En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16e
  3. // Ajax Amsterdam/ManUnited (0-2)

Manchester à sa main

Au terme d'un match moyen mais d'une deuxième période rondement menée, United a fait un grand pas vers la qualification face à une équipe de l'Ajax courageuse mais manquant de talent et d'imagination.

Modififié
17 ans après son élimination au premier tour d'une compétition qui s'appelait alors C3, face aux Russes du Rotor Volgograd, United s'est, semble-t-il, réconcilié avec l'Europe des pauvres. Faute de grives, on mange du merle. Manchester a donc réussi à faire fi de la déception d'une sortie de route prématurée en Champions League et accepté de lutter pour un trophée au rabais. Dans un match qui aurait été un régal pour les hools back in the 80s, les mancuniens ont géré.
Après une entame de match décevante, les hommes de Ferguson se sont réveillés et ont déjà quasiment assuré la qualif, notamment grâce à Ashley Young. A la 59ème minute, l'ancien d'Aston Villa, très remuant ce soir, a dévérouillé un match jusque là compliqué. Plus tard, Chicharito s'est lui chargé de punir un Ajax sans génie au terme d'une deuxième mi-temps aboutie. Mais tout n'a pas été facile et dire que la première période était pénible serait presque sympa.

Le match débute par un long round d'observation, les deux équipes se jaugent. Le match est équilibré, rythmé sans plus, pas folichon ni très engagé non plus à dire vrai. L'arbitre a d'ailleurs à peu près autant de taf qu'un fonctionnaire le premier janvier.
Au bout d'un quart d'heure de jeu, toujours rien à signaler d'ailleurs et personne n'a été mis en difficulté. Pas grand-chose à se mettre sous la dent donc, à une heure pourtant propice à l'apéro.
Alors évidemment des deux côtés, la qualité technique est là. L'Ajax fait tourner, monopolise la balle mais n'inquiète pas un Manchester apathique. Seul Ozbiliz à la 28' vient troubler la quiétude de De Gea sur un centre trop long. Il reprend une balle perdue du plat du pied mais une cuisse mancunienne contre.

Puis l'Ajax et l'insouciance de ses teenagers tentent d'accélerer. Siem De Jong, (le jeune en VF) qui doit porter le blase le plus commun du pays de Dave, envoie une lourde frappe bien détournée par David De Gea. Eriksen remet la même au portier espagnol 5 minutes après, d'une tentative qui semble vouloir dire, achète-moi j'ai une bonne frappe.
Côté United, les attaquants se cherchent sans se trouver. Rooney est transparent et les appels de Chicharito pas assez incisifs pour emmerder des lanciers qui défendent en bloc, compacts. Frank De Boer a surement enseigné à ses hommes ses secrets tactiques. A savoir défendre très bas, ne presser les joueurs d'United qu'une fois qu'ils ont passé les 40 mètres et se projeter vite devant. Quoi qu'il en soit, le choc excitant n'a pour le moment pas vraiment lieu. Les deux équipes se craignent et United refuse de se livrer sans que l'on sache vraiment si c'est par patience et malice ou en raison d'une impuissance flippée.
Le sifflet de l'arbitre qui renvoie les 22 aux vestiaires résonne comme une question sans réponse pour le moment. Le premier acte a accouché d'une souris.

Visiblement cela n'a pas plu à Sir Alex. En tout cas, dès l'entame de la seconde période les Red Devils devenus blues l'espace d'une soirée reviennent avec des intentions plus offensives, Nani reçoit la balle, accélère et tente sa chance de l'intérieur du droit sans angle. Vermeer, vigilant, détourne. Le siège du gardien des locaux a débuté. A la 50ème, le petit pois mexicain, bien servi, se retourne grâce à un subtil contrôle orienté mais Vermeer, très en vue, sort admirablement. Les corners anglais se multiplient et, consécutivement à l'un d'eux, Nani récupère la balle et centre en retrait pour Ashley qui sera forever Young à l'angle gauche de la surface. L'ailier crochète un arrière amstellodamois et met une frappe placée qui passe à travers la forêt de jambes hollandaises. 1-0. Il a suffi que Manchester accélère un quart d'heure pour que l'Ajax se retrouve le bec dans l'eau.
D'autant qu'à partir de ce moment là, les ouailles d'Alex Ferguson jouent à leur main, ils dominent territorialement, ont la possession de balle et les occases. Le guerrier Ajax est sans surprise, plus de joueur frisson pour faire la différence contrairement aux années précédentes. "On est pas 6ème d'Eredivisie pour rien", semble penser Frank De Boer non sans raison. Seul Eriksen est en mesure de faire tergiverser Rio Ferdinand mais lses coéquipiers sont sans surprise, manquent définitivement du souffle créateur qui a construit les grandes équipes des lanciers.

United, en bon animal à sang-froid, profite de cette imagination défaillante, et sanctionne sur une contre-attaque bien menée par Valencia, Rooney et Chicharito. Ce dernier conclut, tue les illusions hollandaises et envoie quasiment les siens en huitièmes. Tranquillement

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 13 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 21
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
L'Atletico enterre la Lazio