1. //
  2. // Reprise du championnat

Mais qui es-tu, le stage de pré-saison ?

Ça sent bon la reprise des championnats. Et qui dit retour à la compétition, dit fin de la pré-saison. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est différente selon le niveaux des clubs. Entre tournées mondiales, stages à la montagne et préparation avec les moyens du bord, tour d'horizon.

Modififié
7 1

Les tournées mondiales pour remplir les caisses


Depuis le début des années 2000, les grands clubs européens ont délaissé les préparations et leurs matchs amicaux classiques pour s'engager dans les tournées mondiales et les rencontres de prestige. Le plus bel exemple de cette tendance est l'International Champions Cup. En 2013, Stephen Ross, milliardaire et propriétaire de l'équipe de football américain des Miami Dolphins, décide de créer ce tournoi de prestige au Canada et aux États-Unis. En 2015, soit deux ans plus tard, 16 équipes y participaient en Amérique du Nord, mais aussi en Australie et en Chine. L'intérêt pour les clubs : la visibilité, et les finances. Surtout les finances, d'ailleurs.

L'année dernière, le Real Madrid a empoché 8,7 millions d'euros sans compter les droits TV pour trois petits matchs. Manchester United avait en tout reçu 19 millions l'année précédente. De quoi donner envie aux nouveaux riches - coucou le PSG – de rentrer dans le carré VIP pour vendre des maillots et gagner des supporters. Mais on peut avoir des doutes sur l'intérêt sportif de tels tournois. « Comme entraîneur, je préférerais ne pas faire de tournée » , expliquait d'ailleurs Luis Enrique, le coach du Barça. C'est vrai qu'entre les voyages en avion, les sollicitations incessantes des médias locaux, les matchs inutiles contre une sélection du Singapour, et un tournoi dont Jean-Kevin Augustin termine meilleur buteur avec trois buts, il y a mieux pour préparer une saison.

Douce France


Les Vosges pour le Gazélec Ajaccio, la Haute-Savoie pour Nantes et Bastia ou bien l'Aveyron pour Toulouse. Les clubs de Ligue 1 arpentent l'Hexagone à la recherche du stage qui saura faire la différence pour la saison à venir. Tournés vers une condition physique irréprochable, les pensionnaires les moins fortunés de l'élite voient, en les régions françaises, un sol de potentiel champion. Des promenades en vélo, des randonnées, des footing en montagne, tout est pensé par les écuries pour remettre leurs joueurs sur de bons rails avant le début du championnat. Pour Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur de l'En Avant Guingamp, la préparation de ses ouailles commencent durant les vacances : « Nos joueurs ont un programme en trois temps à suivre au niveau athlétique et physiologique. Tout d'abord, un repos total, ensuite une reprise d'activité et enfin, ils ont des programmes spécifiques de renforcement musculaire et de courses. Il faut être prêt à encaisser la surcharge de travail, les joueurs ne peuvent pas rien faire durant cinq semaines. »

À l'EAG, ça file doux. Et le coach breton détient ses petites astuces pour préparer la saison : « On cherche d'abord la proximité, pour être tranquille. Il nous faut aussi un hôtel avec de bonnes installations et doté d'une restauration adéquate avec ce qu'on a prévu. On a surtout besoin de bons terrains d'entraînement. Durant ces six semaines, on y intègre les deux stages prévus : tout d'abord, le stage avec un gros travail physique puis le deuxième, plus court qui permet d'intégrer les nouvelles recrues et de créer une cohésion d'équipe. » Le physique est primordial, mais l'aspect technique n'est pas à négliger non plus : « Au départ, c'est très physique, puis on y allie l'aspect technique. Tout est travaillé, rien n'est laissé au hasard. Je fixe des objectifs et ils doivent les remplir.  » Au moins, c'est clair.

L'esprit de groupe avant tout


Chez les amateurs, on essaie de faire comme les grands. La reprise a lieu six semaines avant le début du championnat. « C'est la période la plus importante du début de saison où il faut allier tout le travail athlétique, technique, tactique et mental, la cohésion de groupe entre les anciens et les nouveaux » , explique Karim Mokadem, l'entraîneur de Lyon-La Duchère actuellement en CFA. L'entraînement a d'ailleurs été pensé comme chez les pros du côté de la troisième colline de Lyon. On parle de « périodisation tactique en terme de football » . Le thème central est le jeu, la possession de balle, la maîtrise collective. L'objectif est que chaque joueur évolue à son poste, quelque soit le jeu ou l'exercice mis en place.

Toutefois, même si l'on tente de mettre en place les mêmes principes que Pep Guardiola, il faut composer avec les aléas du football amateur. « On a dû attendre pour partir en stage. On était confronté au problème du ramadan, puisque 50 % de l'équipe le faisait » , confie Karim Mokadem. Ce stage dont il parle, c'est d'ailleurs le point d'orgue de cette préparation. Ce qui soudera l'esprit de groupe. « On va partir début août pour un stage de rupture, style Koh Lanta. Ce sera un séjour en forêt : deux nuits, trois jours. Un instructeur en survie sera avec nous, qui est aussi notre préparateur physique. On part avec le minimum de bases. On devra tout faire. Faire le feu, filtrer l'eau, se faire à manger... Chaque personne aura un rôle bien défini, en plus des quelques challenges à relever. Ça va être sympa  » , confie le coach. Et on a aussi le droit au totem d'immunité ?

Par Kévin Charnay et Gad Messika Propos de Jocelyn Gourvennec recueillis par GM, ceux de Karim Mokadem par KC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Overdose de "coucou" les gars. Vous avez le droit de varier de formule toute faite.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 1