En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Ligue Europa – 3e tour préliminaire – Mladá Boleslav/Lyon

Mais qui es-tu, Mladá Boleslav ?

Présentation des Tchèques du Mladá Boleslav, adversaires de l'Olympique lyonnais pour le compte du troisième tour préliminaire de la Ligue Europa. Mots clés : Skoda, Jarolím, javelot, château, Bohème, Bamogo, Assouly.

Modififié

Un newcomer du football tchèque

L'adversaire des Lyonnais est loin de la réputation des fameux clubs tchèques que sont le Sparta Prague, le Slavia Prague, le Slovan Liberec, le Baník Ostrava ou encore la dernière grosse puissance émergente, le Viktoria Plzeň, qui a déjà disputé deux fois récemment les phases de poules de la Ligue des champions. Avec le FK Mladá Boleslav, il est plus question d'un second couteau du football local, qui n'a connu l'élite pour la première fois de son histoire qu'il y a dix ans seulement, en 2004. Depuis, il est parvenu à s'y stabiliser et même à y réaliser à l'occasion quelques belles places d'honneur : une deuxième place en 2006, une troisième place en 2007, puis de nouveau une troisième place au printemps dernier, ce qui lui vaut cette participation à la Ligue Europa. Son palmarès ne compte qu'une Coupe de République tchèque, conquise en 2011. L'équipe joue à domicile devant une audience honnête mais peu fervente, dans le joli Městský stadion, 5 000 places de capacité. Elle est composée en très forte majorité de joueurs locaux, parmi lesquels on retrouve un nom connu : David Jarolím, 35 ans, une ancienne figure de Hambourg, qui avait complètement manqué son transfert à Évian TG en 2012 avant de repartir achever sa carrière au pays. Il évolue désormais sous les ordres de son paternel, Karel Jarolím, récemment promu entraîneur. L'équipe, ordinairement organisée en 4-2-3-1, a débuté sa saison en championnat par une victoire 1-0 dimanche dernier.

Le Sochaux local

La ville de Mladá Boleslav est située à une grosse cinquantaine de kilomètres de la capitale Prague. À l'instar de Sochaux avec Peugeot ou de Wolfsburg avec Volkswagen, elle vit au rythme d'une marque automobile, en l'occurrence la fierté nationale Skoda. C'est là que se trouve son siège social et même un musée dédié. À l'époque de la Tchécoslovaquie communiste, jusqu'à 80 % de la population adulte travaillait à l'usine automobile, ce qui faisait de la ville une véritable Skoda city. Le constructeur reste aujourd'hui encore le poumon économique de la ville, un bienfaiteur qui finance de nombreuses activités locales. Le club de foot du MK Mladá Boleslav en profite forcément, étant son principal sponsor maillot.

Un club de Bohème

En dehors du musée Skoda, l'office de tourisme local signale tout de même en principal intérêt le château qui a donné son nom à la ville, Mladá Boleslav voulant dire « jeune Boleslav » , du nom d'un duc de Bohème qui a vécu à la fin du Xe siècle. Un fort joli et imposant édifice qui domine la modeste cité de 50 000 habitants. Mais la principale personnalité de la ville aujourd'hui est un sportif : l'enfant du pays Jan Zelezny, le plus grand palmarès de l'athlétisme tchèque et la référence en javelot. Un Bubka du planter de bâton, trois fois vainqueur aux Jeux olympiques (1992, 1996, 2000), trois fois vainqueur aux championnats du monde (1993, 1995, 2001). Respect.

Le cauchemar des Marseillais

Enfin, comment ne pas traiter du Mladá Boleslav sans évoquer la déroute qu'y ont vécue les Marseillais en barrage de Ligue Europa en septembre 2006 ? Le printemps précédent, le club tchèque s'était classé deuxième de la Gambrinus Liga, le championnat local, et avait donc eu comme baptême européen une participation au tour préliminaire de la Ligue des champions. Le tirage au sort avait choisi une opposition contre l'OM, avec un match aller plutôt bien géré au Vélodrome, pour une victoire 1-0 des Phocéens. C'était l'époque de Franck Ribéry – Ti'Franck, pas encore Kaiser Franck – mais aussi de Bamogo (l'unique buteur du match aller), d'Habib Beye, de Wilson Oruma, Bostjan Cesar, Laurent Cantareil… Le retour aurait dû être une formalité pour eux, mais il n'en fut rien, malgré l'ouverture du score de Toifilou Maoulida et un avantage de 2-1 à l'heure de jeu. Les Tchèques marquent vite l'égalisation, avant d'inscrire deux nouveaux buts dans les dix dernières minutes pour une victoire 4-3 sur l'ensemble des deux matchs. Le fameux commentateur de France Bleu Provence Avi Assouly, aujourd'hui à l'Assemblée nationale, a pourtant longtemps cru que la qualification était pour SON Ohème. Attention, vidéo malaise.

Vidéo


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9