Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // ManUnited/Bolton

Manchester, à la recherche du temps perdu

Après une fin de fêtes moribonde, Manchester United s’est arraché pour obtenir un succès de prestige (3-2) lors du derby dimanche dernier en Cup. Simple réaction d’orgueil ou acte fondateur ? Réponse face à Bolton, qui a tout du sparring partner idéal pour se refaire la cerise

Modififié
Aussi improbable que superbe, la mine que Benoît Assou-Ekoto a envoyée dans la lucarne de Tim Howard mercredi a permis d’asseoir le succès de Tottenham sur Everton, en même temps qu’elle a définitivement replacé les Spurs deuxièmes ex-aequo, à trois points du leader Manchester City. Le principal enseignement de ce match en retard ? Non seulement, plus les semaines avancent et plus Manchester United voit son trône de roi d’Angleterre vaciller, mais désormais, les Red Devils ne sont même plus tranquilles pour la place de dauphin. Oui, le zéro pointé sur les deux dernières sorties des hommes de Sir Alex a fait du mal, au classement comme dans les têtes. Deux défaites de suite avec à chaque fois trois buts encaissés : si cela est évidemment beaucoup trop pour une équipe qui joue le titre, c’est surtout inhabituel pour Manchester United. Si bien qu’on a eu droit à un petit vent de panique s’immiscer du côté d’Old Trafford pendant les trois jours qui ont suivi la claque reçue à St James Park : ici le rappel désespéré de Paul Scholes pour venir colmater un milieu de terrain en mal de créativité – comme si un retraité de 37 ans était la solution-, là l’embrouille Rooney-Fergie pour cause de Boxing Day trop arrosé et de prestation transparente à Newcastle.

Une sorte de Roumanie-France 95

Mais par la grâce d’un doublé sur la pelouse du voisin, célébré en exhibant fièrement l’écusson du champion en titre, le pourceau anglais est venu rassurer tous ceux qui craignaient, treize mois après un vrai-faux départ, un nouveau caca nerveux de leur vedette pour rejoindre le Real ou un autre. Il l’a d’ailleurs confirmé après le match : non, Rooney n’a pas l’intention de partir sous d’autres cieux, et non, Manchester United, même sans être brillant, ne laissera pas le titre à son rival sans lutter. Au vrai, même si elle reste plus symbolique que réellement capitale – on ne jouait qu’un 32ème de finale de Cup-, même si elle est à relativiser compte tenu du scénario du match (expulsion rapide de Kompany, méritée ou pas, c’est un autre débat), cette victoire acquise en terres citizen a tout du match charnière. Le genre de succès qui vous galvanise pour les prochaines échéances. Une sorte de Roumanie-France 1995. D’autant que malgré tous les David Silva du monde, l’équipe de Mancini a prouvé en cinq jours qu’elle était loin d’être invincible une fois privée de Yaya Touré et de son capitaine belge, les vrais meilleurs joueurs des Sky Blues, qui joueront lundi soir à Wigan.

United, huit buts sur les 3 derniers matchs


D’ici là, les coéquipiers de Patrice Evra ont l’occasion de revenir à la hauteur de leurs rivaux, à condition de venir à bout de Bolton ce samedi. En soi, rien d’insurmontable quand on doit affronter une équipe classée 18ème, que l’on a torpillée d’une manita sur son terrain à l’aller, qui affiche la pire défense du championnat, et qui sera très vraisemblablement privée de son meilleur joueur, le défenseur international Gary Cahill, en train de négocier son départ pour Chelsea. Mais chaque semaine, Ferguson se voit confronter au même problème : une cascade de blessures. Alors qu’Anderson vient tout juste de réintégrer le groupe, c’est au tour de Jones et de Smalling d’être incertains ce week-end. Ajoutez à cela les forfaits actés de Vidic et Evans, et vous obtenez quatre défenseurs centraux sur le carreau, ce qui, même quand on a un effectif aussi fourni que celui des Red Devils, reste un obstacle dur à surmonter. Surtout lorsqu’on vient d’encaisser huit buts sur les trois derniers matchs. Fergie pourra toujours se rassurer en se disant qu’en face, l’attaquant de pointe s’appellera David Ngog.

Par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25
À lire ensuite
Le HAC endormi par Lens