1. //
  2. // 20e journée
  3. // Norwich/ManCity (3-4)

Manchester City, au bout de la folie

Au terme d'un match totalement dingue, Manchester City renoue avec le succès à Norwich, dont la qualité sur coups de pied arrêtés n'a pas suffi (3-4). Les Citizens peuvent remercier Edin Džeko, auteur d'un doublé.

Modififié
5 13
Norwich City - Manchester City : 3-4
Buts : Pilkington (15e) et Martin x2 (63e, 75e) pour Norwich. Džeko x2 (2e, 5e), Agüero (50e) et Bunn (67e, csc) pour Manchester

« Nous avons un problème. Peut-être devons-nous jouer sans attaquant, ou avec un seul. » La déclaration de Roberto Mancini fait suite à la défaite de Manchester City à Sunderland. Le technicien italien ne supporte plus le manque d'efficacité offensive de son équipe qui marquait près de 2,5 buts par match la saison dernière contre seulement 1,8 cette année. Résultat, quatre joueurs font leur apparition dans le onze de départ contre Norwich par rapport à l'équipe qui s'est inclinée chez les Black Cats : les Français Clichy et Nasri, Barry et surtout Džeko, qui supplée Tévez. Titularisé pour la sixième fois de la saison seulement, le géant bosnien a parfaitement saisi sa chance. Deux buts dans les cinq premières minutes, une frappe décisive en seconde période... L'ancien joueur de Wolfsburg a grandement contribué à la victoire des Citizens (3-4). Le Super Sub pourrait bien avoir regagné ses galons de titulaire. Pas Nasri.

Džeko régale, Nasri craque

Cible des critiques depuis plusieurs semaines, Manchester City démarre son match comme une bombe. Auteur d'une première partie de saison plus que correcte, Norwich ne peut pas suivre le rythme imposé d'entrée par les hommes de Roberto Mancini qui multiplient les combinaisons de classe à une touche de balle. Avec une efficacité enfin retrouvée. L'ouverture du score est un modèle du genre : centre parfait d'Agüero pour Silva qui remet en première intention pour Džeko, dont la frappe du gauche sans contrôle trompe Bunn. Splendide (0-1, 2e). Dans la foulée, l'attaquant bosnien s'offre un doublé sur un service d'Agüero, impressionnant de sang-froid (0-2, 5e). À l'origine des deux buts, une récupération de balle plus ou moins litigieuse de Kompany, auteur d'une main et d'un tacle viril, mais correct aux yeux de l'arbitre. En moins de trois minutes, City a marqué plus que lors de ses deux dernières sorties.

Mais le match n'est pas plié pour autant et Norwich revient rapidement grâce à un coup franc de Pilkington dévié par Clichy dans son propre but (1-2, 15e). Très largement supérieur à son adversaire du jour, Manchester manque pourtant de maîtrise, symbole d'une confiance en berne. La possession (65% en première période) et les occasions - Garrido proche de tromper son propre gardien, la tête de Kompany repoussée par Snodgrass et le tir de Y. Touré qui frôle le poteau - sont à leur avantage, mais les Citizens ont visiblement laissé leur sérénité au vestiaire. De retour de blessure, Nasri ne supporte pas l'excès d'engagement de Bassong et le lui fait comprendre au cours d'un intense échange d'amabilités tête contre tête. Ou plutôt front contre menton. Après discussion avec son assistant, l'arbitre décide d'exclure le Français. Le défenseur camerounais s'en sort quant à lui avec un carton jaune.

Norwich, roi des corners

Malgré son infériorité numérique et le combat proposé par les Canaries, Manchester cherche toujours à faire le jeu et est récompensé de ses velléités offensives par le piqué subtil d'Agüero par-dessus Bunn suite à une ouverture de Y. Touré et à un marquage approximatif de Bassong (1-3, 50e). Avec deux buts d'avance, ManCity fait le choix de reculer et de laisser le ballon à Norwich pour mieux le prendre en contre. C'est en tout cas l'idée de Mancini en remplaçant Silva par Milner. Mais la réalité est différente. Malgré plusieurs situations de contre intéressantes pour Agüero, City ne tue pas le match. Au contraire. Incapable de faire la différence dans le jeu, Norwich s'en remet à la qualité de ses coups de pied arrêtés pour réduire l'écart. Plein d'opportunisme, Martin trompe par deux fois Hart à bout portant, sur une remise de Bassong d'abord (2-3, 63e), puis sur une reprise de Johnson (3-4, 75e). Entre-temps, le malheureux Bunn avait redonné deux buts d'avance aux Citizens suite à une frappe de Džeko sur son poteau (2-4, 67e). Dans un Carrow Road surchauffé, la fin de match est irrespirable. Agüero manque par deux fois la balle de match, mais Manchester City s'en sort finalement après près de sept minutes d'arrêt de jeu. Comme quoi, le champion d'Angleterre est encore capable de faire le spectacle.

Par Quentin Moynet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

pilkington...vous parlez de l'ancien président des USA ?
Bon, on lui dit à Mancini que Dzeko mérite mieux qu'une place de joker de luxe ?
Dzeko a marqué un triplé il me semble, dans l'intro ce n'est pas le cas.
Vincent Chase Niveau : DHR
@ebreton : le 3ème est un CSC et non pas un but de Dzeko !
@lebreton, lis l'article avant de commenter l'explication est à la fin^^
Autant pour moi j'étais pas encore tout en bas ! Veuillez m'en excuser !
Nasri toujours aussi con.... Il fait vraiment pitie cet energumene.
Ça peut paraitre étrange, mais quand on aligne son meilleur attaquant on marque plus de buts.
@lebreton : "au temps pour moi"..

Sinon, en Angleterre (je ne sais pas en France), mais Dzeko tire sur le poteau (donc tir pas cadré) et c'est le gardien qui se la met : donc csc.
C'est un peu tiré par les cheveux, mais c'est qd mm logique; mm si ça pénalise les 2 joueurs..!

Pour Nasri : au début ça m'a énervé sa réaction, mais après je me dis qu'il n'avait pas qu'à être aussi stupide : le mec, il se prend un tacle par derrière incroyable et il se relève tout de suite !
Autant je déteste les simulations, mais vu le salto arrière qu'il fait, il aurait du simuler plus !
Pcq là, l'autre se prend juste un jaune et Nasri se prend un rouge pour sa "réaction", une réaction d'ailleurs, euh, à part du front contre front, il y a quoi?

Ca me fait penser au rouge de Ribery où il fait faute, ok, mais le chinois lui prend le cou et lui met une gifflette, et c'est Ribéry qui prend un rouge pour avoir réagit à la réaction de l'autre.

Il y a le tacleur, le provocateur, le réacteur.. boom ! c'est l'arbitre qui décide quoi !
le tacle est pas par derrière, il le prend de cote... et le rouge c est pour le coup de tete dans le vent qu il fait apres..

La remise en un temps de silva sur le 2e est juste lumineuse.
tvztrentedeux Niveau : District
dzeko 2 buts? sans deconner? tevez il en a dix dans chaque jambes, mancini est fou complet!
Nes1 "Ça peut paraitre étrange, mais quand on aligne son meilleur attaquant on marque plus de buts."

Dzeko meilleur que Tevez/Aguero? Non, simplement non.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
5 13