Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Copa Libertadores
  2. // Finale
  3. // Olimpia/Atlético Mineiro

Mais qui es-tu, Olimpia ?

Ce mercredi soir, l'Atlético Mineiro de Ronaldinho va disputer la finale aller de la Copa Libertadores sur le terrain d'Olimpia. Méconnu en Europe, le club paraguayen est un grand d'Amérique du Sud. Découverte d'El Rey de Copas.

Modififié
Olimpia s'avance en terrain connu. Alors que l'Atlético Mineiro est encore vierge à ce stade de la compétition, les Paraguayens s'y sont déjà échinés à six reprises, pour trois titres. Olimpia est entré dans l'histoire de la Copa Libertadores dès sa première édition, en 1960. Opposé, en finale, aux terreurs de l'époque, les Uruguayens de Peñarol, El Decano doit se contenter d'un rang de dauphin. Le premier succès continental adviendra en 1979, année prolifique pour le football guarani et pour Olimpia. En finale, les Paraguayens l'emportent sans ciller face à Boca, pourtant double tenant du titre. Olimpia fait la différence à l'aller (2-0) et parvient à conserver sa cage inviolée à la Bombonera (0-0). Quelques mois plus tard, le Paraguay remportera sa deuxième Copa América, avec pour base le rude onze d'Olimpia.

Olimpia – Boca 1979 :
Vidéo

1979 est une année à enluminer pour le club d'Asunción. Rien ne lui échappe. Olimpia remporte toutes les compétitions dans lesquelles il est engagé. Un exploit qui le fait côtoyer un groupe d'élite : Santos (1962), Nacional (1971), Ajax (1972), Peñarol (1982) et Barcelone (2009). À son succès en Copa América succèdent sa victoire en Copa Interramericana et surtout sa première et unique Coupe intercontinentale. Nottingham Forest s'étant désisté, Olimpia fera face aux Suédois de Malmö. Lors de cette année faste, celui qui gagne alors le surnom de « Rey de Copas » pose les bases de ses conquêtes à venir. Fidèle représentant de la griffe guarani, Olimpia prospère sur une défense intraitable et sur un art maîtrisé du contre. Loin de pouvoir rivaliser avec Boca, River, Corinthians ou Fluminense, en matière de budget, El Decano compense sa carence en individualités de génie par un mental en acier trempé. Olimpia incarne une certaine idée de la Copa Libertadores.

C'est à la jonction des années 80 et 90 que le plus prestigieux représentant d'Asunción, trente-neuf fois champion du Paraguay, va véritablement s'imposer comme un cador continental, en disputant trois finales de rang. El Decano cède tout d'abord en 1989, au terme d'une interminable séance de tirs au but, face à l'Atlético Nacional de René Higuita et Pacho Maturana. L'année suivante, le succès n'échappera pas à Olimpia, qui remporte sa deuxième Copa Libertadores, aux dépens du Barcelona Guayaquil, avant de chuter à nouveau en 1991, face à Colo-Colo. Le dernier succès continental adviendra en 2002. El Rey de Copas est alors entraîné par Nery Pumpido, l'ex-gardien argentin qui s'était fait cueillir un ballon dans les mains par François Oman-Biyik, en match d'ouverture du Mundiale 1990.

Les fans d'Olimpia savent recevoir :
Vidéo

L'Olimpia millésime 2013 se situe dans la lignée de ses glorieux prédécesseurs. Ce fil conducteur est incarné par l'entraîneur uruguayo-paraguyen, Ever Hugo Almeyda, qui gardait les buts d'El Decano en 1979. À l'image de son coach bi-national, Olimpia combine savoir-faire guarani et charrua. Un alliage sévèrement burné face auquel Ronaldinho et consorts pourraient bien se casser les dents.

Deux Uruguayens ont particulièrement contribué à la grande campagne d'Olimpia : le gardien, Martin Silva, et le neuf et demi, Juan Manuel Salgueiro. Ex d'Estudiantes, ce grand créateur de jeu, qui peut également évoluer au poste de numéro 10, possède une remarquable vision de jeu et un pied droit détonnant. À 30 ans, sa carrière européenne s'est limitée à un bref passage par Murcie. Un CV à des années-lumière de celui de Ronaldinho, mais la Copa Libertadores préfère souvent le cambouis aux paillettes. Le riche palmarès d'Olimpia est là pour en témoigner.

Doublé de Salgueiro face à Fluminense
Vidéo


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures La drôle de liste d'invités de la finale 16
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 55 Hier à 19:43 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique