1. //
  2. //
  3. // Swansea/Manchester City (2-4)

Manchester City s'impose en dauphin solide

Avant même que Manchester United et Arsenal s'étripent, Manchester City n'a pas manqué l'occasion de conforter sa deuxième place. Au terme d'un match intense et riche en buts, les Citizens dominent Swansea 4-2.

Modififié
3 2

Swansea - Man. City
(2-4)

G. Sigurdsson (45'), B. Gomis (64') pour Swansea , Y. Touré (21'), J. Milner (35'), Y. Touré (73'), W. Bony (91') pour Manchester City.


En une demi-heure, Manchester City est passé par tous les états d'esprit. La satisfaction d'abord. Celle du travail vite fait, mais bien fait. Celle de mener tranquillement 2-0 en première période et de conforter une deuxième place à ce moment-là quasiment assurée. Puis la frustration de se faire rejoindre au tableau d'affichage, sur deux exploits individuels, de Sigurdsson d'abord, de Gomis ensuite. Et enfin, le soulagement. De (re)voir Yaya Touré, pourtant très discret, prendre ses responsabilités, se débarrasser de tous ses adversaires sur son dos et d'offrir la victoire à son équipe d'une frappe sèche en fin de match. Avec cette victoire, City conforte sa deuxième place.

Łukasz Fabiański, la demi-molle


En deux saisons, il a claqué une trentaine de buts sous le maillot des Swans. Du coup, en janvier dernier, Manchester City a claqué une trentaine de millions de livres pour s'offrir ses services. Pour son retour au Liberty Stadium, Wilfried Bony prend place sur le banc. Aux premières loges pour voir son successeur à la pointe de l'attaque galloise, Bafé Gomis, donner une leçon de jeu dos au but et s'offrir les deux premières occasions de la rencontre. Deux frappes du gauche, l'une trop écrasée, l'autre pas cadrée. Huitième au classement, Swansea n'a pas l'intention de terminer l'exercice en roue libre. Car il y a une qualif' en Ligue Europa à aller chercher. Justement, Nathan Dyer, lui, va chercher Eliaquim Mangala et le pousse à la faute. L'ailier de poche en profite, se présente face à Joe Hart, mais bute sur le portier anglais et sa main ferme. Tout le contraire de Łukasz Fabiański. Alors que Swansea dominait, concédant tout de même de plus en plus de terrain, l'ancien portier d'Arsenal oublie d'avoir le bras solide sur une frappe de Yaya Touré. Le ballon ricoche et termine au fond des filets (0-1, 21e). Le bon début de match des Gallois semble déjà loin. Encore plus loin lorsque Sergio Agüero enclenche un contre à toute vitesse et que James « couteau-suisse » Milner le conclut à merveille (0-2, 36e).

Gomis, 5 sur 5


Fin du suspense ? Pas tout à fait. Dans le money time de la première période, Gylfi Sigurdsson réduit le score. Servi à l'entrée de la surface, l'Islandais envoie une frappe limpide dans le petit filet de Joe Hart (1-2, 45e). Au retour des vestiaires, la partie s'emballe quelque peu. Ça va d'un but à l'autre, d'une frappe lourde et lointaine de Jonjo Shelvey à un rush de Frank Lampard (l'un de ses derniers en Premier League), d'un énième débordement côté gauche de Jefferson Montero à une reprise de David Silva et un plat du pied de Jesús Navas, les deux stoppés par un Łukasz Fabiański mieux inspiré. En parlant d'inspiration, Bafé Gomis, discret pour ne pas dire absent depuis la pause, surgit au meilleur moment. Alors que la pression des Citizens se faisait de plus en plus forte sur la cage des Swans, l'attaquant français s'infiltre entre Demichelis et Mangala. À la réception d'un long ballon dans la surface, il fait tout, tout seul. Il contrôle, patiente et égalise d'une volée bien croisée (2-2, 65e). Avant de rugir pour fêter son cinquième but en autant de match. L'ancien Lyonnais et Stéphanois aurait pu en mettre un sixième si Joe Hart n'était si chaud bouillant en fin de match. Au lieu de cela, Yaya Touré et Łukasz Fabiański nous rejouent le coup de la première mi-temps. L'Ivoirien redonne l'avantage à son équipe (2-3, 74e). Avant que, plus tard, Wilfried Bony, tout juste entré en jeu sous une ovation, ne termine son ancienne équipe (2-4, 90e+2).

⇒ Résultats et classement de Premier League

Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Lamine Turgut Niveau : CFA
Il n'y a rien de plus classe que la non-célébration de Bony ?
Si : le public qui applaudit son but ...

(et je valide avec Pirlo, alors ...)
harry plotteur Niveau : DHR
Arsene, la deuxième place c'est pas pour cette année encore... mais bon déjà se détacher de l'habituel quatrième place est déjà un exploit en soit
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 2