1. //
  2. // 7e journée

Malaga, c'est renversant

Mené au score à deux minutes de la fin, Malaga s'est imposé face à Getafe grâce à un retourné acrobatique spectaculaire de Julio Baptista, qui place son équipe à égalité avec Valence, difficile vainqueur de Grenade.

Modififié
0 0
Malaga 3-2 Getafe


Buts : Van Nistelrooy (64è), Maresca (88è) et Julio Baptista (92è) pour Malaga ; Pedro Leon (55è) et Miku (75è) pour Getafe

Pellegrini s'est trouvé un onze-type très vite performant, mais ce Malaga qatari a encore besoin de temps et d'automatismes pour se transformer en machine à gagner. Il va aussi falloir que Van Nistelrooy, aucun but en cinq matchs, se mette au niveau de ses partenaires. Malaga, supérieur techniquement, s'installe dans le camp de Getafe. Les Madrilènes comptent sur Pedro Leon et Guiza, qui a gardé en souvenir sa barbe turque, pour marquer en contre. Les Andalous dominent stérilement. Julio Baptista, toujours aussi puissant, doit bénéficier d'un penalty, mais prend un jaune pour simulation à la place. Tout va se jouer en deuxième mi-temps. C'est d'abord Pedro Leon qui calme la Rosaleda d'une magnifique volée dans la lucarne. Van Nistelrooy, de la tête, inscrit son premier but sous ses nouvelles couleurs pour l'égalisation. Malaga pousse mais se fait prendre en contre, une tête-main de Miku, sur le terrain depuis cinq minutes, mais Lacen fait tout foirer en se faisant expulser stupidement. Car ce Malaga n'est pas du genre à lâcher, et renverse le match dans les dernières minutes, grâce à Maresca, et surtout Julio Baptista, qui pour son anniversaire cale un retourné acrobatique dans les arrêts de jeu. Du lourd.


Osasuna 2-2 Real Majorque


Buts : Raul Garcia (46è, 59è) pour Osasuna ; Hemed (34è sp, 79è sp) pour Majorque

Le ventre mou de la Liga. Les deux équipes sont à six points, mais si Majorque les a pris grâce à deux victoires difficiles, Osasuna, c'est trois nuls et une victoire. En fait, les joueurs de Pampelune n'ont perdu qu'une seule fois depuis le début de saison. Mais c'était 8-0, au Camp Nou. « Il faut mieux perdre une fois 8-0 que huit fois 1-0  » , comme on dit. Premier match pour tonton Nadal sur le banc majorquin, successeur d'un Laudrup démissionnaire. Sur le terrain, ce n'est pas terrible. Les deux équipes sont aussi faibles dans le jeu que fragiles dans leurs surfaces de réparation. Deux coups de têtes de Raul Garcia, sur deux corners, pour les locaux, et deux penaltys d'Hemed pour Majorque, voilà pour les buteurs. Angel Nadal peut quand même être satisfait, son équipe est revenue alors qu'elle évoluait à dix. Peut être la seule satisfaction de la soirée.



Villarreal 2-2 Real Saragosse


Buts : Rossi (41è, sp) et Perez (84è) pour Villarreal ; Luis Garcia (35è), Barrera (45è) pour Saragosse

Villarreal doit rebondir. Peu glorieux 13ème de Liga, battu à deux reprises en Ligue des champions, le sous-marin jaune ne navigue pas rond. Le onze de départ n'a pourtant pas beaucoup changé par rapport à la saison passée, mais on mesure mieux l'importance qu'avait Cazorla, parti cet été à Malaga, dans cette équipe. Putains de Qataris. Nilmar absent, c'est Camuñas qui est associé à Rossi en attaque. La première partie est assez rythmée, Villarreal domine mais sa défense, trop fragile, est prise deux fois à défaut par Saragosse. Entre-temps, Rossi a mis son 54è but en Liga avec le maillot jaune (record de Forlán égalé), d'une panenka sur un penalty imaginaire. Pas résignés, les locaux accélèrent en deuxième, jouent bien, mais Roberto, le portier de Saragosse, n'en laisse pas passer une. La délivrance viendra d'un corner repris par Pérez, à cinq minutes de la fin, après que Lanzaro ait vu rouge pour les visiteurs. Une habitude dans cette Liga, qui vise apparemment le record d'expulsions cette année. Villarreal ne convainc pas sur son jeu, mais rassure sur sa volonté.



Racing Santander 1-1 Rayo Vallecano


Buts : Gonzalez (59è) pour Santander ; Tamudo (20è) pour le Rayo

Santander, c'est l'équipe qui a pris trois points en quatre matchs sans mettre un seul pion. Bel exploit, mais insuffisant pour ne pas être relégable. Et puis El Sardinero aimerait bien voir un but, quand même. La venue du promu madrilène, engagé dans son opération maintien, en est l'occasion rêvée. Sauf que c'est justement le Rayo Vallecano qui va ouvrir le score dès la 20è minute de jeu, d'un subtil but de Tamudo. Les résidents de Vallecas auraient pu enfoncer le Racing, mais ni Tamudo, ni Michu ne profitent de leur temps fort. Adrian Gonzalez, entré à la mi-temps, égalise finalement à l'heure de jeu, après une belle passe de Munitis. Match nul. Santander n'a toujours pas gagné cette saison.



FC Valence 1-0 Grenade


Buts : Canales (4è) pour Valence

Après le Barca et Chelsea, tous les deux tenus en échec, c'est Grenade qui se présente à Mestalla. Un peu moins impressionnant, et un peu moins motivant. La bande à Emery doit gagner pour recoller au haut de classement, après sa défaite à Séville la semaine dernière. Et ça commence très bien pour Valence, puisqu'après à peine cinq minutes de jeu, Sergio Canales, son surdoué de gamin, ouvre le score. Soldado et Canales sont les plus dangereux côté valencien, tandis que sur l'aile droite andalouse, en cherchant bien, on trouve l'ami Yohan Mollo. La domination des locaux faiblit avec le temps, et Grenade commence à croire en sa chance. Iñigo Lopez trouve la barre de la tête, mais Valence tient jusqu'au bout. Victoire difficile pour le club ché, mais avec ces trois points il prend provisoirement la tête de la Liga, à égalité avec Malaga. Ca se complique en revanche pour Grenade, relégable ce soir.

Leo Ruiz

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0