1. //
  2. // Manchester/Schalke (4-1)

Man U Power

Avec une équipe bis pas dégueulasse, Manchester United a de nouveau surclassé Schalke 04. Désormais, place aux choses sérieuses : Chelsea, puis Barcelone.

Modififié
0 18
Manchester 4-1 Schalke 04

Buts: Valencia (26è), Gibson (31è) et Anderson (72è et 76è) pour ManU. Jurado (35è) pour Schalke 04.


Ce soir, on a sans doute assisté à un événement : les adieux d'un artiste à sa scène de prédilection. Car à 34 ans, les possibilités pour Raul de se régaler à nouveau au grand festin continental s'amenuisent chaque jour. Le compte à rebours est lancé, et quelques poussières après la demi-heure de jeu, les derniers rêveurs qui le voyaient encore représenter le Real Madrid par procuration à Wembley, pouvaient se réveiller : avec une équipe bis, United avait déjà doublé la mise par Valencia (26e) puis Gibson (31e). Une équipe bis qui comprenait tout de même, Nani, Scholes, Van der Sar, Berbatov, et l'ailier équatorien, donc.
 Le renouvellement du onze mancunien n'en est pas moins conséquent, avec notamment la mise au repos de la charnière Vidic-Ferdinand au profit du bébé-duo Smalling-Evans. Arrière gauche, en lieu et place de Patrice Evra, John O'Shea est capitaine. Dès les premiers instants, Man U, profilé en 4-3-3, contrôle gentiment la partie, ne s'efforçant pas non plus à étouffer son modeste adversaire. Une évidence d'entrée : sur chaque prise de balle, Nani et Valencia flinguent les reins de leurs escort-boys. Désorientée à l'aller, l'arrière-garde allemande n'a pas retrouvé sa boussole face aux tours de passe-passe des ailiers fourchus.

Dans un milieu à trois, Gibson, à l'instar d'un Carrick, est chargé de trouver la profondeur et d'apporter le surnombre en phase offensive. L'Irlandais du nord respecte à la lettre sa feuille de route, auteur de la décisive passe en profondeur pour Valencia, avant de placer une frappe victorieuse à l'entrée de la surface, avec la complicité d'un Neuer aussi vif qu'Helmut Kohl au top de sa forme. Pour les Mancuniens qui oeuvrent sur le gazon, jouer cette demi-finale peut être considéré comme un enterrement de leurs espoirs de disputer les deux matches les plus excitants de la saison (Chelsea, puis Barcelone), mais aussi comme une opportunité de faire douter Ferguson de ces choix, à l'exception de Valencia, mis aux travaux forcés après sa longue absence, voire de Nani, à qui Park n'a sans doute pas grillé définitivement la priorité. Parmi, les outsiders crédibles de l'écurie de Sir Alex, on pense notamment à Anderson. En tribune, Pep Guardiola, à défaut d'observer la majorité des adversaires qui feront face à ses blaugrana le 28 mai, peut toujours s'intéresser aux circuits privilégiés du jeu mancunien, notamment à cette capacité sans pareille à exploiter toute la largeur du terrain. Aussi, à ces phases de possession sereine rompue d'une ouverture éclair. Des atouts pas étrangers aux Barcelonais ...
Et Schalke dans tout ça ? Pour leur dignité, ils peuvent remercier Smalling d'y être allé de sa bourde syndicale : une mauvaise relance bien exploitée par Uchida, pour trouver Jurado qui fusillait Van der Sar (35e).

Cette réduction du score provoqua un moment de panique aussi inattendu qu'incompréhensible chez les mancuniens, qui cumulèrent trois cartons jaunes en quatre minutes (Scholes, Anderson et Gibson). La mi-temps signera le terme des opportunités allemandes. En seconde période, comme en première, et comme au match aller, le premier but entraînera le second. Deux réalisations rapprochées signées Anderson (72e, 76e). A 4-1, les jeux sont plus que faits, ce qui ne refroidit pas Raul, qui s'empresse encore de tirer un corner (85e). Sans doute pour savourer jusqu'au dernières miettes le festin de la Ligue des champions. Une compétition où Manchester United ne craint pas l'indigestion : à Wembley, il s'agira de sa troisième finale en quatre ans. Qui dit mieux ? Pas même le Barça.


Par Thomas Goubin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Allez vous tapez Chelsea, puis le Barça et le doublé est à vous les amis :) mais quand même quelle équipe, même bis, Anderson est capable de grandes choses, Berbatov a la classe comme pas possible, les 2 ailiers sont toujours aussi difficiles à marquer et à stopper, Scholes gère sans forcer, bon après la défense Smalling-Evans c'était pour le fun... Bref Schalke n'aura jamais pu y croire et c'est bien normal!
hé oui ce soir j'ai vu jouer celui qui sera probablement le champion d'europe 2011. Amis et supporters catalans préparez de la vaseline vous allez avoir mal au cul. Avec M U pas de passe a dix soporifique pas de possesion de balle inutile. Pour moi le meilleur football qui se pratique (bien meilleur que celui du barca )et ce n'était que l'équipe bis. Donc finalement la soit disant meilleure équipe de l'histoire de l'univers et de l'humanité n'aura gagné que la liga. Très peu... Vous allez bien pleurer blaugranas. Juste deux questions au passage. Pourquoi le but de jurado à la 35 min n'est pas annulé? car il y faute de raul juste avant sur un défenseur de manchester. Pourquoi Gibson ne récolte que le jaune sur une faute commise sur un joueur de schalke alors qu'elle était bien plus appuyée sue celle de Pepé? soit il y a deux poids deux mesures, soit les deux arbitres qui ont sifflé entre réal et barça se sont trompés à réfléchir
Enfin, les catalans ont une chance de remporter la champions. Mais seulement si ont laisse Pep désigner l'arbitre de la finale
Ah, je suis fan de United, mais je trouve que tu exagères! Certes je suis d'accord sur le jeu, c'est celui que je préfère aussi. Fluide, rarement vain, très vite vers l'avant. Et surtout, une capacité à se laisser dominer, sans jamais sembler perturbé!
Par contre, je penseu que le match est incertain.Les deux équipes, dans un grand jour, peuvent cartonner l'adversaire s'il n'est pas à 100 %. Mais justement, ça va dans les deux sens. Une erreur de jeu, d'arbitre, une légère méforme, et c'est l'équipe entière qui trinque! Mais la finale promet.

Par contre, petite stat pour Man U. En 2005, 2006, 2008, 2009, 2010, l'équipe qui a sorti Chelsea l'a emporté. En 2007, Liverpool avait échoué en finale.
axis ; Ah tient c'est interessant ca comme stat. Ca montre aussi le niveau de Chelsea, parce que se faire sortir chaque année par la futur vainqueur n'est pas une honte.
sauf en 2008 cest une honte pcq le futur vainqueur n'aurais jamais du etre barcelone,mais je vous apprends rien je pense...
En 2009 Djedou...Sinon Manchester toujours aussi impressionnant. et Sir Alex...que dire? ca promet pour la finale, sauf si un arbitre foireux passe par là !
Je suis d'accord avec vous et surtout avec cette stat que j'avais moi même remarqué...

Je ne dirais qu'une chose. Notre Van Der Sar finira sa carrière comme Peter Schmeichel en son temps par une finale de ligue de champions. En 1999 c'était au Camp Nou, en 2011 ça sera à Wembley face au Barça mais bon aucune différence sur l'issue finale.... GO UNITED.

Egalement le dernier de match de Scholes je pense...

Snif Snif

Scholes, Van Der Sar restaient encore une année de plus. Nous avons besoin de vous...
Petite précision. Peter Schmeichel a continué à jouer dans d'autres clubs après "la plus belle des finales". Je parlais de sa carrière à MU...
Il manquera toujours la FA Cup au palmarès de VDS mais cette CL est pour lui. J'y crois à fond.
si ManU gagne: giggs ballon d'or ? ou VDS ?
si ManU gagne la LDC: giggs ballon d'or ? ou VDS ?
Nan, moi je dis que si MU gagne la LDC la FIFA va s'arranger pour que Messi soit à nouveau Ballon d'or meme s'il ne le mérite pas... (en tout cas pas l'année derniere)
Que de haine, que de haine pour le Barça...

ca sent les rageux qui s'inventent une passion soudaine pour Manu en se disant "ouf, on est pas obligé d'aimer le Barça, regardez United c'est flamboyant aussi"

pathétique, on dirait des dindes qui se rassurent comme elles peuvent à l'approche du réveillon

moi je suis content, on va avoir droit à une belle finale avec deux belles équipes qui vont jouer
et ce même si j'ai une préférence pour le Barça
C'est un article sur la qualif de Man U ou sur la sodomie du Réal?
Ce sera une finale intéressante à n'en pas douter, parce que c'est un remake de celle d'il y a deux ans, parce que Fergie a surement son idée pour contrer le Barca, parce que Vidic-Messi est un duel alléchant, parce que Van der Sar s'en va, parce que Rooney-Piqué est aussi un putain de duel, parce que c'est deux conceptions opposées du foot sans la passion exagérée d'un Clasico qui se voit encore dans pas mal de commentaires de cet article).

Car en définitive, les points forts de ManU, ceux qui le font détester un peu partout en Angleterre et ont collé à ce club un adjectif aussi péjoratif que "boring", sont les mêmes que ceux du Real de Mourinho : tactique quasi-infaillible, qualité physique, engagement total, contre-attaque, efficacité. Sauf que ça gagne et que ça fait 20 ans que ça dure.

Et la finale sera donc tendue, surement hâchée, pas très belle à regarder mais passionnante tout de même. Et puis comme à la fin, le Barca gagnera, le meilleur quotidien sportif au monde pourra titrer sur "la victoire du jeu", se contentant avec tous les footeux de l'Equipe du dimanche pour qui le foot, c'est des buts, des passements de jambes, des buts, des dribbles, des buts, des passes en profondeur, des buts.
Quand je vois ce qu'arrive à faire MU avec une équipe B, ça me fait flipper pour le match de dimanche ... 2 belles finales en perspective !! Mais MU doit quand même faire très attention, parce qu'ils peuvent se retrouver sans rien à la fin de la saison.

@djedou : tu peux ajouter l'année dernière aussi, l'Inter aussi ne devait pas la gagner ... 2 vols contre Chelsea et contre le Barça (j'ai toujours cette image du maillot de Zlatan déchiré en 2 et pas de faute sifflée..., comme si le kiff d'Ibra c'était de niquer son maillot ^^)

@lordschwarz : sur les critères proposés ces dernières années, le balon d'or aurait du revenir à Schneider (dsl pour l'orthographe) ou Xavi. Sur le talent, Messi le méritait.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Porto prêt à torpiller
0 18