Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Nice/Bordeaux

Mais qui es-tu, Tiago Ilori ?

Jeune, rapide, habile, mais trop faible physiquement pour la Premier League, Tiago Ilori a été prêté à l'étranger pour la deuxième année de suite. Après la Liga, c'est à la Ligue 1 qu'il va s'intégrer, direction Bordeaux. L'occasion de faire connaissance avec un défenseur dont Girondins et Portugais attendent beaucoup.

Modififié
Quand Jean-Louis Triaud affirme sans hésitation que Tiago Ilori sera l'un des piliers des Girondins de Bordeaux cette saison, il sait de quoi il parle. Quoique... Avec son mètre 91 et ses 80 kg, le défenseur longiligne a plutôt des allures de poutre. Rien de plus normal pour un Portugais qui débarque en Ligue 1 dans le but de solidifier les fondations d'une maison dont les supporters attendent plus qu'un bon mois d'août. Formé au Sporting où il a été surclassé depuis son arrivée avant de faire ses débuts professionnels à seulement 18 ans, l'Anglo-Portugais n'a pas connu le même succès à Liverpool où il n'a toujours pas disputé le moindre match officiel. Brendan Rodgers ne compte pas pour autant s'en séparer définitivement, à en croire les propos de Triaud lors de la conférence de présentation de son nouveau joueur. Ni ceux d'Ilori lui-même, qui a pour ambition de s'imposer du côté d'Anfield dans un avenir proche.

C'est d'ailleurs dans ce but qu'il vient en France. Car s'il y a bien une chose qui l'empêche de s'imposer outre-manche, c'est son physique de sauterelle. Et il le sait. Après avoir goûté à La Liga Sagres et la Liga tout court, le môme a décidé de se tourner vers un championnat plus physique pour la première fois de sa jeune carrière. À Bordeaux, le gamin aura donc pour but de prendre des kilos (il en compte quatre de moins que les tanks que sont Sakho ou Lovren) et d'apprendre à aimer la virilité d'un contact avec Cheick Diabaté à l'entraînement avant de passer au mode difficile avec les quasi cent kilos du Z en match officiel. Si ce que la Ligue 1 et les Girondins peuvent lui apporter semble clair, il convient de comprendre quelles sont les qualités du bonhomme et en quoi il mérite son statut de pilier dans l'effectif de Willy Sagnol.

Plus rapide que Cristiano Ronaldo


L'entraîneur du FCGB a, comme beaucoup de techniciens ayant coaché des équipes de jeunes, un répertoire plein de novices prometteurs. Ilori faisait, paraît-il, partie de ses préférés. Bien qu'encore trop tendre sur les duels au sol et trop léger, le Portugais possède de nombreuses qualités, quoique peu habituelles pour un défenseur central - il faut dire que le gamin a commencé sa formation au poste d'attaquant avant de rétrograder assez brutalement au milieu de l'adolescence. À commencer par la vitesse. Avant de partir du Sporting, il s'est appliqué à laisser une trace dans les annales de l'académie léonine en battant de nombreux records physiques jusqu'alors détenus par Yannick Djaló et surtout Cristiano Ronaldo.

Résultat, le chrono sur 30 mètres à 17 ans du néo-Girondin est inférieur de plusieurs dixièmes à celui du double Ballon d'or. Combinée à un jeu aérien de très bonne qualité et un sens de l'anticipation non sans rappeler Raphaël Varane, la rapidité du bonhomme peut poser de gros problèmes aux équipes qui n'ont d'autre plan que de jouer long. Car si passer Ilori n'est pas chose insurmontable, résister à son retour demeure du domaine de fusées comme Gareth Bale, Arjen Robben ou, plus modestement, Lucas Moura. Pour le prendre à défaut, mieux vaut donc l'affronter ou le contourner au sol. Et quand on connaît la capacité à pratiquer un jeu épuré à terre des trois quarts des équipes de Ligue 1, Bordeaux peut certainement se frotter les mains d'avance.

Un avenir plein de promesses et de questions


Résumer Tiago Ilori à une longue paire de cannes qui court vite, saute haut et anticipe à défaut d'être un bourrin, c'est omettre sa qualité de relance et son excellence dans le jeu long. Certes, il prend parfois plus de risques qu'il n'en faut dans le jeu court du fait de ses aptitudes techniques au-dessus de la moyenne pour son poste, mais lorsqu'il aura corrigé ce défaut, il sera sans doute considéré comme l'un des meilleurs dans la catégorie des stoppeurs-relanceurs. La transversale est son amie et l'ouverture son arme fatale, celle qui fait de lui un joueur unique en son genre. En témoigne l'offrande que Piti s'est chargé de transformer contre le Bétis il y a quelques mois, au cours de l'un des neufs matchs que le Portugais a disputé en Liga en 2014.

Ce même amour de la passe longue et sa précision ont d'ailleurs soulevé la question du futur positionnement du bonhomme à Liverpool chez certains spécialistes anglais, qui voient en ses passes un héritage de Steven Gerrard. Pourquoi le faire jouer derrière alors qu'il a les qualités techniques et la vitesse pour évoluer dans l'entrejeu ainsi que des lacunes dans l'impact physique ? La réponse n'appartient ni à Brendan Rodgers, ni à Willy Sagnol, mais plutôt aux formateurs du Sporting qui l'ont fait descendre de deux crans sur le terrain. Des gens qui se trompent rarement, en somme. Et si en fait, Tiago Ilori était tout simplement le prototype du défenseur central du futur ? La question mérite d'être posée. En attendant, le nouveau Bordelais devra s'imposer en France et en défense avant d'espérer briller en Angleterre.

William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Inde : la draft de l'espoir