En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

Mais qui es-tu, Miguel Lopes ?

Traumatisé par l'expérience Aly Cissokho, l'Olympique lyonnais tente, malgré tout, une nouvelle fois sa chance avec un latéral venu tout droit de la Liga Sagres. Miguel Lopes aura donc deux missions à Gerland : sauver sa carrière au plus haut niveau et soigner l'image du championnat portugais en France. Ou pas...

Modififié
Un nom à rallonge (Hugo Miguel Almeida Costa Lopes) et des coupes au gel improbables. Si vous en doutiez encore, c'est bien un Portugais que Jean-Michel Aulas vient d'engager pour un an. Le tout sous forme d'un prêt avec option d'achat à 10 millions d'euros. Une demi-surprise. L'année dernière, avant que la visite médicale de Réveillère au PSG ne fasse capoter les négociations entre l'OL et le club de la capitale, le joueur d'alors du FC Porto figurait déjà dans les petits papiers lyonnais. Son arrivée dans le Rhône est donc loin d'être incohérente sur le plan sportif, et encore moins sur le plan économique. En mode radin depuis plusieurs saisons, Jean-Michel Aulas n'aura qu'à payer le salaire du nouveau-venu - ce qui, soit dit en passant, arrange également un Sporting en pleine crise.

Corchia laissé de côté

Le seul perdant de l'histoire s'appelle Sébastien Corchia. Le Sochalien, tenté par l'aventure lyonnaise et proche d'une signature à l'OL, n'a toujours pas pigé pourquoi Miguel Lopes lui a été préféré. On peut facilement le comprendre. Ok, l'international portugais coûte moins cher - encore que 2,75 millions d'euros pour un type de 22 ans, c'est presque donné - et s'avère être plus expérimenté que le Français, mais... L'OL laisse passer là l'un des plus grands espoirs à son poste, qui plus est connaissant bien la Ligue 1, à l'inverse du nouvel arrivant. Pour couronner le tout, Corchia sort d'une excellente saison.

De plus, peut-on vraiment se réjouir de l'arrivée d'un bonhomme qui n'a jamais su s'imposer chez les grands du Portugal ? À Porto, ni Jesualdo Ferreira ni Vítor Pereira ne lui ont accordé leur confiance. Au Sporting, où il a de nouveau croisé la route de Ferreira, il n'était qu'à moitié titulaire et n'a pas vraiment brillé, en dépit de quelques sorties intéressantes. Le nouveau latéral droit de l'Olympique lyonnais n'est pas non plus une quiche, comme en attestent ses six merveilleux mois à Braga entre janvier et juin 2012, mais malgré un CV costaud, il demeure beaucoup trop irrégulier et perméable à la pression. Si Rémi Garde cherche en Lopes un joueur de grand club, il sera vite déçu, dans la mesure où son protégé a du mal à garder le cap lorsqu'il est exposé à une forte concurrence. Le plus compliqué avec Miguel Lopes, c'est de réussir à le mettre en confiance. Pour tirer quelque chose de l'international lusitanien, l'entraîneur des Gones devra le rassurer, sécuriser sa condition de titulaire, bref, le détendre. Autrement, Gerland se tapera son lot de passes ratées et de centres moisis, trop courts ou trop longs, auxquels ont pu goûter les supporters du FC Porto pendant six mois la saison dernière.

Un défenseur latéral complet


Bref, Miguel Lopes, c'est intelligent économiquement, mais un putain de risque sur le terrain. Cela dit, si Rémi Garde parvient à chasser les démons du Portugais de 26 ans, il pourrait effectivement y trouver de quoi se satisfaire. Car lorsque le gamin peu sûr de lui laisse place à un arrière droit confiant - ce qui, jusqu'ici, n'est pas arrivé très souvent - il peut s'avérer plus qu'utile. Déjà parce que dans le genre polyvalent, on fait difficilement mieux que Lopes au même poste. Il peut évoluer à droite comme à gauche avec un rendement à peu près similaire. Ensuite, parce que son profil colle carrément avec la philosophie de jeu de Rémi Garde. Ce dernier aime que son équipe tienne le ballon, joue haut et s'appuie sur des ailes fortes. L'entraîneur lyonnais possède également une conception très latine du rôle de défenseur latéral, et c'est sans aucun doute pour ça qu'il a choisi un Portugais pour occuper le poste d'arrière-droit. Miguel Lopes a les jambes et le cœur pour faire l'ascenseur pendant 90 minutes au long d'une saison entière. Il défend bien et ses passages chez les grosses écuries portugaises lui ont permis d'acquérir une certaine rigueur tactique défensive. Offensivement, ça reste pas mal non plus. Son volume de jeu lui permet de donner une solution supplémentaire à ses milieux de terrains, ainsi que de provoquer et déborder aux abords de la surface adverse. S'il pouvait arrêter de foirer un centre sur deux, ça pourrait être pas mal. Pour le reste, et en bon Portugais, il est doté d'une certaine aisance technique.

En fait, Miguel Lopes a tout pour réussir, mais aussi tout pour se casser la gueule, comme Aly Cissokho l'a fait avant lui. Une chose est sûre, l'ancien de Porto aura les crocs. Car à un an de la Coupe du monde, sa priorité est d'accompagner la Selecção, avec qui il compte quatre capes, au Brésil en 2014. Encore faut-il que les hommes de Paulo Bento parviennent à se qualifier pour le mondial. Et c'est loin d'être une formalité, puisque le Portugal va sans doute se taper une nouvelle fois les barrages. Avec un peu de chance pour Miguel et ses amis, ils tomberont sur la Bosnie.

par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17