1. //
  2. //
  3. // Everton/Man City

Manchester City, un prêté pour un rendu

Cette saison, Manchester City a couplé deux pratiques sur le marché des transferts : celle de recruter en affaiblissant la concurrence, et celle de prêter un joueur en prenant soin qu’il ne puisse pas jouer contre eux. Un cocktail explosif.

4 11
Manchester City file vers le titre de Premier League. Pour ce faire, ils ont vaincu lors de la dernière journée un des deux derniers opposants à la couronne, Tottenham, au terme d’une rencontre aussi riche en intensité qu’en rebondissements dimanche dernier. « Je préfère me prendre une rouste que de perdre de cette manière » lâchera, amer, Benoît Assou-Ekotto, à la sortie du terrain. Les motifs de regrets sont nombreux du côté des supporters des Spurs. Le but de la victoire a été inscrit par Mario Balotelli, qui s’est fait justice sur penalty. L’Italien n’aurait pourtant pas dû finir la rencontre après son coup de pied dans la tête de Scott Parker 20 minutes auparavant. Surtout, avant cette dernière attaque des Citizens, les Londoniens ont eu l’occasion de remporter le morceau. Bale s’est échappé une énième fois, a attiré toute l’attention sur lui avant de glisser la balle au second. Il n’y avait qu’à pousser dans le but vide. Mais Jermain Defoe ne l’a pas fait, trop court. Sûr qu’Emmanuel Adebayor, son mètre 90 et sa saison de feu, aurait mis ce but. Mais voilà, il est prêté par City, il n’a donc pas pu disputer ce match. Il sera de retour ce soir pour affronter les autres équipes. Pour remporter le championnat, Mancini a trouvé le moyen de jouer à douze. Forcément c’est plus facile.

La jurisprudence Berlusconi

Se servir de moyens colossaux pour affaiblir la concurrence, ce n’est pas nouveau. Ce fut même une des premières stratégies de Berlusconi. Il Cavaliere avait même lancé un jour à l'une de ses recrues : « Je ne sais pas si tu joueras, faut voir avec l’entraîneur, en tout cas tu ne joueras plus contre nous » . Parfois, le système montre ses limites. Christophe Dugarry a par exemple atterri en Lombardie, juste pour avoir sorti les Rossoneri de la coupe de l’UEFA avec Bordeaux. Mais dans l’ensemble, le Milan n’a pas à se plaindre de la technique. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Bernard Tapie l’a copié à Marseille. A la recherche d’un défenseur central, il était allé trouver Papin :

« Jean-Pierre, quel est le défenseur qui te fait le plus chier ?

- Boss, quand on joue contre Auxerre, Boli ne fait que me mettre des coups. »

La suite, on la connaît. Transfert, excuses des supporters marseillais pour les insultes passées, larmes de Bari, tête, larmes de Munich. Dans le même ordre d’idée, le Bayern Munich et Lyon ont, dans les années 2000, enrôlé à tour de bras les talents qui venaient à éclore dans leur championnat. Une stratégie qui résultait avant tout de l’incapacité pour ces clubs à être attractifs aux yeux des recrues potentielles des championnats majeurs.

Aller plus loin dans le fair-play financier

Mais là, Manchester City a franchi un pas. Le club ne se contente pas d’empiler les joueurs, quitte à faire passer un match entre l’équipe une et sa réserve pour un sommet du championnat. Elle fausse la compétition puisque Adebayor flambe contre tout le monde sauf contre son ancien club (alors que c’est pourtant un exercice qu’il connaît bien). Le fait que le club prêteur intègre une clause pour que son joueur ne puisse pas jouer contre lui n’a rien de choquant. En Ligue 1 ces dernières saisons, cela a concerné Olivier Sorlin, Peguy Luyindula, Pierre-Alain Frau ou dans un avenir proche Nolan Roux face à Brest. Le problème, c’est que City a les moyens de prêter un des actuels meilleurs joueurs de Premier League. Si ça se trouve, dans 20 ans, le championnat d’Angleterre sera tout simplement la « Manchester City’s PL » . Une raison de plus pour motiver la FIFA à aller plus loin que son fair-play financier et faire en sorte que les équipes puissent toutes dépenser autant, comme en NBA.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Je crois qu'il serait juste de copier une autre règle du sport US c'est celle d'un salary cap mais qu'on changerait légérement : au lieu de fixer un montant fixe pour chaque club, on fixerait un pourcentage du budget du club, en gros chaque club ne pourrait pas dépasser par exemple 60% de son budget dans les salaires. A mon avis sa contribuerait à réduire les déficit des club mais aussi retablir un certain équilibre entre les clubs
PaulScholesHeScoresGoals Niveau : Loisir
City ne mets pas de clause specifique, c'est la FA qui impose se reglement entre club de PML. Cette regle semble logique.

@ajde59
Je ne comprends pas ce genre de solutions. Si tu reduis les salaires, les profits des clubs augmenteront. Surtout dans le contexte anglais ou les clubs sont acheter par des fonds d'investissement (type famille Glazzer du cote de MU).
Que les ligues europeennes mettent des limites sur le prix des places! Tu reduis les recettes, donc les salaires et les profits et le stade redevient un environnement populaire.
Merde a leur fantasme de "places cheres" = "moins de violences dams les stades".
Le systeme americain est monte pour permettre au proprietaire d'avoir une rente et une license mieux cotee chaque annee.
@PaulScholesHeScoresGoals

Mon idée c'est d'éviter que quelques club comme City ou le Real par exemple empile les bon joueurs (qui normalement touche les plus gros saliares). Mais on pourrait compléter avec une règle qui règlementerait les transferts et donc éviter que des qatari ou des oligarques dérégle le matché à coup de centaines de millions
BlueSky - Balotelli Niveau : District
ajde59 mais connait on le vrai budget d'un club, si une règle de ce genre existe, la plupart des clubs retireront leur argent du budget officiel et puis le budget change souvent.
Dendecuba Niveau : CFA
@ ajde59

Et comment voudrais-tu appliquer cette règle? Les 60% de budget du PSG valent le budget total de la moitié des clubs de ligue 1...
Totalement inapplicable et même nocif car les grands clubs useraient et abuseraient des prêts pour alléger leur masse salariale.

Bref, je suis très décu par cet article, trop démagogique,on se contente de citer des exemples au lieu de proposer des alternatives. A mon avis, l'unes des soluions consisterait à fixer un taux maximal d'endettement pour tous les clubs avec des sanctions sportives en cas de dépassement
Bof je ne vois pas pourquoi il faudrait ajouter des lois pour tout et n'importe quoi. C'est aussi aux clubs quand ils se sont prêter un joueur, de refuser ce genre de clause... Alors oui, les petits clubs qui feraient front contre les gros clubs qui leurs imposent des clauses abusives (à voir aussi le Barça et le Real, qui vendent leurs jeunes avec des clauses de rachat à prix franchement ridicule) c'est une utopie, mais le fair play financier est justement censé limiter ce genre de pratique en limitant l'endettement et les injections d'argent en capital abusives pour l'équité du sport. Après si un club fait un chiffre suffisant pour se permettre ça, il n'y a rien à dire, business is business...
Le plus simple serait d 'interdire cette clause. D'autant plus qu'interdire une personne de pratiquer sa profession ne me semble pas trés légale ?(si un avocat nous lit).

Il me semble que cette pratique a été inventée par le Real Madrid aprés s'etre fait éliminée de Champions par Monaco ou était prété Morientes. Depuis le club inclus une clause empéchant un joueur prété par le Real de jouer contre eux.
En ce qui concerne l'idee de salary cap, elle a été introduite dans le Fair Play Financier. Il est conseillé aux clubs d'avoir une masse salariale ne dépassant pas 75% de ses revenus.
La régle n'a pas été rendue obligatoire car elles seraient en contradiction avec le droit du travail de l'UE.
N'importe quoi l'argument du "adebayor peut jouer contre tout le monde sauf city".
Au temps pour moi, la limite recomandée dans le FFP est de 70% et non 75% comme je l'ai écrit dans mon post précédent.
En ce qui concerne Nolan Roux contre Brest, c'est juste que Lille en prêtant Larsen Touré avait mis une clause de ne pas jouer contre son club de départ. C'est une petite ironie envers Lille. Ce genre de pratique existe même en voile avec les suisses qui achètent le meilleur barreur pour pas qu'il puisse concourir et la c"est le summun...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Nkoulou fait sa loi
4 11