Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // IF Strømsgodset
  3. // Portrait

Mais qui es-tu vraiment, Martin Ødegaard ?

Il n'a pas encore 16 ans mais l'Europe entière se l'arrache. Lui, c'est Martin Ødegaard, pépite norvégienne de l'IF Strømsgodset, sur le point de quitter son pays pour rejoindre un très grand club en Angleterre, en Espagne ou en Allemagne. Mais qui est vraiment ce phénomène venu du Nord ? Réponse avec Jérémy Berthod, le seul Français à l'avoir croisé sur un terrain.

Jogging du club sur le dos, entre Steven Gerrard et Brendan Rodgers, Martin Ødegaard se comporte comme s'il était là depuis toujours. Pourtant, le petit prodige norvégien n'est à Melwood, le centre d'entraînement des Reds, que pour un test. Mais contrairement aux gamins de son âge qui rêvent de passer pro, c'est lui le juge. Car le LFC, comme les autres grands clubs européens, a déjà son avis sur lui : c'est un crack, un vrai. Alors, conscient de sa cote, Ødegaard poursuit sa tournée. Après Dortmund, le Bayern, Manchester United, le Barça et le Real, c'est au tour de Liverpool d'avoir accueilli le blondinet et lancé l'opération séduction pour arracher sa signature. Un peu comme si la plus belle fille du lycée passait deux jours chez tous ses courtisans avant de décider qui elle enlacerait devant la grille.

La réponse tombera sans doute aux alentours du 17 décembre, jour où Ødegaard soufflera ses 16 bougies et aura le droit d'entamer des négociations avec d'autres clubs. En attendant le verdict, presque tous les cadors du Vieux Continent ont tenté leur chance. Une telle unanimité en dit long sur le potentiel du milieu offensif de l'IF Strømsgodset. S'il n'a pas encore de barbe, l'ado le plus connu de Norvège a déjà de jolis cuissots qui lui permettent de résister aux duels dans une Tippeligaen pas franchement réputée pour ses techniciens. « Il faut qu'il prenne encore du muscle, il n'est pas encore formé complètement, mais il est rapide, explique Jérémy Berthod, qui l'a affronté plusieurs fois en championnat avec son équipe de Sarpsborg. Il a surtout une vitesse d'exécution qui est assez impressionnante, il voit vite le jeu et il est vif sur les premiers mètres.  »

« En Norvège, tout le monde n'a d'yeux que pour lui »


Mais c'est balle au pied que la magie opère. Appuis très courts, ballon qui ne quitte pas le pied gauche, crochets rapides, capable de glisser des caviars ou de déclencher une frappe dans de petits espaces, Ødegaard rappelle forcément quelqu'un du côté de Barcelone. Voilà pourquoi personne ne veut passer à côté. « Même s'il est jeune, je trouve qu'il utilise son talent à bon escient, souligne Berthod. Il est déjà intelligent tactiquement. Il sait quand il faut dribbler, quand il faut faire la passe. Il n'utilise pas son niveau technique pour faire n'importe quoi. Pour son âge, c'est quand même quelque chose d'exceptionnel. Il peut être plus décisif, mais il a une faculté à éliminer qui est assez impressionnante. Dans les petits espaces, il est vraiment très fort. Il a un peu le style de Messi. Quand il joue à droite, il aime bien trouver quelqu'un en appui et mettre des frappes enroulées du gauche. »

Quand les autres garçons de son âge galèrent à remplir leur CV, Ødegaard a, lui, déjà de quoi raconter. À 13 ans, il débute en équipe première de Strømsgodset lors d'un match amical. À 15, il devient le plus jeune joueur à débuter et marquer en D1 norvégienne. Il enchaîne en devenant, en août dernier, le plus jeune international de l'histoire de son pays, à 15 ans et 253 jours. 47 dodos plus tard, face à la Bulgarie, il est le plus jeune joueur à disputer une rencontre éliminatoire d'un Euro. « Cette année, il a vraiment explosé. Tout le monde demande qu'il soit titulaire en équipe nationale, poursuit l'ancien latéral gauche de l'OL. Tous les jours, vous ouvrez les journaux sportifs, et on ne parle que de lui. En Norvège, c'est vraiment la star ! Tout le monde n'a d'yeux que pour lui. C'est un peu dangereux, car il n'a que 15 ans, et un petit peu dommage pour la Norvège, car ils comptent sur un joueur aussi jeune, c'est dire le niveau de leur équipe ! »

Messi, Adu ou Ben Arfa ?


La Norvège devenue trop petite pour lui, le fils d'Hans Erik Ødegaard, un ancien honnête joueur pro, va donc bientôt faire le grand saut. Mais si le talent est indéniable, les chances de réussir sont peut-être moins élevées que prévues dans un championnat plus compétitif et dans un club où il devra se faire une place au milieu de stars. Alors cet Ødegaard, un nouveau Lionel Messi ou le Freddy Adu du Nord ? Jérémy Berthod se permet un conseil : « Je pense qu'il faut qu'il y aille étape par étape, qu'il confirme dans son club une année ou deux et après il pourra peut-être aller voir ailleurs. Il faut qu'il fasse des saisons remplies en Norvège. La L1 ? C'est physique, mais je pense qu'il pourrait s'en sortir. » Avant de tenter une comparaison qui, avec le recul, résonne un peu comme un compliment, mais beaucoup comme un avertissement : « Il me rappelle un peu Hatem Ben Arfa. C'était le joueur le plus doué techniquement que j'ai connu et Ødegaard me fait un peu penser à lui.  » Qui sait, peut-être qu'Hull City aussi va lui proposer de passer un test.

Par Axel Bougis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur