En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale
  3. // Chelsea/Manchester City (1-2)

Manchester City rejoint Wigan en finale

Souvent ennuyeuse, rarement délicieuse, la demi-finale de la Cup entre Manchester City et Chelsea a livré son verdict : victoire de Manchester City (1-2). Désormais, les Skyblues doivent battre Wigan pour adoucir le goût amer que laisse leur saison.

Modififié
Chelsea – Manchester City : 1-2
Buts : Nasri (36e)et Agüero (47e) pour Manchester City. Ba (67e) pour Chelsea

Chelsea, City, même combat. Pour ces deux équipes, le salut de cette saison décevante passe par les coupes. Chelsea ne défendra pas son titre en Ligue des champions, mais se prend à rêver d'Europe avec la Ligue Europa. Côté citizen, la Cup est le dernier espoir de trophée (hormis le Community Shield), il faut donc remporter ce choc estampillé Premier League, plus enivrant qu'un vulgaire Troyes – Nancy. Dans le jeu, ça a pris du temps, mais ça s'est finalement vérifié. Lancés par Nasri en fin de première période, les Skyblues n'ont jamais lâché leur avantage comptable. Mieux, ils l'ont accentué dès l'entame de la seconde mi-temps grâce à Agüero avant de voir Demba Ba donner de l'espoir aux siens à 25 minutes du terme. Un but extraordinaire, mais un espoir vain. Manchester City tient sa finale.

Yaya accélère, Nasri conclut

La Cup ne rime pas forcément avec remplaçants, la preuve. Mata, Hazard, Agüero et Touré sont présents au coup d'envoi. C'est bon ça. Avec tout ce talent réuni sur une même pelouse, il ne faut pas longtemps pour lancer le match. Manchester City dégaine dès les premières minutes par l'intermédiaire d'Agüero. Les Citizens ont le ballon, tournent autour d'un Chelsea amorphe en ce début de rencontre, mais ne trouvent pas le cadre. Les corners se multiplient, les Blues repoussent, mais peinent à produire du jeu. Les Londoniens ne sont pas entrés dans leur match, le jeu en pâtit. Ce faux rythme finit par perturber les Skyblues qui lèvent le pied. L'intensité de la partie baisse déjà à l'orée de la 20e minute. Le calme avant la tempête…

Barry se charge de réveiller le stade de Wembley. Sur l'un des rares contres adverses, l'Anglais sèche Ramires dans le rond central. Ça, c'est du foot anglais. Et les hommes de Rafael Benítez tentent d'en profiter. Positionnés plus haut sur la pelouse, ils récupèrent de nombreux ballons, mais manquent cruellement d'imagination. Sauf qu'à jouer loin de son but, Chelsea est moins concentré derrière et laisse des espaces. Yaya Touré, plus libre, s'infiltre dans la défense et sert Agüero qui remet pour Nasri. Coup de billard dans la surface, le ballon revient sur le minot marseillais. But. Chelsea se rue désormais à l'attaque, Agüero et consorts en profitent pour se créer des situations, mais le score en reste là.

Demba Ba, ce génie

Les Blues ne sont pas dans leur assiette ce dimanche. Dès l'entame du second acte, Ramires perd un ballon au milieu de terrain et commet la faute. Premier carton jaune côté londonien. Un carton qui coûte très cher. À la suite du coup franc, Barry centre pour le Kun, laissé seul en pleine surface. Tête, poteau rentrant. À l'image de leur maillot, les Blues broient du noir. Les troupes de Rafa semblent éreintées, fatiguées après leur voyage en Russie et leur match face au Rubin Kazan trois jours auparavant. Oscar ou Mata initient un semblant de révolte, mais City attend patiemment et profite de chaque perte de balle pour aller titiller les gants de Petr Čech. L'horloge tourne, les coéquipiers d'Eden Hazard perdent espoir.
65e minute, l'heure des changements. Logiquement, le technicien espagnol est le premier à frapper et lance son compatriote, Fernando Torres, en lieu et place d'Obi Mikel. Coaching gagnant, l'Ibère entre en jeu, libère un espace à Demba Ba. Le génie sénégalais se charge du reste dans son style si caractéristique. Reprise acrobatique dans la surface. Magnifique. L'intérêt du match est relancé. La défense mancunienne s'emmêle les pinceaux, mais la doublure de Joe Hart, Costel Pantilimon, sauve par deux fois son équipe. Mancini sent que son équipe faiblit et lance des forces vives dans la bataille. Javi García et Lescott font leur entrée. City est perturbé, Torres se procure des occasions, mais Kompany est collé à ses basques. Le score en reste là. Manchester City a su profiter de la passivité de Chelsea pour se qualifier. Pas un grand match, mais une grande victoire au vu de cette saison. Roberto ne dira pas le contraire.

Par Emmanuel Guérin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 8 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 25
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Lyon n'est pas encore mort