1. //
  2. // 3e journée
  3. // Groupe C
  4. // Málaga/Milan AC (1-0)

Málaga réussit la passe de trois

Málaga garde les commandes de son groupe C en Ligue des champions, grâce à une nouvelle victoire, la troisième de rang dans la compétition, sur le Milan AC (1-0). Les Andalous n’ont pas fait dans le spectaculaire cette fois-ci, face à de concentrés mais limités Rossoneri.

Modififié
0 4
Málaga-Milan : 1-0 (0-0)
But : Joaquín (64e) pour Málaga

Grosse opposition du groupe C de Ligue des champions, ce Málaga-Milan AC n’a pas été flamboyant, loin de là. Un match haché dans un premier temps, puis une interminable domination stérile des Andalous, qui aurait pu se concrétiser sur un pénalty généreux. Si Joaquín le rate, ce ne sera que pour se racheter en seconde période et planter le but libérateur sur l’une des rares occasions de son équipe. Malgré les difficultés rencontrées ce soir, Málaga fait carton plein pour sa première Ligue des champions, avec neuf points en trois matchs, et une première place logique dans son groupe. Pour le Milan, courageux en défense, mais très limité en attaque, la crise ne fait que continuer.

Le Milan remercie la barre

La tendance qui voudrait que Málaga domine largement un Milan déprimé est palpable sur les premières minutes du match. Mais si le pressing andalou est efficace, et que l’arrière-garde milanaise semble vouloir jouer avec le feu dans ses relances, ce sont surtout les approximations qui sautent aux yeux. Un début de match où les erreurs techniques viennent pourrir ce qui pourrait s'apparenter à du jeu. Le Milan défend comme un beau diable, mais on sent tout de même qu’une accélération des Espagnols pourrait suffire. Seulement, ça ne vient pas. Malgré sa domination, Málaga ne parvient pas à franchir le rideau rossonero. Dans ce contexte, c’est le Milan AC qui se procure les premières occasions : un coup franc dans les nuages de Pazzini, une pauvre frappe de Montolivo, une autre, plus dangereuse, d’El Shaarawy (30e). À partir de la demi-heure de jeu cela dit, le vent tourne. Isco se procure une double occasion en l’espace de deux minutes, forçant Amelia à se détendre sur sa deuxième frappe (35e, 37e). Puis vient le coup de pouce de l’arbitre, qui désigne très généreusement le point de pénalty, suite à un très léger contact de l’épaule entre Constant et Gamez dans la surface. Côté rossonero, on gueule. Normal, il n’y a vraiment pas grand-chose là-dessus. En tout cas, Joaquín s’empresse de mettre fin à la polémique. Il catapulte son péno sur la barre (45e). Le Milan peut souffler.

Joaquín se rachète

À la reprise, il pleut sur la Rosaleda. Météo de circonstance, sans doute. Dans le jeu, il faut pourtant avouer que Málaga pousse davantage. Les Andalous ont le monopole du ballon et tentent tant bien que mal de faire bouger le bloc milanais. Chose loin d’être simple. Saviola est le premier à franchir le rideau défensif, mais se fait rattraper par Bonera, qui lui retire le ballon au moment de sa frappe à bout portant (57e). L’arrière-garde se fissure, Iturra la brise : le milieu aux bouclettes réalise le une-deux avec Joaquín et lui remet une jolie balle piquée au-dessus de la défense. Seul face à Amelia, l’Espagnol ne tremble plus (1-0, 64e). Coup dur pour le Milan, qui doit désormais se mettre à attaquer, langage inconnu dans cette rencontre. Il y aura de l’entrain, mais de l’imprécision. Seul El Shaarawy testera les gants de Cabaliero, sur une frappe en déséquilibre (85e). On a longtemps cru que les Andalous n’y arriveraient pas, mais ils l’ont fait. Un éclair, une action auront suffi. Avec neuf points en trois matchs, Málaga vogue seul en tête de son groupe C, à cinq points du Milan, son dauphin. Les Rossoneri n’abandonnent pas l’espoir d’une qualification, c’est sûr, mais ils confirment une nouvelle fois leurs difficultés. Une défaite en LDC, la seule chose qui leur manquait, en ce début de saison.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Millonario Niveau : DHR
Assez admiratif de Malaga, toute compet confondue au vu de l'intersaison
Pellegrini y était au Réal et il avait fait 2eme avec 100 pions mais il était pas assez sexy alors perez l as viré... C'est lui qui donne le génie a cette équipe un vraiment très bon entraîneur!
Ils ont intéret à virer Allegri. Le pauvre, l'année passée, il entrainait Ibra, Thiago Silva, Nesta, Cassano etc. Et là, il se retrouve à devoir mettre Constant titulaire en LC.
Ce soir, il a tout tenter pour se faire licencier défense à 3 mais comme Milan ne prenait pas de but, il est passé à un 5-2-3 pour couper son équipe en deux, puis 5-4-1 bien pourri pour que Berlu veuille le dégager direct parce que trop défensif... Quand Joaquin s'est élancé pour le penalty, il a espéré ne pas devoir entrainer en deuxième mi-temps mais ce con* a réussi à rater l'immanquable.
Enfin, en tout fin de match, il a même mis Bojan, qui est nullissime, et Pato afin qu'il se blesse pour assurer la défaite.
S'il vous plait, messiers Berlusconi et Galliani, épargnez-lui ce calvaire, comprenez son message. Il ne veut pas, plus entrainer cette équipe de chèvres, rendez-lui sa liberté.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
franchement j'ai été choqué par le niveau de jeu du Milan hier... Y avait vraiment rien, pas une action construite, les seuls éclairs de brio venaient d'El Shaarawy, le reste n'a été que vide et néant...

Allegri n'y arrive plus ça parait évident. On peut toujours dire que l'équipe n'est pas terrible mais c'est clair que ses choix sont plus que douteux. Constant tu le fais jouer quand tu es entraîneur de Sochaux, mais pas au Milan(il a tout raté hier)... Emmanuelson en attaque, y a un moment c'est plus possible...

Et puis le niveau de Mexes est scandaleux, il a encore fait une bourde hier, heureusement Amelia lui sauve les miches derrière...

J'étais franchement triste pour Montolivo et Ambrosini, qui a chaque fois qu'ils avaient la balle devaient attendre 5 minutes avant de trouver un coéquipier... Personne ne se démarquait...

Quelle tristesse de se dire que l'an dernier cette équipe faisait presque peur au Barça...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 4