En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Man City-Sunderland (4-1)

Manchester City détruit Sunderland !

Manchester City a explosé Sunderland (4-1). Une victoire bienvenue qui permet aux Citizens de s’accrocher fermement au podium de Premier League.

Modififié

Manchester City 4-1 Sunderland

Buts : Raheem Sterling (12e), Yaya Touré (17e), Wilfried Bony (21e) et Kevin De Bruyne (53e) pour Manchester City // Borini (58e) pour Sunderland

Les Citizens ont donc plié le match en 10 minutes, ne laissant aucun espoir de retour dans la rencontre pour un Sunderland bien trop faible. Le match n'est lancé que depuis 21 minutes que Wilfried Bony donne déjà trois pions d'écart aux Citizens, marqués dans un intervalle de dix minutes. À ce moment de la partie, quasiment toutes les armes offensives de City ont frappé. Et quand elles s'appellent Sterling, Wilfried Bony, Yaya Touré ou le dernier venu Kevin De Bruyne, difficile d'en ressortir indemne. Surtout quand vous vous appelez Sunderland, auréolé du titre de plus mauvaise défense de Premier League. Un titre honorifique toujours bien accrochés à ses épaules.

Sunderland ouvre les vannes

Dès le coup d'envoi de la rencontre, Sterling s'amuse, parfois trop, comme lors de cette simulation, sanctionnée d'un avertissement par l'arbitre (3e). Mais les faits sont là : les locaux ont faim, sont présents et meilleurs dans tous les compartiments du jeu. Et la sentence ne tarde pas à tomber. Sur un contre, Kolarov est lancé sur son côté gauche et balance une praline en guise de centre. De Bruyne est à la récupération de l’autre côté et centre à son tour, déposant le cuir sur le crâne d’un Raheem Sterling petit, mais déterminé à ouvrir la marque (12e). Oui, l’arrière-garde des Black Cats s’écroule déjà, laissant tout passer sur les ailes. Pourtant, c’est cette fois de l’axe que vient le deuxième but. À peine cinq minutes plus tard. Yaya Touré, servi aux 25 mètres, s’avance et élimine Gómez avant de frapper de sa patte gauche pour trouver le petit filet d’un Mannone impuissant (17e).

Le break est déjà fait, mais décidément, la machine de l’Ingénieur est lancée et ne s’enraye pas. Bony est victime d’une faute aux trente mètres et laisse KDB, plus précis que Luky Luke ce samedi, lui déposer sur la tête ce fameux troisième coup de couteau aux hommes de Big Sam, véritablement aux abois. Sans cohésion, ce Sunderland est vraiment trop faible pour espérer quoi que ce soit, mais fait quand même peur à Joe Hart par Graham (20e), qui ne cadre pas, ou Borini (34e), qui trouve le portier anglais sur sa route. Insuffisant pour rivaliser. La preuve, le score (3-0) est sans appel à la mi-temps...

Avec le sniper De Bruyne

Au retour des vestiaires, les visiteurs sont abattus. Normal, Manchester City n’a pas eu de mal à se mettre à l’abri des soucis rapidement, face à des joueurs de Sunderland incapables de réagir, ne pouvant faire autre chose que d’attendre que le temps passe, totalement spectateurs de Citizens toujours pas rassasiés. Et qui jouent désormais comme à l’entraînement, avec un Kevin De Bruyne plus talentueux que jamais, avec des passes aussi belles que fatales. Comme quand il place merveilleusement Silva devant le but adverse d’un enchaînement râteau-talonnade dont il a le secret. Une occasion qui ne fait pas mouche, mais qui donne des envies au jeune Belge, très - trop - en forme. Quelques minutes plus tard en effet, KDB se montre plus vif que Van Aanholt pour récupérer la sphère avant de tromper Mannone, seul, du plat du pied. Facile.


C’est le moment que choisissent les Black Cats pour essayer d’exister, enfin. Et ça marche. Malgré un manque de créativité criant, ils arrivent à planter par Borini, qui profite d'une frappe ratée d'un coéquipier pour tromper Hart en deux temps dans un angle fermé (58e). Un coup pour rien tant l’écart est grand entre les deux formations, mais qui a au moins le mérite de faire reculer Silva et consorts. Une équipe facile, forte de nombreux éléments en confiance, qui va même se permettre de louper un penalty, par Bony, qui dévisse (67e). Seul point noir pour le maître Manuel, la rechute de Kompany, de nouveau blessé, entré en jeu pendant 9 petites minutes après 8 matchs d’absence. Les dix dernières minutes ne sont qu’agonie pour Sunderland, qui ne peut que grimacer devant le collectif bleu ciel. City, après la défaite enregistrée contre Arsenal, se rassure, avec la manière.



Par Maxime Nadjarian
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3