1. //
  2. // 12e journée
  3. // Manchester City/Tottenham

Manchester City–Tottenham, le 9e contre le 7e, vraiment ?

102 millions de livres pour City, 107 millions pour les Spurs, autant dire que les deux clubs ont lâché de la caillasse, cet été, sur le marché des transferts. Pourtant, au classement, cela donne une vulgaire opposition entre le septième et le neuvième de Premier League. Comment en est-on arrivé là ?

Modififié
0 22
Les blessures

Quand tout part en sucette, un rapide coup d’œil vers l’infirmerie permet de comprendre pas mal de choses. Notamment pour Manchester City qui doit composer depuis le 5 octobre sans sa poutre défensive Vincent Kompany. Touché à l’aine, le Belge n’a aucune date de retour cochée sur son calendrier iPhone. D’autant qu’il doit faire avec cette blessure depuis plus d’un an. Sans lui, la défense de City n’est plus la même (deux défaites en quatre matchs de championnat). Et comme le malheur aime bien se conjuguer au pluriel, City vient de déclarer David Silva – son meilleur joueur depuis le début de saison – inapte au travail pour 4 semaines (mollet). Si, en plus, on ajoute Stevan Jovetić (mollet aussi, trois matchs de championnat dont une seule titularisation), ça commence à faire beaucoup pour une équipe du haut de tableau. Surtout dans des secteurs de jeu aussi importants. Mais les Spurs n’ont rien à envier aux hommes de Pellegrini. Entre Younès Kaboul, Aaron Lennon, Étienne Capoue, Sandro, Nacer Chadli ou encore les récents pépins de Christian Eriksen et Dany Rose, les ouailles de Villas-Boas sont marrons, eux aussi. Pis, le coach portugais se retrouve sans latéral gauche et doit composer avec le Belge Vertonghen pour colmater les brèches sur le côté babord de son bateau. Depuis le début de saison, les deux équipes n’ont jamais pu faire marcher la concurrence. Et quand on bricole, ça ne marche pas à tous les coups.

Le mercato

À Tottenham, on a parfaitement surfé sur la vente très onéreuse de Gareth Bale avec un mercato plutôt sexy sur le papier : Paulinho, Lamela, Eriksen, Soldado, Capoue. Moralité, entre les blessures et les méformes, le meilleur joueur maison s’appelle Andros Townsend. Un gamin formé au club, de 22 piges et devenu, en deux mois, international anglais et homme à tout faire sur le pré. Dans ce grand marché estival, les Spurs ont oublié d’acheter un latéral gauche (Rose est jeune et fragile, Vertonghen défenseur central de formation) et ça se ressent dans le déséquilibre offensif avec 40% des attaques armées depuis le côté… droit. Tottenham en devient presque prévisible en phase offensive. Et puis il y a la gestion du cas Adebayor, un énorme salaire qui s’entraîne avec les jeunes, tricardisé qu'il est depuis le début de saison. Moyen pour une équipe cruellement en panne de pions (neuf seulement en championnat) et portée par un avant-centre – Roberto Soldado – qui ne fait rêver personne hormis son banquier. À City, on n’est pas mieux loti avec le marché des transferts. Manuel Pellegrini découvre la Premier League. Il a besoin de temps, clairement. Ce n’est pas de sa faute, d'ailleurs Mourinho et Moyes, eux aussi nouveaux dans leur club, connaissent un début de saison compliqué. Et, comme dans le même temps, certaines recrues peinent à convaincre (on pense à Fernandinho, un poil en dedans, ou au poissard Jovetić, arrivé blessé), l'ensemble met du temps à exprimer son potentiel. Au final, le jeu de City est déséquilibré et repose uniquement sur le talent de Sergio Agüero, énorme depuis l’ouverture de la chasse.

La dépendance

À Londres, le problème est avant tout offensif. Neuf buts marqués en championnat, c’est cauchemardesque quand on vise une place dans le top 4. Sur le papier, ça donne la 18e attaque du championnat. Dans ce fiasco, c’est Roberto Soldado qui est directement pointé du doigt. Acheté un rein, l’ancien buteur de Valence n’est pas dans le coup et claque uniquement des penos, ou presque. Et puis, les supposés joueurs de couloir sont soit blessés (Chadli) soit à la rue (Lamela). Dès lors, on assiste à des matchs chiants et sans but. Bref, on s’ennuie. Chez les Citizens, heureusement pour eux, la machine à caramels fonctionne plutôt bien (meilleure attaque du championnat avec 28 buts). C’est plutôt derrière que ça part en couille. Outre la blessure de Kompany, certains cadres défensifs peinent à (re)trouver leur niveau. On pense à Gaël Clichy et surtout à Joe Hart, catastrophique depuis un mois. À tel point que Pellegrini a préféré titulariser son numéro 2 : le Roumain Pantilimon et ses 2m02. Preuve d’une équipe qui cherche encore à se stabiliser sans deux membres de sa colonne vertébrale.

La bataille des airs

S’il y a bien un point commun entre les deux équipes, c’est leur faiblesse aérienne. Que ce soit défensivement – surtout en l’absence de Kompany – ou devant, Manchester City préfère éviter la bataille des airs. À City, où Džeko n’est plus qu’un faire-valoir, on passe avant tout par le sol. Logique vu la dégaine des joueurs offensifs : Nasri, Agüero, Navas, Silva, Negredo. Sauf qu’en Angleterre, le goût du combat aérien est une marque de fabrique. Dans ce domaine, l’équipe de Pellegrini affiche un petit 49% de duels aériens gagnés. C’est peu. Les Spurs sont un peu mieux notés par la patrouille (53%), mais ne développent pas un amour très marqué pour la chose aérienne. Avec énormément de joueurs de ballon (Eriksen, Sigursson, Chadli, Lennon, Paulinho, Dembélé, etc.), mais peu de guerriers ou de Britanniques, les Spurs peinent à s’imposer quand la balle décolle du sol. Dans un championnat où la moindre équipe de peintres balance du kick and rush, ça devient compliqué de lutter.

L’Europe laisse des traces

Hasard ou pas, les deux équipes sont parfaites sur la scène européenne. Après deux échecs en phase de poules, City vient – enfin – de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Une débauche d’énergie physique et morale qui peut laisser des traces dans l'optique des joutes nationales du week-end. Surtout quand on doit affronter le CSKA Moscou en plein cœur de l’automne moscovite. Idem pour Tottenham qui s’amuse dans son groupe de Ligue Europa (quatre matchs, quatre victoires), mais avec des déplacements bourbiers au programme : Russie, Moldavie, Norvège. Ces longs trajets et la répétition des matchs avec des effectifs touchés par des blessures laissent des traces dans les deux camps.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Tottenham leur problème c'est de ne pas avoir de "top-player" depuis le départ de Bale. Ils empilent les bons joueurs mais il leur manque quelqu'un qui fasse la différence. Leurs recrues étaient bonnes, mais pour 107 millions, il aurait du privilégier la qualité à la qualité.
je trouve tottenham complètement surcote. 9 buts dont 3 sur penalty, avec l'arsenal offensif ( hihihi ) qu'ils ont c'est une honte.
7eme c'est flatteurs pour leur début de saison.
Objectivement
A mon sens les 2 équipes ont fait des recrutements foireux et onéreux.
Soldado ne vaut pas 30 millions et c'est un avant centre qui a besoin d'une superbe équipe derrière lui pour mettre des pions.
C'est vraiment un mauvais choix de relegué Defoe et Adebayor sur le banc, des recrues comme Lamela sont chères et ne justifieront surement jamais leur prix.
Pour City le problème es que depuis qu'ils ont du fric et que Bellamy, Robinho, Ireland et Petrov se sont barrés, ils n'ont plus de fond de jeu, et se reposent sur des individualités ultra puissantes pour décanter des situations, Aguero, Touré et Kompany par exemple, ce sont les réelles limites de cette équipe qui a malgré tout pu devenir championne sans fond de jeu ce qui reste un véritable exploit.

On voit que ces 2 équipes sur le plan du jeu ont du retard sur les Toffes, les gunners et les reds.
leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Note : 5
"À Londres, le problème est avant tout offensif. Neuf buts marqués en championnat, c’est cauchemardesque quand on vise une place dans le top 4"

Ou pour donner un ordre de grandeur : Suarez ou Stud' ont chacun planté plus de pions que toute l'équipe de Tottenham réunie.
Jai essayé de regarder des matchs des spurs dernierement, bien que je supporte cette equipe, c'est d'un chiant, mais d'un chiant....
Et l'excuse Adebayor, non merci, le gars plante 8 buts en 34 matchs sur la saison derniere.

Je me fait pas trop de soucis pour le reste de la saison, Levy va lacher les thunes (peut etre) au mercato d'hiver.
Je pense qu'AVB n'est pas fait pour la PL, c'est tout. A Chelsea le jeu était mauvais et il n'a tenu que quelques mois (parce qu'il voulait tout changer c'est vrai, mais ça reste un échec), et l'année passée Bale a masqué la pauvreté du jeu des Spurs.

A City ils empilent les stars mais il n'y aucun fonds de jeu, rien de neuf sous le sapin
DoutorSocrates Niveau : CFA
N'importe quoi cet article puisqu'on oublie de dire que du 2ème au 9ème en PL, ils se tiennent tous dans un mouchoir de poche. Regardez un peu les points de toutes ces équipes avant de faire des théories à l'emporte-pièce. Je vous rappelle que les Spurs finissent à la 4ème place s'ils gagnent ajd.
Message posté par dylan93
Je pense qu'AVB n'est pas fait pour la PL, c'est tout. A Chelsea le jeu était mauvais et il n'a tenu que quelques mois (parce qu'il voulait tout changer c'est vrai, mais ça reste un échec), et l'année passée Bale a masqué la pauvreté du jeu des Spurs.

A City ils empilent les stars mais il n'y aucun fonds de jeu, rien de neuf sous le sapin


C'est vrai que j'ai decouvert les Spurs sous Redknapp et c'etait nettement plus bandant. Apres ca peut venir de l'effectif aussi, il y avait a l'epoque Modric et Van der vart.
Sous Avb, je me souviens pas de matchs où ça jouait super bien, a part peut etre le 3-0 contre l'inter l'année passée.
Si Bale n'avait pas été là l'année passée, c'etait 7eme ou 8eme place assurée.
Jojolabistoufle Niveau : District
Parler de problemes de blessures a City c'est unpeu du foutage de gueule.. Les mecs ont limite tous les postes triplés avec des internationaux!
Cote Tottenham c'est clair que leur mercato a été bien foireux... Unpeu comme quand tu allumes ta play et ton mode carriere en rentrant de soirée.. : "Putaaaain pourquoi j'ai posé 30 boules sur Morel"
RadamelFalcao Niveau : Loisir
Plus de 30M pour Lamela c'est une sacrée blague. Entre lui et Marquinhos, la Roma s'est faite plaisir cet été.
So foot était unanime Mancini était un entraîneur bidon, un coach je cite: "qui était là au bon endroit au bon moment". Avec Pellegrini, le coach estampillé So foot, on allait voir ce qu'on allait voir, du beau jeu et des titres en pagaille. Eh beh j'espère pour lui qu'il fera au moins une 1/2 de LDC cette année, parce qu'avec le championnat ça va être compliqué. Au pire il lui restera la coupe d'Angleterre.
ParisianoLF Niveau : Loisir
Pourtant Lamela l'année dernière avec la Roma.. Et même quand on voit le talent d'Eriksen, pour moi la seule vraie fausse note de ce mercato est vraiment Robert Soldad, les autres sont encore jeunes et pourront s'adapter avec le temps. Relativisons les gars, on est même pas à la moitié du championnat
Leave-Her-Pool Niveau : DHR
Ne cherchez plus, Lamela c'est le Carroll de Tottenham.
De plus, je vois bien Adebayor revenir de l'enfer suite à une malencontreuse blessure de Soldado. A cause de son salaire, et aussi, parce que si on lui interdit de tirer un péno ça apporte de la taille et de la puissance en plus d'un jeu en déviation.

A City par contre, Jovetic, quel gâchis!
Et puis ce choix de lâcher Gareth Barry qui, je vous l'accord est sur le déclin, c'est pas l'idée du siècle surtout quand tu veux bien figurer en PL et en C1.
Lui, les déplacements à Stoke ou Sunderland il connait alors que Fernandinho...

Et puis merde, ils n'ont que ce qu'ils méritent, vive les REDS.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
C'est quoi ces conclusions au tiers du championnat ?

Les Spurs ont perdu leur élément phare. Désolé de la comparaison, mais à son niveau, Bale était le Cristiano des Spurs.

Toujours délicat de remplacer un tel joueur et il y a soit deux options :
- lui trouver son digne successeur (souvent un échec)
- construire une nouvelle génération avec la venue de 4-5 joueurs plutôt jeunes et talentueux.

Et cette deuxième option prend un peu de temps avant d'être efficiente.

Si encore, ils étaient largués des places européennes ? Mais ce n'est même pas le cas.

Perso, je suis persuadé que Tottenham retrouvera une qualif européenne à la fin de la saison.
Leave-Her-Pool Niveau : DHR
Message posté par ParisianoLF
Pourtant Lamela l'année dernière avec la Roma.. Et même quand on voit le talent d'Eriksen, pour moi la seule vraie fausse note de ce mercato est vraiment Robert Soldad, les autres sont encore jeunes et pourront s'adapter avec le temps. Relativisons les gars, on est même pas à la moitié du championnat


Eriksen à 11M c'est comme Lloris il y a deux ans pour eux, un cadeau comme on en fait plus ces dernières années sur dans ce mercato.
Benito-Bx Niveau : CFA
Le déficit offensif des Spurs est quand même atroce...c'est débile mais même à FIFA c'est comme ça...

Quand je prend cette équipe, j'ai le ballon mais je sue sang et eau pour en foutre un au fond !!

Le départ de Bale joue mais on oublie aussi celui de Dempsey qui a quand même scoré quelques buts bien utiles l'année passée. Ils ont vu en Soldado, un mec qui allait porter l'équipe et scorer à tout va mais c'est plus tôt un échec retentissant pour le moment.

Clairement je trouve que Tottenham a acheté trop de joueurs...Chadli et Erikssen étaient de bonnes recrues pas trop chères mais ils ont investi trop d'argent sur Soldado, Lamela, Capoue et Paulinho...

Ils auraient du acheter moins mais mieux. Par exemple, inclure un joueur du Real dans le transfert de Bale (Ozil, coucou Arsenal, l'enemi juré) aurait été très intelligent...plutôt que de vouloir absolument battre le record du transfert le plus cher...

City a clairement une dépendance forte vis-à-vis de 4 joueurs...Yaya Touré, Kompany, Silva et Aguero...

Donc avec leurs blessures, ils galèrent un peu mais ils ont aussi été mal-payés...

Entre Nastasic et Hart qui font bourdes sur bourdes, ils aurait facilement pu avoir de 4-5 points de plus au classement et on ne parlerait pas du tout de crise....Kompany devrait normalement revenir la semaine prochaine ou d'ici 15 jours...

VU leur effectif, si la poisse les épargnes, ça peut vraiment devenir un sacré machine de guerre au moment du Boxing Day et pour la fin de saison.
Si Tottenham gagne cet apres midi, ils reviennent à un point de Chelsea et de Liverpool, comme United d'ailleurs s'ils gagnent à Cardiff.
Si City gagnent ils reviennent à deux points de Chelsea et Liverpool. Franchement, il y a aura encore 26 matchs à jouer. 26 matchs... Arsenal a pas joué Chelsea et City... Il y a encore beaucoup de points à prendre et de rebondissements à voir. C'est le championnat anglais je rappelle. On est pas en Espagne ou en Allemagne là, 5 points c'est rien du tout. D'ailleurs l'année où City a été champion pour la troisième fois, à 4 journées de la fin ils avaient 8 points de retard sur United. A 4 journées de la fin ! Je pense honnêtement que vous voyez bien trop beau le fond de jeu de Liverpool. Je suis moins catégorique sur Arsenal mais j'attends de voir quand United, Chelsea et City vont pousser.
Boruc hier, Lloris aujourd'hui.. C'est le show des gardiens en PL
Et dire qu'au début de la saison tout le monde en Angleterre n'en avait que pour Tottenham et Baldini...
S'ils n'accrochent pas une place parmi les 4 dans cette PL qui a subi de gros changements (changements de manager à ManU, Chelsea et ManCity), ils se seront plantés en beauté.

Quant à Pellegrini, il a simplement un peu de mal à s'adapter à la Premier League...
Les Spurs ne sont nulle part défensivement, complétement à la rue
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Ce Bayern est invincible
0 22