1. //
  2. // Juventus

Mais qui es-tu, Massimo Carrera ?

En attente de la sanction définitive, qui dira si Antonio Conte est, oui ou non, suspendu pour la saison à venir, la Juventus prépare déjà le terrain. Conte restera l’entraîneur, mais c’est Massimo Carrera qui s’assiéra sur le banc. Qui ?

Modififié
38 3
La vie de Massimo Carrera aurait pu basculer définitivement le 1er janvier 2011. Après avoir fait la fête pour célébrer le Nouvel An, le natif de Sesto San Giovanni, alors âgé de 47 ans, monte dans sa voiture, accompagné de sa femme et de quatre jeunes filles de 15 ans, dont sa fille, puis emprunte l’autoroute A4, qui relie Milan à Venise. Alors qu’il sort à Dalmine, une petite province bergamasque, pour rentrer chez lui, il percute une autre voiture, puis encore une autre. Un énorme tamponnage, dont il ressort totalement indemne, presque miraculeusement. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous. De fait, sa femme perd trois doigts, et surtout, deux jeunes femmes décèdent dans cet accident. Si les tests d’alcoolémie sur Carrera se révèlent positifs, l’ancien joueur peut prendre 25 ans de prison. Heureusement pour lui, pas de trace d’alcool dans son sang, ce qui, pour un Jour de l’An, est tout de même assez exceptionnel. Néanmoins, une vidéo de surveillance montre qu’il n’a absolument rien fait pour éviter les autres voitures ni même pour tenter de freiner. Pas suffisant, toutefois, pour parler d’homicide volontaire. Un an et demi plus tard, Massimo Carrera est toujours en attente de jugement. Mais c’est un autre jugement, celui du procès du Calcioscommesse, qui le renvoie à présent sur le devant de la scène.

De la Pro à la Pro

En effet, et selon toute vraisemblance, Antonio Conte va être suspendu à cause de son implication (délit de non-dénonciation) dans l’affaire du Calcioscommesse, à l’époque où il était sur le banc de Sienne. Le coach de la Juve avait demandé trois mois de suspension. Le procureur a refusé. Du coup, il est probable qu’il prenne entre neuf et quinze mois. Or, la Juve a déjà affiché son soutien à l’entraîneur. Suspension ou non, Conte reste au club. A sa place devrait donc être intronisé Angelo Alessio, son adjoint. Pas de bol, Alessio était déjà l’adjoint de Conte à Sienne, et est donc, lui aussi, sous le coup d’une longue suspension. Plutôt que d’aller chercher ailleurs, les dirigeants bianconeri piochent donc à la maison. Et le troisième sur la liste, c’est lui. Massimo Carrera. Depuis 2009, il entraîne les "Giovanissimi" de la Juve, un club qu’il connaît comme sa poche, puisqu’il y débarque en tant que joueur en 1991, à l’âge de 27 ans. Ironie du destin, lors de ce même été 1991, un autre joueur s’engage avec la Juventus. Il s’appelle Antonio Conte. Entre les deux hommes nait une amitié qui dure encore aujourd’hui.

La Juve de cette époque-là, c’est la Juve de Trapattoni. Le coach a confiance en Carrera, alors défenseur latéral. Ses bonnes prestations sous le maillot bianconero entrainent même sa seule et unique convocation avec la Squadra Azzurra, contre le San Marin. Puis le Trap s’en va et est remplacé par Marcello Lippi. Le futur champion du monde 2006 repositionne Carrera au centre de la défense. Ce sont les plus belles années de sa carrière, lui qui avait, auparavant, déjà porté les maillots de Pescara et de Bari. C’est d’ailleurs à Bari qu’il fait ses grands débuts en Serie A, à l’âge de 25 ans, au cours d’un Bari-Fiorentina. Pas franchement goleador dans l’âme, Carrera ne trouve le chemin des filets que 19 fois en 26 ans de carrière. 26 ans de carrière ? Oui oui. Ses premiers pas, il les fait avec la Pro Sesto, à l’âge de 18 ans. Après la Juve, il passe à l’Atalanta, puis au Napoli, à Trévise, et enfin à la Pro Vercelli, où il signe alors qu’il a déjà dépassé la barre des 40 ans. Pas franchement amoindri par le poids des années, il reste trois ans à la Pro Vercelli, et dispute son dernier match officiel le 4 mai 2008. Il a alors 44 ans et 16 jours.

Automate et épaules solides

Dès l’année suivante, il devient donc entraîneur des jeunes de la Juventus, alors que la Vieille Dame est déjà remontée en Serie A depuis deux ans, suite à l’affaire Calciopoli. Il devient l’une des pièces maîtresses du club, et c’est pourquoi, aujourd’hui, Andrea Agnelli l’a choisi lui plutôt que Marco Baroni, coach de la Primavera, pour prendre la suite de Conte. Du coup, lors des deux derniers matches amicaux des Bianconeri, contre Benfica (1-1) et Malaga (2-0), Carrera s’est assis sur le banc, comme s’il avait fait ça toute sa vie. « J’ai eu un peu d’émotion, au début, mais ensuite, j’ai surtout essayé de transmettre à l’équipe l’envie de jouer. Je n’ai pas non plus un rôle très difficile : je sais ce que veut dire jouer au football, je sais ce qu’est la Juve, je dois seulement être le porteur des idées de Conte. Les garçons ont compris que le moment était difficile et ont répondu à mes sollicitations comme ils l’auraient fait avec Conte » a-t-il affirmé.

Certaines mauvaises langues, en Italie, disent même que Carrera ne serait qu’un automate commandé depuis les tribunes par Conte. Aurelio De Laurentiis, le président du Napoli (adversaire de la Juve samedi en Supercoupe d’Italie) a assuré que la suspension de Conte « n’allait rien changer » et que le technicien champion d'Italie serait « toujours sur le banc » . Sorte de petite pique indirecte lancée vers Carrera. Mais l’ancien défenseur s’en tape. Lui réalise un rêve, accédant à un poste auquel il n’aurait probablement jamais eu l’opportunité d’accéder si le Calcioscommesse n’était pas venu mettre son nez là-dedans. Après, il faudra avoir les épaules solides. Les comparaisons avec Conte vont fuser, dès les premiers matches, et Carrera va devoir se faire à l’idée qu’il pourra difficilement faire mieux qu’un mec qui a été champion dès sa première saison sans perdre le moindre match. Mais Carrera est un survivant. Ce n'est pas ça qui va lui faire peur.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Très bon article. C'est toujours un plaisir de découvrir des histoires étonnantes voire romanesque concernant des joueurs qui ont de la trempe. S'il reprend la Juve et qu'il va loin avec, je serais le premier à faire une pétition pour que ce mec aie le droit à son biopic.

Ca serait vraiment un putain* de film burné !
Je comprend pas pourquoi De Laurentiis s'obstine a envoyer des piques sur la Juve alors que les principaux ennemis des Partnopei c'est les Romains...
@ Tot57

Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de burné# dans le fait d'être le possible responsable du décès de deux adolescentes...et puis, là où tu vois du romanesque, moi, je vois simplement du tragique...m'enfin

Sinon, quitte à faire un biopic sur un Carrera, autant prendre Tony, là tu peux être sûr que ça sera burné#

A la revoyure
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
38 3