Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Guingamp/Évian TG

Mais qui es-tu, le match à six points ?

C'est le match à ne pas louper. Celui qui permet de distancer ou, au contraire, de rattraper un concurrent direct. Que l'on se batte pour le maintien, pour une place en Ligue des champions, ou même pour le titre, peu importe, dans une saison, on dispute forcément un « match à six points » . Un peu comme Évian et Guingamp, dimanche.

Modififié
Dans une saison, tous les matchs sont importants, certes, mais on ne va pas se mentir, certains comptent plus que d'autres. Quand vous jouez contre un concurrent direct, mieux vaut ne pas se rater, car l'écart qui suivrait pourrait bien être fatal dans le décompte final. Oui, c'est ce match qu'on désigne par cette appellation folle « match à six points » . Évidemment, dans les faits, toutes les victoires rapportent le même nombre de points, pas de surprise là-dessus. Mais dans une confrontation directe, les points que vous ne prenez pas reviennent directement à votre ennemi. Au contraire d'une défaite contre une équipe lambda où votre concurrent peut également perdre des plumes dans le même temps. Là, ce que vous perdez, l'autre le gagne. Le match à six points, quoi.

« 1 fois sur 2, ces rencontres débouchent sur un non-match »


Clairement, le match à six points est celui qui peut faire la différence en fin de saison. Au moment de faire les comptes, souvent, on réalise l'importance qu'ont eue ces confrontations directes. Son enjeu et la crainte de le disputer font de ce match un cas particulier, car, évidemment, il n'est pas comme les autres. Son parfum de danger le rend plus alléchant, plus attendu et, par conséquent, plus incertain. Un match couperet dont l'issue peut d'ailleurs tétaniser les principaux acteurs. C'est pourquoi, selon Victor Zvunka, entraîneur de Guingamp entre 2007 et 2010, il est important de ne pas trop mettre de pression sur le dos des joueurs : « Si tu en parles trop, tu risques de stresser tes joueurs. Il faut leur faire comprendre que ce n'est pas un match comme les autres, tout en essayant d'enlever la pression qu'il peut y avoir autour d'une telle rencontre. » Daniel Jeandupeux a lui aussi connu ce genre de rencontres, que ce soit sur le banc de Caen ou de Strasbourg, et pour lui, le trop de pression peut fausser le match : « La volonté exacerbée de faire un résultat peut être paralysante. On a vu beaucoup de matchs à six points où il ne se passe strictement rien. D'ailleurs, je pense qu'une fois sur deux ce genre de rencontres débouche sur un non-match. » Tétanisés par l'enjeu de la rencontre, les joueurs peuvent parfois totalement passer au travers. Pourtant, ils sont entraînés pour subir ce genre de pression. C'est en tout cas l'avis de Franck Dumas, actuel entraîneur du Maghreb de Fès : « Les joueurs sont prêts pour ce genre de matchs, ils ont été préparés physiquement et tactiquement pour affronter ces situations délicates. » Pression ou pas, à eux d'en faire abstraction, car comme le rappelle l'ancien coach de Caen : « Ce genre de match permet d'avoir un joker, il est d'une importance capitale. »

« L'événement doit être maîtrisé par les cadres »


Une importance capitale, en effet. Un match qui, comme le souligne Jeandupeux, « vous permet de vous relancer, de vous redonner confiance dans une saison. C'est pourquoi il est si important » . Pour Zvunka, une telle importance mérite qu'on y associe des joueurs d'expérience, des gaillards qui connaissent le métier : « Si tu as un groupe qui a du vécu et de l'expérience, ça passera beaucoup plus facilement. Tes réactions vont être adaptées face à ton groupe. Si tu as une équipe jeune qui aime bien rigoler, ce ne sera pas pareil que si tu as groupe hyper concentré et expérimenté. » Il est vrai que l'expérience peut être un élément clef dans la gestion de ce match, avec des joueurs habitués à disputer de telles rencontres, le risque de passer au travers est moindre. Pourtant, l'expérience n'est pas la seule solution pour gagner ce genre de match. Elle doit être associée à la fougue de la jeunesse, comme l'explique Dumas : « L'évènement doit être maîtrisé par les cadres, par ceux qui ont l'expérience et qui arrivent à gérer. Quant aux jeunes joueurs, s'ils sont titulaires, ça veut dire qu'ils ont les capacités pour jouer, donc il faut qu'ils amènent de leur insouciance pour pouvoir faire la différence, tout en laissant les responsabilités aux cadres. » Pour que ces matchs soient bien gérés, il faut donc un savoureux mélange d'expérience et de jeunesse. Finalement, un match à six points n'est pas si différent des autres, si son enjeu est au-dessus de la moyenne, la façon de le préparer et de l'aborder reste classique. Pour Jeandupeux : « Ça ne sert à rien de trop en faire, tout le monde a bien conscience des enjeux qui en découlent. » S'il faut garder en tête l'importance d'une telle rencontre, se mettre trop de pression ne sert à rien, si ce n'est de rater un match. Ce qui serait dommage, car comme le rappelle l'entraîneur suisse : « Si c'est un match à gagner, c'est avant tout un match à ne pas perdre. »



Par Gad Messika et Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom