeniero ne devrait être un cas isolé. Entre le taulier David Silva, le jeune adulte Jesús Navas et l'espéré Álvaro Negredo, les Espagnols auront la part belle dans un vestiaire cosmopolite. Sans oublier, El Kun Agüero et Yaya Touré, anciens pensionnaires de la Liga, mais aussi Zabaleta l'Argentin. Loin de rester au rang d'anecdote, cette migration rappelle que les propriétaires d'Abu Dhabi se rêvent toujours en Barça de demain. Et pour arriver à leur fin, leur plan est tout établi. Retour sur une évolution contre-nature.

Une direction laportesque pour un mini-Barça

Avant son rachat par le Abu Dhabi Group, Manchester City était l'illustration même du club laborieux. Que ce soit par leur représentation éclectique dans les tribunes, ou par leur kick and rush traditionnel sur le pré, les Skyblues respiraient l'Angleterre vraie. Avec son passage sous la gouverne de la famille royale d'Abu Dhabi, City est entré dans une nouvelle ère : celle des pétro-dollars. À grands coups de millions, les nouveaux proprios se sont taillé une équipe capable de rivaliser avec le voisin gênant d'Old Trafford. Depuis septembre 2008, date du rachat, City n'a empoché qu'un championnat, pour autant de Cup et de Community Shield. Certains avanceront que c'est quasi autant que durant toute son histoire, d'autres que ce n'est rien à la vue des investissements consentis. Quoi qu'il en soit, Roberto Mancini a été remercié et une nouvelle époque s'ouvre à City : celle d'un jeu léché et bourgeois.

Modèle pour beaucoup, le Barça est donc l'exemple à suivre. Histoire de ne pas tomber dans un faux semblant de mauvais goût, les propriétaires se sont donc attelés à signer du Catalan. Courant 2012, City officialise l'arrivée de Ferran Soriano. Natif de Barcelone et entrepreneur à succès, ledit Ferran occupait le poste de vice-président économique du FCB sous le règne Laporta. Dans la foulée de sa venue, le nouveau directeur exécutif mancunien attire un autre gros poisson, Txiki Begiristain. « Je suis convaincu qu'ensemble, et avec l'appui de Mancini, le club formera une formidable équipe  » , lance ledit lors de la présentation de son ami. Cruyffiste convaincu, Txiki Begiristain est l'une des clés de voûte des grands succès blaugrana de la décennie. Depuis ces deux arrivées, City arme une Cantera déjà renommée (dirigée par Brian Marwood) et est à l'affût de jeunes pépites espagnoles. En janvier, Sandro Rosell, ennemi intime, dénonce des supposées méthodes déloyales de City pour enrôler son personnel – du jeune pouce en passant par le chef cuistot.


Pellegrini à défaut de Guardiola

Mais le recrutement du binôme catalan répond surtout au rêve des propriétaires d'Abu Dhabi : Pep Guardiola. Car après avoir attiré Rijkaard sous la guérite du Camp Nou, c'est encore Txiki Begiristain qui a soufflé le nom du divin chauve aux oreilles de Laporta. Malgré des atouts et atomes crochus non négligeables – proximité par la langue et par l'amitié –, Guardiola ne verra jamais la grisaille de Manchester. La faute au Bayern Munich et son prestige. Sans dévier de son plan, City se rabat donc sur Manuel Pellegrini. Esthète et fin tacticien, le Chilien semble taillé pour le costume. Les doutes émis sur ce début de mercato sans star appuient la thèse d'un projet planifié. Plutôt que de séduire des top-players, City compte adapter Jesús Navas et Fernandinho à son système. Et non l'inverse. De quoi laisser l'Ingénieur travailler en toute quiétude durant son contrat de trois ans. Ou pas.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 3 heures 470€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde 2018
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses