1. //
  2. // 2e journée

Manchester City enchaine

Victorieux du faible Swansea lors de la première journée, Manchester City, emmené par un Dzeko retrouvé, s'est payé le scalp de Bolton.

Modififié
0 6
Bolton / Manchester City : 2-3


Buteurs : Klasnic (39'), K. Davies (63') pour les Wanderers ; Silva (24'), Barry (37'), Dzeko (47') pour les Citizens

Mancini avait prévenu : «  Pour gagner le titre, il nous faudra déjà marquer plus de buts » . Message reçu. Contre Swansea, malgré un très bon gardien adverse (Vorm), les Citizens en avaient enfilé quatre (4-0). A Bolton, les hommes de Mancini ont une nouvelle rendu une copie offensive très propre et surtout séduisante. Agüero est comme un poisson dans l'eau dans cette nouvelle équipe, Dzeko est transformé et remporte la majorité de ses duels, Silva et Milner (excellent cet après-midi) n'ont cessé d'accélérer le jeu des rossoneris d'un jour, et on a retrouvé un Yaya Touré à la barcelonaise, en sentinelle à côté de Barry. Bref, à la lumière de ces premières rencontres, City donne l'impression d'enfiler le costume du principal rival de United. Alors évidemment, à prendre plus de risques, la défense des Sky Blues s'est plus dégarnie qu'à l'habitude, laissant Klasnic et Davies espérer un retour improbable des Vagabonds. Mais la saison dernière, Manchester United n'a pas réussi à soulever sa couronne qu'avec des 1-0 minimalistes. Un bon signe ?

Norwich City / Stoke City : 1-1


Buteurs : De Laet (37') pour les Canaries : Jones (94') pour les Potters

On espère que le joli football proposé par Norwich à Wigan le week-end dernier n'était pas qu'un feu de paille. Beaucoup moins séduisants ce dimanche, les Canaries ont peiné pour finalement craquer dans les dernières secondes. Norwich avait pourtant ouvert le score, avait réussi aussi à résister à 10 (expulsion de Barnett à l'heure de jeu) au siège des Potters durant une demie heure, le portier des Canaries, Ruddy, avait même repoussé un pénalty injustement accordé par le referee suite à l'expulsion de Barnett. Seulement, Stoke est une équipe coriace et, dans le jeu des balles de dernière minute dans la boîte, possède un expert, Kenwyne Jones, qui égalise à la 94ème.



Wolverhampton / Fulham : 2-0


Buteurs : Doyle (42'), Jarvis (45') pour les Wolves

Les Cottagers de Martin Jol, sur le pont « compétition » depuis juillet, étaient jusqu'à ce déplacement à Molineux, invaincus, n'avaient encaissé qu'un seul but. Le sauvé miraculé de la saison dernière, Wolverhampton a aujourd'hui cassé cette série, en trois minutes juste avant le repos. Pas mieux pour saper le moral de son adversaire. Et comme, apparemment, pour cette saison 2012, les Wolves savent garder leur avance, comme à Blackburn, on se retrouve en ce soir du 21 août avec l'équipe de Mick McCarthy en haut de la Premier League avec Man. City. Qu'elle en profite.





Chelsea / WBA : 2-1


Buteur : Anelka (53'), Malouda (83') pour les Blues ; Long (4') pour les Baggies

Comme contre Stoke, Chelsea a manqué d'imagination pour se défaire plus rapidement de Baggies décidément bien gênants, après avoir inquiété Man United le week-end dernier. Les Blues se sont surtout offerts une première période plus que crispante. Alex, dès la 4ème minute, nous sort le contrôle américain qui ne va pas bien du tout, dans ses 30 mètres. Shane Long, qui sera visiblement un pointeur à surveiller cette saison (meilleur buteur de la D2 la saison dernière avec Reading), s'infiltre et trompe avec sang-froid Hilario. La défense londonienne paraît bien pataude, à faire passer le buffle Tchoyi pour un attaquant adroit. Au retour des vestiaires, Anelka, qui n'avait plus marqué depuis février dernier, retire une épine d'angoisse à tout Stamford Bridge. Chelsea ne perdra pas pour son premier match à domicile. Déjà ça de pris. Et quand Malouda, après une accélération dantesque de Bosingwa, permet aux Blues de prendre l'avantage, c'est un tronc entier d'angoisse qui s'évacue de Stamford. WBA, de son côté, sait désormais sur quel domaine travailler : réussir à garder sa concentration face aux gros plus de 80 minutes.


Sunderland / Newcastle : 0-1


Buteur : R. Taylor (62') pour les Magpies

Deuxième cleansheet pour ce Newcastle 2012 bien plus solide (concentré ?) que la saison dernière. La performance n'était pourtant pas évidente avec la réception d'Arsenal le week-end dernier et un déplacement tendu chez l'ennemi Sunderland pour le derby du Tyne-Wear en ce début de samedi après-midi. Après une première mi-temps dominée par les Black Cats, dominée aussi par une performance majuscule de Coloccini dans l'axe défensif visiteur, Newcastle est peu à peu monté en régime, au milieu de terrain notamment, où l'attelage Cabaye-Tioté a cadenassé toutes les initiatives locales (Cabaye s'est même essayé au tacle assassin made in PL), contrant principalement le détonateur Sessegnon. Et quand la réussite s'en mêle, vous obtenez un coup-franc direct aussi involontaire que précis de Ryan Taylor dans la lunette du portier de Sunderland, Mignolet. Les tacles de Cattermole (la vraie brute de la Premier League, ce n'est pas Barton, c'est lui) n'auront pas aidé Sunderland à se remettre dans le coup et auront même inspiré, dans les derniers instants, un tacle violence XL de Bardsley sur Coloccini, sans doute heureux de marcher ce soir sur ses deux jambes.

Swansea / Wigan : 0-0

En ce 20 août 2011, les amateurs de stats peuvent retenir, que pour la première fois de son histoire, la Premier League a vu un de ses matches disputés hors d'Angleterre. En ce 20 août 2011, on s'aperçoit aussi que les Gallois de Swansea ont eu le nez creux en engageant le portier n°2 de la sélection hollandaise, Peter Vorm (2 millions d'euros en provenance d'Utrecht) auteur, comme contre City lundi dernier, d'un match impeccable (un pénalty arrêté dans le dernier quart d'heure, des poteaux et des barres, bref la baraka). Et franchement, ses arrêts ne seront pas de trop cette saison.



Aston Villa / Blackburn : 3-1


Buteurs : Agbonlahor (12'), Heskey (25') et Bent (67') pour les Villans : Pedersen (52') pour les Rovers

Première victoire de l'ère McLeish à Villa. Et les Villans ont mis un peu plus de cœur à l'ouvrage que contre Fulham, la semaine dernière. Enfin en première période surtout. C'est tout d'abord l'amaigri Agbonlahor qui déhanche Salgado (double crochet) avant d'enrouler parfaitement le cuir dans la cage de Robinson. C'est ensuite au tour d'Emile Heskey de doubler la mise, à la Emile Heskey, avec un contrôle un peu long, une frappe pas belle en taclant mais au ras du poteau. Les Rovers, au retour des vestiaires, vont faire semblant d'y croire grâce à ce Pedersen, dont on se demande encore ce qu'il fout à Blackburn. La troupe de Steve Kean sera certes un peu plus offensive, mais sans vraiment convaincre (avant-centre wanted !), surtout avec un Canadien (David Hoilett) en guise de meilleur joueur. De toute façon, l'affaire a été bouclée peu après l'heure de jeu, quand l'opportuniste Bent, profite d'une boulette de Hanley pour remettre l'écart à +2. Il ne manquait plus qu'un dégagement foireux, foiré, rippé de Paul Robinson pour que le tableau soit complet. Blackburn sera visiblement toujours aussi laborieux cette saison.



Everton / QPR : 0-1


Buteur : Smith (31')

Voici la première victoire en Premier League de QPR, depuis avril 1996. Et, franchement, après la dérouillée subie contre Bolton lors de l'ouverture de la saison (0-4), on ne donnait pas cher de la peau des Rangers avant le coup d'envoi. Avec Saha, Fellaini et Arteta sur le banc, Everton bafouille son foot, peine à trouver Cahill et Beckford devant, et offre, grâce à une boulette-passe décisive de Jagielka, l'ouverture du score à Smith. Leighton Baines touche bien la barre sur coup-franc, un nouveau jeune de 17 piges, Ross Barkley, s'est aujourd‘hui révélé au grand public (encore un) mais les Toffees, comme une rengaine tenace de la saison 2011, ne vont pas réussir à concrétiser une pelle d'occasions pour revenir au score. Comme d'habitude, on préfère se mettre quelques handicaps de début de saison. Everton, c'est ça aussi.

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est le propre des grands joueurs . Notamment pour les attaquants .
Avoir des périodes difficiles pendant quelques mois , mais ensuite
des périodes très favorables alors qu'on donne ces joueurs cuits
mauvais ; c'est la vérité à propos de Nicolas Anelka , quoiqu'en pense votre journal , d'autant qu'en quelque sorte , Anelka en terme de palmares est l'équivalent de Eto'o que vous adulez : champion d'europe en club et champion continental avec sa selection nationale
même si ce doit être un constat inadmissible pour la presse française parce que la technique de communication de celle-ci consiste à exprimer de la detestation vis à vis du natif de Trappes ( vous preferez tellement vous "branler" sur nasri ou drogba dans la plupart de vos commentaires , c'est à dire des joueurs qui n'ont pas atteint ce niveau des Eto'o et même Anelka).
Vu le but d'Anelka y'a pas de quoi "se branler", ils ont déjà été gentils de pas dire dans l'article que sont but est le fruit d'un contre chanceux.

Franchement dire qu'il est en pleine bourre pour un but pareil... T'es de Trappes ?
Comparer Anelka à Eto'o, t'as pas peur Bursac. Pour moi ce mec est cuit, et comme il est pas très malin, il ne risque pas d'avoir la fin de carrière d'un Bergkamp, c'est le moins qu'on puisse dire.
Drogba n'a pas atteint le niveau d'Anelka??
Hahaha, on sait que tu es un supporter parisien et que Drogba est peut etre trop "marseillais" pour toi mais sois serieux un instant, ce commentaire decredibiliser tout ton message pourtant interessant.
A propos d'Anelka, il est normal que ce gars ne déchaine pas que des sympathies. Il a souvent eu un melon de proportion inverse à ses résultats, a le goùt de la provocation et même lorsqu'il veut parler sérieusement, il ne sort que des conneries. Comme le jour où il a expliqué qu'il ne comprenait pas pourquoi il devrait payer des impôts en France. Oubliant au passage, que sans impôts, il aurait pas eu de terrains ou de centres pour s'entrainer quand il était môme, pas de sécu pour payer son opération des amygdales, pas d'éducation, etc... Et l'ironie, c'est que son père était fonctionnaire. Bref, un membre de plus dans le club pas si fermé des millionnaires à 2 neurones. Vive les jeux du cirque !!!
C'était pas Hilario dans les buts de Chelsea, c'était Turnbull.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Liverpool sans pitié
0 6