En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1re journée
  3. // WBA/Man City (0-3)

Manchester City soigne son entrée

Alors que Chelsea et Arsenal ont manqué leur rentrée, Manchester City, qui bouclait la 1re de journée de Premier League, a préfére suivre les exemples de Manchester United et de Liverpool en s'imposant. Les Citizens de Manuel Pellegrini, largement souverains tout au long de la partie, n'ont eu aucun mal à disposer de West Bromwich (0-3).

Modififié
C'est devenue une habitude à laquelle Manchester City tient. Depuis l'exercice 2008-2009, le dauphin de Chelsea la saison dernière n'a plus chuté lors de son premier match de championnat. Une statistique que les soldats de Manuel Pellergini ont pris le temps d'étirer ce lundi soir, après avoir balayé sans sourciller West Bromwich devant son public (0-3). Encore en rodage, les Citizens ont fait preuve d'une solidité sans faille en défense et laissé entrevoir un potentiel offensif – avec Sterling en nouveau guest star – toujours aussi alléchant. Surtout, Vincent Kompany et Yaya Touré, cadres vilipendés l'an passé, ont montré qu'il faudra sans doute compter sur eux. C'est certes anecdotique, mais City est leader au terme de cette première journée.

Yaya Touré éteint tout suspense… en trottinant


Réputé pour son pragmatisme et sa propension à bétonner, Tony Pulis semblait déroger à l'une de ses règles fondamentales en alignant un 4-4-2 offensif avec la recrue Rickie Lambert et Berahino sur le front de l'attaque. Seulement sur le papier. Puisque, d'entrée, les Baggies dévoilent un projet de jeu peu ambitieux : bloc bas et double rideau défensif. Du petit lait pour Manchester City et sa nouvelle figure de proue Sterling qui prennent le jeu à leur compte. Avec David Silva en chef d'orchestre, Kolářov et Jésús Navas s'en donnent à cœur joie dans les couloirs. Le chronomètre n'affiche même pas dix minutes que la domination territoriale des visiteurs va déjà être récompensée. Dans la foulée d'un tir trop croisé de Silva, son compatriote Navas récupère le cuir et sert Yaya Touré à l'entrée de la surface, dont le plat du pied sécurité passe entre les jambes de Dawson avant de franchir la ligne (0-1, 9e).

Le longiligne ivoirien, abondamment décrié l'année dernière, ne s'époumone pas. Trottine, même. Suffisant pour planer au milieu de l'enceinte de Hawthorns. Et éteindre tout semblant de suspense quelques minutes plus tard. Au terme d'un une-deux avec Bony, le milieu de terrain claque un doublé sur une merveille de frappe enroulée, imparable pour le gardien Myhill (0-2, 24e). Peu avant la mi-temps, c'est Sterling, l'homme aux pieds d'or estimés à 68 millions d'euros, qui est tout proche de porter l'estocade à une équipe de West Brom amorphe (41e). Et pour cause, les compères du Captain Fletcher ne proposent rien. Ou tellement peu. Berahino s'élève peut-être comme le seul à jouer les trouble-fêtes avec ses rares incursions dans le camp adverse. Mais la seule occasion est à mettre au compte de Lambert, auteur d'un coup franc passant largement au-dessus des cages de Hart (28e). Pas le temps de s'apitoyer que Mike Dean siffle la mi-temps et le rideau paraît d'ores et déjà baissé.

Kompany, le revenant


Conscient que l'édifice des Baggies s'est effrité en seulement quelques minutes, Pulis choisit de passer à une seule pointe et fait entrer Yacob à la place de McClean, nouvelle recrue transparente. Judicieux puisque West Brom retrouve de l'allant, à défaut de se montrer réellement menaçant dans le jeu. Sur un coup franc rasant la barre transversale, Lambert tente à nouveau de faire frissonner Hart (49e). En vain. Les intentions manquent d'audace et ce sont les hommes de Pellegrini qui ne vont pas se priver pour profiter. Lui aussi vertement critiqué lors de l'exercice précédent, Kompany décroche un coup de casque sur corner qui termine sa course dans la lucarne opposée (59e, 0-3). À l'heure de jeu, la messe est dite. City s'adonne à gérer sans coup férir sa large avance. Agüero et Nasri entrent successivement afin de retrouver un peu de rythme. Les entrées d'Anichebe et de McManaman, elles, s'apparentent à un dernier aveu d'impuissance. Tout comme les timides tentatives de Gardner (69e, 75e) et Morrison (77e). Sans trembler, les Citizens s'adjugent un premier succès logique. Tel un Roi déchu, Manchester City amorce sa reconquête. Le compte à rebours est lancé.

Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 71
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12