1. //
  2. // 8es de finale

Mal au crâne

La nouvelle formule à 24 nations est un bordel sans nom. Entre les temps de récupération entre deux matchs, les meilleurs troisièmes, les calculs savants, le niveau de jeu bidon, ce premier tour de l’Euro n’est pas une franche réussite.

210 27
Lundi dernier, à Clairefontaine, Yohan Cabaye s’est trouvé bien emmerdé quand on lui a demandé de donner son point de vue sur les adversaires potentiels des Bleus en huitièmes de finale de l’Euro. À ce moment, la France était déjà qualifiée et assurée de terminer première de son groupe. À ce moment, les Bleus avaient neuf adversaires potentiels. Une broutille, quoi. Alors le joueur a botté en touche, confirmant à demi-mot qu’il ne savait pas trop comment fonctionnait la nouvelle formule et que personne autour de lui n’avait réussi à lui simplifier la chose. C’est simple, les Bleus devaient jouer un troisième de groupe. Celui du groupe C. Ou D. ou E. En début de tournoi, l’UEFA avait mis à disposition de la presse un tableau bourré de combinaisons possibles pour les huitièmes de finale. Un bordel. Sur 24 équipes, 16 seront donc encore en lice « en deuxième semaine » . En gros, il aura fallu une trentaine de matchs pour sortir huit équipes de la compétition. Très pratique. Et comme le sort fait bien les choses, les Bleus – premiers qualifiés – rencontreront en huitièmes de finale l’Éire, qui se trouve être la dernière équipe qualifiée pour le tour à élimination directe. Pendant trois jours, la France n’a jamais su quel était son prochain adversaire. L’Irlande du Nord a tenu la corde, puis la Belgique, puis l’Éire. L’Éire qui aura donc trois jours de récupération de moins pour préparer son match. Brillante formule.


Et ce n’est pas tout. Cette nouvelle formule souffre d’un problème de cadence. Les Bleus ont joué leurs trois matchs de poule en dix jours, un rythme plutôt intense. Maintenant, les Bleus ont eu une semaine entre leur dernier match de groupe et le huitième de finale, et il faudra encore attendre une semaine entre le huitième et le quart. Soit un rythme de Coupe du monde de rugby, celle qui s’étale sur 8 semaines… Pis, la demi-finale et la finale, elles, s’étalent sur quatre jours. Cohérence ? Nulle part. Soit la compétition est intense et tout se joue à trois jours d’intervalle, soit c’est fait en sorte de garder les joueurs frais et on reste sur un rythme de championnat (un match par semaine). L’UEFA n’a pas tranché et a tout mixé. Au final, on s’est un peu ennuyé sur ce premier tour à de rares exceptions près (Croatie-Espagne, Italie-Belgique et Portugal-Hongrie).

Le spectacle était en tribunes


Le seul avantage de ce nouveau schéma, c’est l’ambiance mise par les équipes qui ont moins l’habitude de fréquenter les phases finales : les deux Irlande, l’Islande, l’Albanie, la Hongrie. Ces équipes-là auront été les révélations « de la rue » , de cet Euro. Certains pour leur humour (les hommes en vert), d’autres par leur dégaine de bodybuilders rasés aux bras musclés et parfois trop tendus (la première ligne hongroise). Mais la joie et la folie qui émanent des tribunes n’ont eu aucun écho sur le pré. Normal, on peut se permettre de calculer dès le deuxième match. Il y a même des équipes qui, comme la Turquie, présentaient zéro point et une différence de but de « -4 » après deux matchs et qui pouvaient, pourtant, encore espérer se qualifier en huitièmes. Ce manque de lisibilité a aussi son effet pervers. Les supporters albanais présents en France, par exemple, ont dû attendre de longues journées avant de savoir s'ils pouvaient faire leur valise.


Devant ce constat, Michel Platini (qui est à l'origine de cette nouvelle organisation) peut-il se féliciter ? En matière de niveau de jeu offert sur la pelouse, la réponse est non. Car les petites nations qu'il chérit tant ont un cerveau et ont bien compris l'astuce. Quatre points étant largement suffisants pour se qualifier, les défenses ont pris le pas sur l'attaque. Un nul est alors considéré comme un bon résultat, et une défaite d'un but contre le favori du groupe peut également représenter une belle affaire. Le Portugal, qui se qualifie avec trois nuls et se permet de jouer la montre lors de son dernier match de poule, c'est pas joli joli. La Slovaquie qui débute toutes ses parties dans l'idée de repartir avec un 0-0, ce n'est pas très beau non plus.

Une histoire de calculs


« Dans ce tournoi, le troisième a quatre chances sur six de faire partie des meilleurs troisièmes, soit environ 66 % de chances de passer, rappelle Raphaël Raymond, président et organisateur du Tournoi Sans Frontière (qui réunit les meilleures équipes de jeunes d'Europe) depuis de nombreuses années. Nous aussi, on utilise le système des meilleurs troisièmes, mais seulement deux sur cinq passent, ce qui diminue la probabilité de qualif' en tant que meilleur troisième à 40 %. Et psychologiquement, quand cette probabilité est plus faible que 50 %, les joueurs se disent que ça ne vaut pas le coup de viser cette place. Résultat : dans notre compétition, les équipes jouent l'offensive et ne se contentent pas du nul. » Voilà qui explique la moyenne de but très faible de l'Euro : 1,8 but par match. Soit le score le plus faible depuis l’Euro 1996.


Et voilà qui explique pourquoi les raclées ont été rares et les scores serrés, les favoris ne pouvant pas compter sur des petites équipes joueuses, même quand celles-ci étaient menées. Or, comme le rappelle Raphaël Raymond, « ça fait déjà deux ans qu’on s’emmerde avec des éliminatoires chiants à mourir. Mais en réalité, il n’y a pas eu d’écrémage. Conséquence : l’Euro va commencer en huitièmes de finale. Il faudrait presque des têtes de série pour la phase finale une fois les poules achevées avec ce système-là. » Dès lors, la question se pose : un schéma sans huitième, avec directement des quarts de finale, n’aurait-il pas favorisé une phase de groupes plus sexy ? Les six premiers de groupe étaient qualifiés ainsi que les deux meilleurs deuxièmes. On était dans la compétition d’entrée. Une semaine de moins au calendrier, aussi, n’aurait pas été une mauvaise idée. Cela aurait évité de faire retomber le soufflé après un premier tour intense. « Je ne sais pas à quel moment les dirigeants de l'UEFA ont arrêté les mathématiques, ironise encore Raphaël Raymond. Mais ce n'est quand même pas dur de comprendre que qualifier une majorité des meilleurs troisièmes, c'est qualifier des équipes qui n’ont pas la moyenne. À partir de là, le sport n'est pas respecté. J’invite l’UEFA à venir l’an prochain au Tournoi Sans Frontière pour voir comment ça se passe. »


On se retrouve un peu dans le vide au moment d’attaquer la phase la plus intéressante du tournoi. Il y a 30 ans, l’Euro se disputait à huit pays. Ce n’était ni mieux ni moins bien, c’était plus vivant. Aujourd’hui, l’UEFA compte 55 membres, quasiment la moitié est représentée à cet Euro. C’est énorme. On avait souvent coutume de dire que les championnats d’Europe étaient plus relevés qu’une Coupe du monde. Or, en ouvrant autant, on a perdu de cette excellence au profit d’une rentrée d’argent plus conséquente (plus de matchs dit plus de billets dit plus de consommation, etc). Après, on est peut-être devenu des petits cons, aussi. Des enfants pourris gâtés. Peut-être que nous bouffons trop de football durant la saison, trop de Ligue des champions, trop de Liga, trop de ballon. Alors un Euro à 24, de quatre semaines, après dix mois intensifs de football, c’est l’indigestion assurée, surtout quand on s’envoie un superbe 0-0 en prime time. Le degré d’exigence est sans doute trop élevé. Mais force est de constater que la France s’apprête à affronter un troisième de poule en huitièmes de finale de l’Euro avant, pourquoi pas, d’aller défier un deuxième de poule en quarts de finale. Dire qu’en 2020, la formule restera la même, mais l’Euro se jouera dans 13 pays différents… De Bakou à Copenhague en passant par Bilbao et Glasgow.

Par Mathieu Faure et Florian Cadu
J'arrête pas de tomber sur des articles et des réactions parlant de nouveau système à 24. Donc personne n'a vu les coupes du monde 90 et 94?? Il y'a absolument rien de nouveau. On dirait que c'est la fin du monde que des 3eme de poule se qualifient.
Ce système a permis à l'argentine de se qualifier en 94 pour qu'on obtienne le Roumanie-Argentine en 8eme, un des plus grand match de l'histoire. L'Italie de Baggio, future finaliste aussi. Même chose pour les Pays Bas en 90 qui ont ainsi affronter l'Allemagne dans un incroyable choc. Donc gardons le positif.

Par contre faut m'expliquer à quel moment la Belgique aurait pu être l'adversaire de la France...
Monsieur Dame Niveau : DHR
Je suis très partagé là-dessus. Il y a clairement des incohérences. D'un côté c'est bien tous pays qu'on ne voit pas toujours (ça change de la C1 avec ses bayern rela barça juve chelsea psg), d'un autre il y a eu trop de matchs affligeants.

Et je trouve que qualifier 16 équipes des phases de poules sur 24 (donc deux sur trois), ça rend ces phases complètement bancales.
Message posté par CTroy
J'arrête pas de tomber sur des articles et des réactions parlant de nouveau système à 24. Donc personne n'a vu les coupes du monde 90 et 94?? Il y'a absolument rien de nouveau. On dirait que c'est la fin du monde que des 3eme de poule se qualifient.
Ce système a permis à l'argentine de se qualifier en 94 pour qu'on obtienne le Roumanie-Argentine en 8eme, un des plus grand match de l'histoire. L'Italie de Baggio, future finaliste aussi. Même chose pour les Pays Bas en 90 qui ont ainsi affronter l'Allemagne dans un incroyable choc. Donc gardons le positif.

Par contre faut m'expliquer à quel moment la Belgique aurait pu être l'adversaire de la France...


Enfin c'est + facile de trouver 24 bonnes nations dans le monde que seulement en Europe... Apres je suis pas contre, ca rend le tournoi + ouvert et permet de decouvrir pleins de supporters...

Apres je reste perplexe sur le choix de Platini, il a fait cela pour la beaute du football ou parce que nos amis d'Europe de l'Est lui ont mis des malles remplies d'Euros au fond du jardin...
Message posté par CTroy
J'arrête pas de tomber sur des articles et des réactions parlant de nouveau système à 24. Donc personne n'a vu les coupes du monde 90 et 94?? Il y'a absolument rien de nouveau. On dirait que c'est la fin du monde que des 3eme de poule se qualifient.
Ce système a permis à l'argentine de se qualifier en 94 pour qu'on obtienne le Roumanie-Argentine en 8eme, un des plus grand match de l'histoire. L'Italie de Baggio, future finaliste aussi. Même chose pour les Pays Bas en 90 qui ont ainsi affronter l'Allemagne dans un incroyable choc. Donc gardons le positif.

Par contre faut m'expliquer à quel moment la Belgique aurait pu être l'adversaire de la France...


Si l'Irlande n'avait pas battu l'Italie et la Suède avait battu la Belgique, la France aurait joué les belges en 1/8e.

Ca fait beaucoup de "si" mais à 15 minutes de la fin c'était 0-0 dans les 2 rencontres, donc une hypothèse qui aura été possible jusqu'à la toute fin de la phase de groupes.
avec ce système batard de 24 equipes et au vu de la pauvreté du jeu de ce premier tour, la question va se poser pour les prochains euros : 16 ou 32 équipes.

Et vous croyez que les "petites nations" vont lacher du lest.

on aura bientot un euro à 32

Pays-Bas, Grece, Danemark, Norvège, Slovénie, Ecosse, Serbie, Bosnie... voilà par exemple 8 équipes supplémentaires à rajouter au tournoi sans pour autant faire baisser le niveau moyen
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par fraener
avec ce système batard de 24 equipes et au vu de la pauvreté du jeu de ce premier tour, la question va se poser pour les prochains euros : 16 ou 32 équipes.

Et vous croyez que les "petites nations" vont lacher du lest.

on aura bientot un euro à 32

Pays-Bas, Grece, Danemark, Norvège, Slovénie, Ecosse, Serbie, Bosnie... voilà par exemple 8 équipes supplémentaires à rajouter au tournoi sans pour autant faire baisser le niveau moyen


Oui mais alors les qualifs servent plus à rien du tout si on rajoute ces 8
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
l´Euro a 24 n´est juste qu´une passerelle pour passer à 32 équipes dans un future proche, c´est une évidence. La coupe du monde a évolué de la même façon.

Comme le dit l´article, L´UEFA compte 55 nations. Ce sera donc pas un problème de faire des qualif moisis (dont tout le monde se fout) pour renforcer l´interêt de la phase finale. Au fond, ce ne serait “que” 8 équipes de plus que le format actuel. 8 nations que l´UEFA reverait de combler par celles étant les plus grosses consommatrices de foot (Pays bas, Finlande, Norvège, Danemark, Grèce, etc).

Bref, je suis pret à parier qu´on aura un Euro à 32 dès 2024.
Bitedamarage Niveau : CFA
Message posté par Thouvenel Ballon d'Or
Oui mais alors les qualifs servent plus à rien du tout si on rajoute ces 8


ça servirait à virer les Féroé, Malte, Chypre, le Luxembourg... ça servirait également de phase de préparation pour les grosses équipes nationales avant les phases finales.

Pas mal de personnes fustigent le niveau de jeu, mais force est de constater que les "petites" équipes sont au niveau et que le problème concerne plutôt les mastodontes puisque aucun n'a trouvé une routine solide en terme de de jeu. Toutes les équipes ont une grosse rigueur tactique du coup quasi chaque match est indécis.

A 24 le système du meilleur 3ème est trop mal géré et je pense que l'Europe a largement le vivier pour faire une compèt à 32. Par exemple les Pays Bas, même s'ils sont tout pétés, ne feraient pas tâche, idem pour la plupart des équipes éliminées en barrage.

Certes les éliminatoires perdraient de leur intérêt mais ça n'a jamais été bien excitant, et plutôt stressant car vu le haut niveau de jeu global en Europe y'a toujours un gros qui passe à la trappe. Perso je me suis toujours dit qu'un Euro à 32 ça le ferait bien, et accessoirement ça ferait durer le plaisir !
anteouane Niveau : DHR
Avec une coupe du monde où 13 à 14 européens se qualifient, c'est pas idiot de vouloir faire un EURO avec + de 16 équipes.

Je ne sais pas si une compét' à 20 équipes - 5 groupes de 4 - 2 qualifiés par groupe pour des quarts direct - a été envisagé. Le seul inconvénient que j'y vois sont qu'il y aura sans doute pas mal de matchs sans enjeu à la fin de la phase de groupe.
Je suis personnellement attaché à la Coupe du Monde à 32 équipes et à l'Euro à 16.

Chez moi, c'est en grande partie une question de symbolique : je considère encore la Coupe du Monde comme la compétition suprême, et faire un Euro réclamant exactement les mêmes logistiques ne rendrait, selon moi, service à personne.
D'une part, ça ferait perdre du poids à la Coupe du Monde en lui créant une compétition de même acabit (je parle encore une fois de logistique).
D'autre part, ça rendrait l'Euro moins "unique" en lui donnant exactement le même aspect que la Coupe suprême.

Ca peut paraître un peu futile comme raisonnement, mais je suis très attaché à la symbolique qui est justement l'aspect qui rend le football important pour nous tous. En tout cas, autre chose que "onze gars qui courent derrière un ballon".

Augmenter l'Euro à 24 a déjà, selon moi, rendu les éliminatoires pratiquement inutiles en concernant pratiquement une équipe sur deux.
Faire un Euro à 32 les rendrait encore plus désuets, et on serait sûrement obligés de les supprimer : ce serait la création d'une injustice où une quinzaine de nations seraient lésées en étant pas qualifiées, sûrement sur la base du sacro-saint classement FIFA.

Je pense d'ailleurs que le scénario a déjà été envisagé et que le but est finalement de créer un championnat d'Europe des Nations (qui en a déjà le nom, mais qui en serait vraiment un) regroupant toutes les équipes. On en a déjà pris le chemin avec le nouveau système d'éliminatoires de la Coupe du Monde qui ressemble, à s'y méprendre à un nouveau championnat d'Europe.

Je suis définitivement contre un tel futur car cela voudrait sûrement dire "Championnat d'Europe NON STOP". Et, je ne sais pas vous concernant, mais j'aime l'attente. J'aime attendre quatre ans entre deux compétitions européennes et c'est cette attente qui donne de la valeur aux événements

Cette recherche constante du profit dilue, un peu comme Marvel au cinéma, furieusement notre ressenti et notre compréhension des choses et des enjeux.

En d'autres termes, plus simples, trop de foot tuera le foot.
Benito-Bx Niveau : CFA
Honnêtement, déjà avec les deux premiers qualifiés, la plupart des équipes solides et attendues n'étaient pas vraiment inquiétées.

Comme dit plus haut, les petites équipes sont finalement bien là: Wales qui a fini deuxième en qualification derrière la Belgique a fini premier de sa poule, l'Islande est là, la Hongrie, etc...

Le truc foireux c'est de pouvoir tabler sur 3 nuls pour passer. Un Euro à 32 serait mieux qu'un Euro à 24, j'en suis certain. Un Euro à 16 c'est bien aussi. Le seul souci ici c'est finalement qu'on est entre deux systèmes cohérents et que ça crée des incohérences et des inégalités...sérieux l'Irlande ou la Belgique qui jouent leur quart avec 3 jours de repos en moins que la France, c'est vraiment abusé. Ne parlons pas du Portugal qui a joué mercredi et qui affronte la Croatie déjà samedi.
certains premiers jouent des 3èmes... d'autres non. Grosse incohérence et injustice.

L'italie 1ère jouait la croatie ou l'espagne...
La Balgique 2ème a un boulevard jusqu'en finale...


Merci platoche. Et dire qu'il avait tout fait pour que l'équipe de France se trouve du "bon coté du tableau" et soit protégé jusqu'en demi voir en finale...
Bitedamarage Niveau : CFA
Message posté par Algiers
Je suis personnellement attaché à la Coupe du Monde à 32 équipes et à l'Euro à 16.

Chez moi, c'est en grande partie une question de symbolique : je considère encore la Coupe du Monde comme la compétition suprême, et faire un Euro réclamant exactement les mêmes logistiques ne rendrait, selon moi, service à personne.
D'une part, ça ferait perdre du poids à la Coupe du Monde en lui créant une compétition de même acabit (je parle encore une fois de logistique).
D'autre part, ça rendrait l'Euro moins "unique" en lui donnant exactement le même aspect que la Coupe suprême.

Ca peut paraître un peu futile comme raisonnement, mais je suis très attaché à la symbolique qui est justement l'aspect qui rend le football important pour nous tous. En tout cas, autre chose que "onze gars qui courent derrière un ballon".

Augmenter l'Euro à 24 a déjà, selon moi, rendu les éliminatoires pratiquement inutiles en concernant pratiquement une équipe sur deux.
Faire un Euro à 32 les rendrait encore plus désuets, et on serait sûrement obligés de les supprimer : ce serait la création d'une injustice où une quinzaine de nations seraient lésées en étant pas qualifiées, sûrement sur la base du sacro-saint classement FIFA.

Je pense d'ailleurs que le scénario a déjà été envisagé et que le but est finalement de créer un championnat d'Europe des Nations (qui en a déjà le nom, mais qui en serait vraiment un) regroupant toutes les équipes. On en a déjà pris le chemin avec le nouveau système d'éliminatoires de la Coupe du Monde qui ressemble, à s'y méprendre à un nouveau championnat d'Europe.

Je suis définitivement contre un tel futur car cela voudrait sûrement dire "Championnat d'Europe NON STOP". Et, je ne sais pas vous concernant, mais j'aime l'attente. J'aime attendre quatre ans entre deux compétitions européennes et c'est cette attente qui donne de la valeur aux événements

Cette recherche constante du profit dilue, un peu comme Marvel au cinéma, furieusement notre ressenti et notre compréhension des choses et des enjeux.

En d'autres termes, plus simples, trop de foot tuera le foot.


T'as juste à garder le même système de qualif mais en l'élargissant.

Après tout dépend l'importance qu'on donne aux qualifs, pour moi ça n'a jamais été de grands moments de foot. Donc en faire une phase quasi préparatoire pour les grosses équipes et une sublime opportunité pour les petites serait opportun. Aujourd'hui même une nation comme l'Albanie peut concurrencer les grandes nations sur un match, ils l'ont prouvé sur le moyen terme (éliminatoires + euros), on a un sublime vivier Européen, valorisons le.
Message posté par Genma
certains premiers jouent des 3èmes... d'autres non. Grosse incohérence et injustice.

L'italie 1ère jouait la croatie ou l'espagne...
La Balgique 2ème a un boulevard jusqu'en finale...


Merci platoche. Et dire qu'il avait tout fait pour que l'équipe de France se trouve du "bon coté du tableau" et soit protégé jusqu'en demi voir en finale...


La plus grande injustice est que la France était sûr et certains avant même le début de la compet de jouer un 3ème de groupe en 1/8ème. Tous les autres étaient tiré au sort pour savoir si ils joueront un 2ème ou 3ème sauf le 1er du groupe A donc pays organisateur donc la France.

Merci Platoche effectivement d'avoir bidonné publiquement cette compet pour nos beaux yeux. Je me demande si quand il était joueur il aurait apprécié que l'UEFA truque les règles pour avantager son EDF ? je me demande ce qu'en pensent les joueurs actuels d'ailleurs, ou DD. Bizarre que personne ne leur pose la question, ça ne les fait pas chier de jouer un tournoi truqué qui les avantage ouvertement ? Moi ça m'emmerderait profondément j'aurais pas l'impression de mériter mon parcours.

Sinon l'Euro à 16 était bien, parfois il y avait des surprises, toujours une petite équipe qui arrivait à se qualifier voir de passer les poules. Sportivement il n'y avait aucun intérêt pour passer à 24, financièrement par contre...
on s'est bien fait chié avec ce systeme à 24, même en tribune c'est low cost par rapport au brésil, mais bon vu qu'on va gagner l'euro ca passe

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
210 27