En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options

Make The Girl Dance : « Le foot féminin n'est pas très glamour »

Make The Girl Dance, en 2009, c'était ce clip de Baby Baby Baby : des filles nues qui se baladent rue Montorgueuil. Cet été, ils reviennent avec une nouvelle vidéo sensation qui met en scène la fameuse Nabila. Quelques heures avant leur passage au festival Garorock, Pierre Mathieu et Greg Kozo parlaient caractère, violence et Sidney Govou...

Modififié
Un mot sur l'arrivée de Laurent Blanc à Paris. Vous en pensez quoi ?
Pierre : C'est difficile d'arriver dans cette ambiance, c'est sûr. Le mec prend ses fonctions et se fait direct dézinguer par tout le monde. Ensuite, ce n'est pas parce qu'il n'a rien gagné depuis son titre avec Bordeaux que ça ne va pas le faire ! Mais je ne pense pas que Laurent Blanc manque de caractère. J'en vois d'autres pour qui ça a l'air plus compliqué... Regarde Deschamps, tu ne le vois pas aller dire à Zlatan de la fermer, alors qu'il pourrait, je pense. Blanc, c'est un grand gars, je ne m'inquiète pas. Jacquet s'est fait laminer, puis on a dit qu'il était formidable. Je n'aime pas juger avant une saison.

En conférence de presse, on a dit que votre clip était sexiste. Vous pensez quoi du foot féminin ?
Pierre : Comme beaucoup de gens, je m'y intéresse moyen. Ce sont des sports pas très féminins... Déjà la tenue, ça va pas, quoi... Tu préfères mater de la GRS (nom porté par la gymnastique rythmique jusqu'en 1988, NDLR). C'est très sexiste ce que je dis, oui. Le rugby, c'est encore pire. Le volley, en revanche, ça s'y prête pas mal. Le handball, c'est déjà plus physique. Par rapport à la sensualité, c'est vrai que le foot féminin n'est pas très glamour. Je ne sais pas comment on pourrait le rendre plus glamour... Parce que les joueurs de foot, les mecs, sont très glamours, eux. Et métrosexuels à fond ! Les filles… La première fois que je suis allé dans un stade, j'ai senti un engouement violent. C'est ça qui est grisant. Ça doit rester un truc un peu dur. J'arrivais à Paris, je suis allé au Parc. Il y a un peu plus d'une dizaine d'années, il y avait encore de la tension, avec les Boulogne Boys, le virage Auteuil... Je m'étais transformé, je voulais être un hooligan. Ce truc animal, malsain, grisant, c'est ça qui est bon. Le PSG a ce truc un peu bad boys. Comme les Pistons de Detroit au basket, quand j'étais gamin. Récemment, pour mon anniversaire, on m'a offert des places pour PSG-Lyon. C'était plus soft. Avant je serrais les fesses. Là, tu sens bien que tu n'es pas à Soweto.

Donc, pour toi, la violence serait nécessaire dans le football ?
Pierre : On peut ne pas dire « nécessaire » , mais ça fait partie du truc. Au foot, tu as ce sentiment de communauté, de faire partie d'un clan qui n'existe plus dans le reste de la société. Dire « on va les massacrer » , «  à mort l'arbitre » , ces termes grégaires, c'est bien. Du moment qu'à la fin du match, tu te calmes, bien entendu !

Vous connaissez des joueurs ?
Greg : Alors, au tout début de Make the Girl Dance, on jouait à Lyon, et je parlais à un mec, dans le carré VIP, un black. Je lui demande s'il bosse ici. Il me dit : « Ouais, je suis dans le sport.  » «  Ah cool, du foot ? Ça marche bien ?  » « Oui, ça va, ça peut aller. » Je vais raconter le truc à Pierre et il me dit qu'en fait, c'était Sidney Govou… C'était très gênant.

Le clip de Baby baby baby, c'est un hommage aux streakers anglais ?
Pierre : C'était plus le début des flashmobs! Mais quand je me suis demandé si ça craignait, je me suis dis que des mecs le faisaient au stade, à la télé, et que ça faisait marrer tout le monde. Genre « on impose pas une image pornographique aux gens. C'est rigolo. » S'il y a une nana à poil dans la rue, ce n'est pas très grave. Puis il valait mieux ces filles que de gros Anglais…

Votre meilleur souvenir de foot ?
Pierre : La Coupe du monde. Je peux encore regarder Les Yeux dans les Bleus et chialer. Ensuite, quand j'étais petit, je me souviens du fameux France-Allemagne. J'étais petit, mais je comprenais. Je me souviens de la reprise de volée de Marius Trésor. Ça m'avait soufflé. C'était devenu une divinité. Sinon, j'adorais Jean Castáneda, il me fascinait. Thomas Nkono, aussi ! Quand on jouait avec des potes, j'étais goal volant. J'adorais ces mecs-là. De sacrés noms.

Le trac avant de mixer, ça peut s'assimiler au trac d'avant-match ?
Greg : L'immense différence, c'est que quand tu joues, tu es seul face à un public que tu dois divertir. Au foot, tu es contre quelqu'un. Puis t'es onze, c'est rassurant.
Pierre : Au pire, je me dis que si ça se passe mal, ce n'est pas bien grave. Ce n'est pas vraiment les mêmes enjeux….

Vidéo
Vidéo


Propos recueillis par Thomas Andrei, à Marmande
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 58
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7