1. //
  2. // 33e journée
  3. // Man.City/West Ham (2-0)

Manchester City recolle au peloton

Solide, facile, mais sans faire un grand match, l'équipe de Manuel Pellegrini repart de son stade avec trois points synonymes de bouffée d'oxygène. Et peut de nouveau viser la qualification directe en Ligue des champions.

Modififié
0 4

Man. City - West Ham
(2-0)

J. Collins (17' CSC), S. Agüero (36') pour Manchester City


Des gros matchs perdus comme face à l'ennemi United la semaine dernière, des rêves de titre envolés, des rumeurs de transfert incessantes, un coach dépourvu de sérénité sur le banc : ces dernières semaines, le quotidien des Citizens est devenu long, barbant et inquiétant. Mais parfois, la situation peut se débloquer d'elle-même. Et le déclic peut venir d'un exploit individuel. Ou d'une erreur adverse. Comme lors de cette dix-huitième minute de jeu. Adrián, gardien de but des Hammers, loupe un dégagement récupéré par Jesús Navas au milieu de terrain. Ce dernier, très bon tout au long de la partie, ne s'embarrasse pas longtemps et tape le cuir en profondeur pour Agüero. Le Kun n'aura pas besoin de se battre pour marquer. Non, puisque c'est James Collins qui s'en chargera à sa place. Le malheureux défenseur des visiteurs, en voulant dégager son camp, lobe son portier. Un but arrivant au meilleur des moments pour un Manchester City dominateur, mais maladroit en attaque. Un but qui permettra aux locaux de se lâcher enfin pour aller remporter la partie et rêver à nouveau d'une qualification directe en Ligue des champions. Pour l'instant.

Collins est généreux, Agüero efficace


Dans leur antre, les hommes de Manuel Pellegrini prennent le jeu à leur compte dès les premières minutes. En face, West Ham est obligé de jouer très bas sur la pelouse, tentant de profiter de la moindre erreur adverse pour construire et conserver la balle. Mais City redouble les passes grâce à un David Silva très mobile et un Yaya Touré plein de maîtrise. Les Hammers, eux, ne font pas preuve de beaucoup de concentration, surtout en défense. Comme quand, à la onzième minute, Zabaleta, agressif sur le ballon, chipe le cuir à Enner Valencia pour le remettre dans l'axe et permettre à David Silva d'allumer la première mèche, au-dessus du but adverse. Pourtant, les visiteurs ne réagissent pas, restent très bas en défense et semblent empruntés avec le ballon. Une impression qui se confirmera quelques minutes plus tard avec ce dégagement intercepté par Navas, dont la passe en profondeur sera tapée par James Collins, lobant un Adrián impuissant (18e).

À partir de ce moment-là, les joueurs de West Ham commencent à comprendre qu'ils vont devoir sortir de leurs bases pour pouvoir titiller un minimum une paire Mangala-Demichelis solide et attentive. Et c'est ce qu'ils font. Peu à peu, les Hammers s'avancent, construisent un peu plus. Mais finissent par se découvrir. Il reste alors un peu moins de dix minutes à jouer en première période quand Yaya Touré, tout en puissance, vient placer un tacle rageur et lancer une contre-attaque éclair. Sergio Agüero prend alors le contrôle de la sphère, tente un une-deux gagnant avec Navas pour faire trembler les filets adverses une seconde fois. Et de 101 pour le Kun avec les Citizens. À la mi-temps, City est applaudi.

À sens unique


Au retour des vestiaires, l'Etihad Stadium chante et semble de nouveau heureux pour la première fois depuis plusieurs semaines. Pourquoi ? Parce que les fans de Manchester City savent que ce match sent bon. Leur équipe contrôle la partie et ne laisse aucun répit à son adversaire dans la première moitié de la seconde mi-temps. Le Kun, lui, n'est jamais rassasié et vient buter sur Adrián au terme d'une belle action entre Lampard et Touré (49e). Les passes s'enchaînent, les frappes aussi, les chants se font entendre de plus en plus fort. Mais comme dans toutes les histoires, il faut toujours un ou plusieurs grains de sable pour venir gâcher une bonne ambiance. On joue la 67e quand Cheikhou Kouyaté vient caler son coude sur la tempe de David Silva, laissant l'Espagnol à terre pour une petite dizaine de minutes avant de quitter ses partenaires sur civière.

Et une fois Samir Nasri entré en jeu en lieu et place du sacrifié, la partie reprend son cours, mais les Citizens ont été coupés et sont à la recherche d'un nouveau souffle. L'occasion pour les hommes de Sam Allardyce de pénétrer pour la première fois dans la surface de Joe Hart. Problème, le tableau d'affichage affiche deux buts de retard et 5 minutes à jouer. Bien trop peu pour des Hammers trop timorés, qui auront tout de même une véritable occasion de planter en toute fin de match, mais Nolan manquera son face-à-face. Et les neuf minutes (!) de temps additionnel n'y changeront rien. Manchester City remporte les trois points aisément, et peut de nouveau penser au podium, en revenant à un point de l'ennemi United. Ce derby-là est loin d'être fini.

⇒ Résultats et classement de Premier League

Par Maxime Nadjarian
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'espère qu'à la fin de la saison Pellegrini sera enfin limogé, ce serait pas trop tot.
Je sais qu'on va me rétorquer qu'il a gagné un titre de champion d'angleterre mais ce n'est rie il est incapble d'élever ses joueurs au niveau adequat lors des matchs de ligue des champions contres des grosses équipes.
Son recrutement est désastreux, celui de Mancini avant était pas mal dans le genre aussi, et vu comment il gère ses joueurs (mette bony titulaire, poussé tevez à la sortie, il va surement vendre jovetic).
Je sais pas qui peut sauver cette équipe mais cela s'annonce très compliqué pour qu'un coach arrive un jour a faire de cette équipe un grand d'Europe.
philfrenhie Niveau : CFA
Message posté par o'brothers
J'espère qu'à la fin de la saison Pellegrini sera enfin limogé, ce serait pas trop tot.
Je sais qu'on va me rétorquer qu'il a gagné un titre de champion d'angleterre mais ce n'est rie il est incapble d'élever ses joueurs au niveau adequat lors des matchs de ligue des champions contres des grosses équipes.
Son recrutement est désastreux, celui de Mancini avant était pas mal dans le genre aussi, et vu comment il gère ses joueurs (mette bony titulaire, poussé tevez à la sortie, il va surement vendre jovetic).
Je sais pas qui peut sauver cette équipe mais cela s'annonce très compliqué pour qu'un coach arrive un jour a faire de cette équipe un grand d'Europe.


ya bielsa qui sera libre a la fin de la saison......
Bielsa est pas trop le genre a coacher city...
philfrenhie Niveau : CFA
Message posté par o'brothers
Bielsa est pas trop le genre a coacher city...


ct juste une petite boutade pour mes amis marseillais...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4