Mammana, l'enfant couvé par River

À vingt ans, Emanuel Mammana, défenseur central formé à River Plate, va rejoindre Lyon, avec 35 matchs professionnels dans les jambes. Mais qui est ce joueur annoncé comme l’une des plus grandes promesses argentines ?

Modififié
3k 28
Nous sommes le samedi 7 juin 2014. Lors du match de préparation de la Coupe du monde au Brésil contre la Slovénie, Emanuel Mammana remplace Mascherano, pour entrer dans l'histoire. Le jeune de River Plate dispute alors son premier match avec l'Albiceleste sans même avoir joué une seule minute avec le club Millonario. Alors sparring-partner de la sélection argentine, le défenseur de River raconte, dans une interview à La Nación : « J'ai reçu un appel. Je pensais que c'était une blague de mes amis. Mais dix minutes après, je suis au téléphone avec Sabella, qui me convoque pour le match. Je suis resté totalement muet. » Cette sélection marque le début d'une année de rêve pour le crack argentin. Premier match sous les couleurs de River Plate, puis un record : en décembre dernier, lors de la finale aller de la Copa Sudamericana (petite sœur de la Copa Libertadores, ndlr) face à l'Atlético Nacional, il devient le plus jeune joueur du club du quartier de Nuñez à disputer une finale internationale, à 18 ans.

Orphelin à 15 ans


Convoqué pour la première fois dans le groupe de River en 2013, le défenseur central né à Merlo, ville de la province de Buenos Aires, a rapidement gravi les échelons. Depuis l'arrivée de Marcelo Gallardo à la tête de River, Mammana est devenu un joueur majeur du club vainqueur de la dernière édition de la Copa Sudamericana. Il a même souvent poussé sur le banc des cadres de River grâce à sa polyvalence (il peut jouer défenseur central et latéral droit). Le gamin issu du centre de formation de River Plate a aussi connu l'horreur avant de se révéler aux yeux du monde entier.


À six ans, il perd sa mère. À 15 ans, alors qu'il a déjà intégré le centre de formation de River Plate, son père meurt, lui aussi, dans des circonstances que le joueur avoue ne pas vouloir révéler. « Après la mort de mon père, je ne voulais plus jouer au football. Alors, mes amis du centre de formation de River, les dirigeants et ma famille m'ont beaucoup aidé. Grâce à eux, je n'ai pas abandonné ce que j'aime faire. Je savais que je devais donner le meilleur pour lui rendre hommage » , explique le jeune défenseur argentin dans une interview sur le site de la FIFA. Et d'ajouter : « Depuis que j'ai perdu mes parents, River est ma deuxième maison. C'est grâce à ce club que j'en suis là aujourd'hui. »

La relance, son point fort


Sur le terrain, Emanuel Mammana transmet cette force et cette sérénité qui font de lui l'une des promesses argentines au poste de défenseur. « J'ai toujours aimé diriger et commander la défense » , clame-t-il, comme pour mieux expliquer son rôle majeur dans la sélection des moins de vingt ans argentins, dirigée par Humberto Grondona, fils du défunt président qui a régné sur l'AFA pendant 35 ans. Alors que ce dernier révélait l’intérêt de l’Atlético Madrid pour le pibe argentin - « J’ai eu une réunion avec Enrique Cerezo, le président de l’Atlético de Madrid. Diego Simeone veut recruter Mammana. Je leur ai dit qu’il avait déjà le niveau de Juanfran » - c’est la Fiorentina qui devait le recruter lors du dernier mercato d’hiver. Problème, les dirigeants italiens ont tenté de renégocier l’offre au dernier moment, ce qui n’a pas vraiment plu au board de River. C’est donc Lyon et son nouvel attrait pour les jeunes sud-américains (Roger Martínez pourrait suivre) qui va s’attacher les services de l’international argentin. Un transfert de 8 millions d’euros, pour un joueur aux 35 matchs professionnels.


Mais à l'heure où le niveau du football argentin ne cesse de régresser, Mammana fait figure de perle rare. C'est simple, le défenseur central déteste rendre le ballon : « Parfois, il faut balancer pour ne pas mettre l'équipe en danger, mais j'essaie de ne jamais le faire » , pose-t-il. Ça m'énerve, car c'est offrir le ballon à l'adversaire. Le football est bien plus beau lorsqu'il est joué au sol. J'aime sortir le ballon proprement. »

Youtube

S'il érige le beau jeu en culte, le défenseur paie parfois une certaine prise de risque : « Humberto Grondona me fait confiance. Mais il me demande souvent de ne pas prendre autant de risques, quand ce n'est pas nécessaire. Il s'énerve un peu quand je porte le ballon. » Cet amour du ballon, Emanuel Mammana l'explique par sa formation de meneur de jeu : « J'ai commencé comme milieu offensif. Ensuite, j'ai joué milieu défensif, et finalement les entraîneurs de River m'ont replacé en défense. » Même Tata Martino est complètement gaga de lui : « Je ne l'ai pas pris pour la Copa América (au Chili l’an passé, ndlr), , mais il sera sûrement sélectionné pour les futurs éliminatoires. »


Ça tombe bien, la défense argentine se cherche un nouveau patron. Le mot de la fin est pour Gustavo Zapata, ancien entraineur de la réserve de River, qui décrit Mammana dans une interview pour La Pagina Millonaria : « J’en ai vu passer, mais celui qui m’a le plus impressionné, c’est Mammana. On l’appelait Federer, parce qu’il ne se décoiffait pas, il ne se salissait pas quand il jouait. Il joue avec une telle qualité technique. Ariel Ortega l’a parfaitement décrit : C’est un meneur de jeu qui joue libero, ou défenseur central. Il faudra beaucoup de temps avant que River ne ressorte un joueur avec ce talent » .

Par Ruben Curiel
Modifié

Dans cet article

AlvaroRestobar Niveau : District
Note : 1
LE phénomène de FM2015
Gratte Un Dos Finnois Niveau : DHR
Selon FM, la future meilleure charnière du monde se trouve à River (Balanta + Mammana.
Voilà
Vu ses déclarations il est plutôt style Barca que style Atletico à la sauce Simeone.
Note : 1
"Il mène aujourd'hui l'équipe des moins de vingt ans argentins. Avec classe."

Eliminé au 1er Tour, 6 buts encaissés en 2 matchs, c'est pas la ballade quand meme, non ??
MarcelGalant Niveau : District
Message posté par anthov
"Il mène aujourd'hui l'équipe des moins de vingt ans argentins. Avec classe."

Eliminé au 1er Tour, 6 buts encaissés en 2 matchs, c'est pas la ballade quand meme, non ??


Pour répondre à Anthov, les U20 argentins ont gagné début 2015 le championnat sud-américain U20, devant la Colombie, l'Uruguay et le Brésil. Ce qui n'est pas rien.
MarcelGalant Niveau : District
Merci à Sofoot pour la qualité de ces articles
Ouais franchement pour pas cher, t'as Balanta et Mammana sur FM et t'es tranquille 15 ans. Ca serait pas mal que des clubs francais aient les couil*es de se poser pour en avoir un des 2. Si c'est pour qu'ils signent à Villareal ou en Italie, je pense quand même que Marseille, Bordeaux, Lille pourraient se positionner sur des mecs comme ca pour leur charnière centrale.
Votre commentaire...
Note : 1
L'argentine était quand même un des gros outsiders de la compétition.
Résultat : éliminé au 1er tour : 2 pts, O victoires ds un groupe à priori à leur portée : Panama, Ghana et Autriche.
L'accumulation d'individualités (Correa, Romero, Mammana, Simeone ....) ne fait pas un collectif.
D'ailleurs Mammana était remplaçant lors du premier match.
Note : 2
Francescoli, Mascherano, Saviola, Crespo, Aimar, etc...
Le club argentin par excellence c'est River !
Juventine7 Niveau : CFA2
Note : 1
@linoz : tu vas te faire des ennemis toi..
Peñarol mi Amor Niveau : National
J'arrive toujours pas à y croire, coup énorme d'Aulas...
Bayer Leverkusec Niveau : DHR
Dans ce qu'il raconte, il réveille les frissons qu'Edmilson faisait passer dans les travées de Gerland.
D'ailleurs, si quelqu'un le connait d'ailleurs qu'une obscure compil' Youtube ou Football Manager, il pourrait nous en dire plus ?
Bah il a pas intérêt à se louper après ce genre de louanges.
Embêtant ce genre d'articles car on ne jamais où et quand ces propos ont été recueillis.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3k 28