1. //
  2. // 1re journée

Malaga et Séville tiennent leur rang

La Liga a repris en douceur ce samedi, avec trois matchs sans surprise et sans coup de folie. Enfin si, un quand même, le premier but de la saison est marqué par un gamin de 16 ans. De la cuisse.

Modififié
0 1
Le coup d’envoi de la saison 2012-2013 a été donné au Balaídos, dans l’enceinte du Celta Vigo, de retour dans l’élite après cinq saisons passées à l’étage d’en dessous. Pour cette première, les hommes de Paco Herrera recevaient cette drôle d’équipe de Malaga, pressée de commencer après un été franchement pourri. Un match ouvert, très animé, que les Andalous ont légèrement dominé, mais que le Celta aurait pu maintes fois gagner sans un très bon Caballero, trop de maladresse et une poisse incroyable dans les arrêts de jeu. Les locaux ont gâché toutes leurs munitions et se sont fait punir par un gamin de 16 ans. Avec un groupe ultra limité, Pellegrini n’a pas des masses de choix. Il titularise Portillo à droite et Seba Fernández en pointe, sans résultat. Pour les relayer, il lance donc Buonanotte et un certain Fabrice, gamin du centre de formation. À 5 minutes du final, le premier cale son petit pont dans la surface et centre pour le second, qui marque de la cuisse, devenant le plus jeune buteur de l’histoire du championnat. Le Celta Vigo insiste, trouve le poteau à la 91e minute, avant que Cabral, seul à cinq mètres de la cage vide, ne trouve la barre transversale. Malaga n’a plus d’argent, mais il a de la réussite. De bon augure avant le duel avec le Pana, mercredi prochain.

Negredo ouvre son compteur

Andalousie toujours, avec l’entrée en piste du FC Séville, dans son Pizjuán à moitié vide, face à Getafe. Michel aligne son trio offensif de feu, Reyes-Negredo-Jesús Navas, avec le brassard autour du biceps du numéro 9. Bonne nouvelle pour Getafe, il s’est débarrassé du Burger King qui traînait sur son maillot. Séville prend la relève avec un Interwetten jaune et noir qui ne se marie pas du tout avec le rouge et blanc traditionnel du club. Sur le terrain, les locaux dominent et plient le match en cinq minutes. Un raté de Moyà permet à Fazio d’ouvrir le score peu après la demi-heure de jeu, puis une faute sur Reyes dans la surface offre à capitaine Negredo l’occasion d’ouvrir son compteur, ce dont il ne se prive pas. Getafe ne propose rien, mais revient dans le match au retour des vestiaires grâce à un corner de Pedro Léon repris par Alexis. Pas Sánchez, mais Ruano Delgado, joueur prêté par… Séville. La suite, c’est des débordements incessants de Jesús Navas, déjà très en jambes, et deux/trois occasions franches pour les Andalous, dont une barre de Rakitić. L’ère post-Kanouté commence plutôt bien.

Le premier doublé pour Hemed

Les îles Baléares, pour finir, avec ce match entre Majorque et l’Espanyol Barcelone, deux équipes de milieu de tableau, voire plus si affinités. Le match chiant de la soirée, probablement en guise de protestation contre l’horaire. Sérieux, jouer à 23h… Pourtant, tout avait bien commencé. Hemed, déjà très en vue la saison passée, n’a besoin que de vingt secondes pour se procurer une première occase, puis de deux minutes pour ouvrir le score. Contrôle, tour sur lui-même, frappe en force. Joli. Sauf que les Catalans égalisent trois minutes plus tard par Wakaso, le petit ailier ghanéen venu de Villarreal. Puis plus grand-chose pendant 80 minutes. Le temps d’apercevoir Capdevila occuper le couloir gauche de la défense barcelonaise, et le dénommé Michaël Pereira, natif de Paris, faire des misères à son vis-à-vis de l’autre côté du terrain. C’est d'ailleurs le Français qui débloque la situation à quelques minutes du final, en envoyant une grosse frappe sur la barre, reprise victorieusement par Hemed, pour le doublé. Allez hop, au dodo.

Les résultats

Celta Vigo 0-1 Malaga

But : Fabrice (85e) pour Malaga

FC Séville 2-1 Getafe

Buts : Fazio (34e) et Negredo (38e, sp) pour Séville ; Alexis (50e) pour Getafe

Real Majorque 2-1 Espanyol Barcelone

Buts : Hemed (2e, 86e) pour Majorque ; Wakaso (6e) pour l’Espanyol

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Parler de catalans pour parler de l'Espanyol Barcelone dans un match Espanyol - Majorque, c'est pas judicieux!
A Majorque aussi, ils sont catalans!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 1