Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // France/Ukraine (3-0)
  3. // Il y a un an...

Mamadou Sakho, l'après France - Ukraine

Le « miracle Mamad' » , c'était il y a très exactement un an. Depuis, rien ou presque ne s'est déroulé comme prévu. Héros de la nation, le défenseur français, torturé par la malchance, n'a toujours pas pris l'envol tant espéré. Pire, il semblerait même emprunter la trajectoire inverse des Bleus.

Modififié
La première fois, il se contente de courir vers le banc de son sélectionneur, en essayant de stimuler au mieux ses partenaires. La seconde, Mamadou devient totalement fou. Nous jouons alors la 71e minute de ce France – Ukraine et le grand gaillard sait qu'il vient de réaliser l'impensable. Un doublé héroïque, historique même, qui envoie l'équipe de France au Mondial brésilien, en déjouant tous les pronostics. Invité de toutes les émissions bien-pensantes, le pur Parigot devient l'emblème de ce que Didier Deschamps et la France du foot veulent voir : du cœur à l'ouvrage. Cependant, une année plus tard, alors que les Bleus gravissent, palier après palier, une pente ascendante pour tenter d'arriver jusqu'au sommet en 2016, il semblerait que Sakho emprunte, lui, la trajectoire inverse. Pendant que les Tricolores n'ont perdu qu'un seul de leurs 16 derniers matchs, il paraît au plus mal avec son club, Liverpool. Blessé, « Doumams » n'a pas foulé le moindre pré vert depuis le 23 septembre, et ne peut que regarder avec apathie son compatriote Eliaquim Mangala être de plus en plus convaincant.

« Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe »


Pourtant, dans sa lancée du barrage retour au Stade de France, Mamadou Sakho se fait plaisir dans le Liverpool de Brendan Rodgers. En achetant le défenseur français pour une vingtaine de millions d'euros au PSG, nombre de Scousers étaient méfiants. Seulement, le kop et toute la ville ravalent rapidement leur fierté. Sakho s'impose comme un joueur important du groupe de Rodgers. Surtout, le gamin proche des supporters qu'il était à Paris n'a pas changé en traversant la Manche. Et cela plaît à Liverpool. Indiscutable en EDF, beaucoup l'imaginaient titulaire en puissance à Liverpool. « Il a été capable de se battre pour avoir sa place dans l'équipe, affirme Rodgers quelques semaines après l'arrivée du Français sur les bords de la Mersey. J'aime son agressivité. Il veut avant tout bien défendre et ne se laisse pas surprendre au marquage. Même s'il n'a que 23 ans, Sakho a déjà joué beaucoup de matchs et possède une grande expérience. C'est quelqu'un qui va encore s'améliorer avec les années. »

Mais comme trop souvent, une blessure vient freiner sa progression. Particulièrement lorsque celle-ci est couplée à une maladresse personnelle. Le 29 décembre face à Chelsea - défaite 2-1 de Liverpool ce jour-là, il a le malheur d'échanger son maillot avec Samuel Eto'o à la mi-temps, avant de se péter la cuisse droite quelques secondes avant la fin de la rencontre. Intelligemment, son entraîneur n'en fait pas des briques. Mamadou n'a pas mauvais fond, et il le sait bien. « Ce n'est pas le genre d'action que l'on souhaite voir chez l'un de nos joueurs et on en a discuté. Il s'est excusé et on passe à autre chose » , assure le coach. Après trois mois de mise à l'écart des terrains à cause de son pépin physique, l'objectif était clair : reprendre rondement un rythme compétitif et profiter d'une qualification au Mondial qu'il est allé chercher lui-même. Sakho ne disputa finalement que six matchs sous la tunique des Reds. Pragmatique, le sélectionneur l'est et n'hésite ainsi pas à lui refiler le brassard pour son grand retour sur les terrains avec le coq sur le cœur, en mai, lors de la réception de la Norvège. Un geste symbolique plus qu'autre chose, pour à la fois le remercier du barrage retour et lui renouveler sa confiance, en dépit d'un faible temps de jeu en club. Une consécration décernée pour service rendu à la nation, en somme.

De héros à fardeau


Sauf que, ce qui devait ressembler à une cerise sur le gâteau se révèle finalement être une énorme déception et un immense sentiment d'injustice pour le héros national. La faute, là encore, à des ennuis physiques - qui ne le laisseront décidément jamais tranquille -, mais aussi à un vilain coup de coude, qui restera malheureusement l'image que gardera le monde de la Coupe du monde de Mamad'. Touché à la cuisse, la France se qualifie pour les quarts de finale sans lui, avant de devoir le remplacer en cours de match face à la Nationalmannschaft. Un changement qui, quelque part, coûte cher aux hommes de Didier Deschamps.


Depuis, le bilan de l'ex-Parisien fait mal au cœur. Seulement 5 matchs avec Liverpool et une triste histoire de déserteur, lorsqu'il apprend ne pas être sur la feuille de match lors du derby face à Everton. Pour autant, Mamadou Sakho n'a, semble-t-il, toujours pas perdu la place de choix qu'il occupe dans l'esprit de Didier Deschamps et dans le cœur des Français. Une position confirmée par sa solide titularisation face à l'Espagne, lors de la première joute internationale post-mondiale. À son retour de blessure, il devrait même rapidement retrouver un temps de jeu convenable, du fait de la tristesse défensive de Liverpool. Si l'heure est aux essais tactiques chez les Bleus, le sélectionneur n'a pas oublié le passif de Mamadou, et n'hésitera certainement pas à lui rendre la pareille lorsque celui-ci en aura le plus besoin. C'est bien la façon la plus noble d'épauler un héros qui peine à se relever.

Par Eddy Abou Serres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde il y a 1 heure Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 63 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 dimanche 17 juin Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15
À lire ensuite
Top 10 : Envie pressante