1. //
  2. // 8e
  3. // Drancy/Nice

Malik Hebbar: « 3-0 à la mi-temps ! »

Hier, Malik Hebbar, coach de Drancy qui affronte Nice ce soir en 8e de finale de Coupe de France, nous a rappelés alors qu'il était dans le car. « On part faire une mise au vert, ça a fonctionné avant nos autres matches de Coupe ! » Après le bus de Knysna, le bus de Drancy.

Modififié
0 0
Soyez honnête Malik : Bagayoko et Bamogo devant, Civelli et Pejcinovic derrière, Nice ne fait pas très peur...

Carrément que si ! Attendez, ce sont de très bons joueurs de L1. J'ai vu leur match contre Lyon en 16e, c'est très dur dans les duels. On aura un déficit athlétique, c'est certain. On n'a pas d'autre solution que de se sublimer.

Vous avez peur de vous faire humilier ?

Franchement, on aborde la rencontre sereinement. Si Nice gagne, ce serait logique donc on ne va pas commencer à stresser. Ce qui serait catastrophique, c'est que mes joueurs ne soient pas à leur niveau. S'ils sont en dedans, j'aurais les boules. Surtout ne pas avoir de regret, c'est ce que je leur répète depuis le début de l'aventure.

Quel est votre plan pour aller en quarts ?

L'idée est de mener 3-0 à la mi-temps ! (rires) Non, on va devoir faire preuve d'une grosse maîtrise collective pour ne pas courir sans arrêt derrière le ballon. Et être encore plus rigoureux que face à Boulogne, qu'on a battu 1-0. On avait été dominé et on avait manqué de poids offensif, ça avait été dur dans certaines courses en contre-attaque. Attention, en face il y aura du métier !

Treize clubs de L1 se sont déjà fait sortir de la compétition, beaucoup par des formations inférieures. Comment l'expliquez-vous ?

Déjà, faut arrêter de dire que les clubs de l'élite ne jouent pas le jeu en Coupe de France. Ce n'est pas vrai. Boulogne-sur-Mer avait mis son équipe-type contre nous, Paris n'avait pas fait tourner contre Agen. J'aimerais bien qu'on mette un peu l'accent sur la qualité des footballeurs amateurs. Bon, après il y a aussi l'esprit de revanche. Moi, j'ai 3-4 gars qui sont passés par des centres de formation et qui veulent montrer aujourd'hui ce qu'ils valent.

Vous êtes 15e de votre groupe de CFA, vous n'avez pas peur de délaisser le championnat ?

Non, pas du tout. Cette place ne me fait pas plaisir mais elle est à relativiser. A cause de la Coupe, on a trois matches en retard. Je ne dis pas qu'on va tous les gagner mais je pense que notre position est plutôt milieu de tableau.

Sur votre site internet, la case « Historique du club » est vide...

Drancy n'avait jamais fait mieux qu'un 32e de finale. C'était il y a quatre ans, avec une défaite 4-0 contre Metz. On a donc déjà marqué l'histoire du club. L'objectif est plus qu'atteint, c'est pour cela que je cherche à dédramatiser le match contre l'OGCN.

Vous êtes heureux de montrer une bonne image de Drancy ?

Vous savez, on la démontre tous les week-ends. On a souvent été pointés du doigt, la FFF qualifiait nos rencontres à l'extérieur de « matches à risque » . En fait, on reçoit un paquet de courrier de clubs qui nous expliquent qu'ils ont été agréablement surpris du comportement de nos joueurs et de nos supporters. Qu'on se calme un peu avec Drancy !

Un mot sur la polémique de l'année en Coupe : les pros qui récupèrent leur part sur la billetterie. Vous craignez que Nice le fasse ?

(Un peu gêné) Je crois que c'est ce qu'ils ont fait... Nice voulait que le match se tienne à 15h pour pouvoir repartir en avion le soir même chez eux. Nous, on préférait 20h pour que tous nos supporters puissent venir. Ce n'était pas pour les embêter ! Le match se déroulera donc à 20h et du coup Nice a choisi de prendre sa part sur les billets... Mais on n'a rien réclamé !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Janvier en 25 chiffres
0 0