1. // Tous championnats
  2. // Réflexion

Mais qui es-tu, le joueur qui ne célèbre pas son but ?

Le monde du foot se divise en deux catégories. Ceux qui préparent leur célébration, qui vont chercher l’originalité, qui s’époumonent quand ils font trembler les filets, l’école Pippo Inzaghi. Et aujourd'hui, de plus en plus, ceux qui font la gueule.

Modififié
1k 9
Visage neutre. Impassible. Pas la moindre émotion. Geoffrey Kondogbia, chasseur de ballon, n’est pas un habitué de la chose. Et pourtant, aujourd’hui contre le Torino, il vient d’inscrire son premier but avec l’Inter. Son premier aussi en Serie A. Une reprise de volée pas dégueulasse pour couronner le tout… Ça se fête, non ? Pas du tout. Pas aujourd’hui en tout cas. Icardi, Palacio, Felipe Melo et consorts explosent de joie, lui sautent dessus. Mais, lui court, puis marche vers le poteau de corner, le regard braqué sur ses pieds. À le regarder, on dirait qu'il s’en fout. Complètement. Ou alors, il feint de ne pas s’en préoccuper. Quoi qu’il en soit, son attitude dénote. D’accord, le spectacle proposé par les Nerazzurri depuis le début de saison ne donne pas envie de sourire, mais de là à tirer la gueule en pleine euphorie collective ? Vraiment ? Il n'est pas le premier, et ne semble pas non plus être le dernier.

La fin d’un cycle


Ça a peut-être commencé avec le King. Éric Cantona ou quand l’arrogance, un col relevé et un dos tourné aux supporters, ou un buste offert à tous, suffisait à ponctuer un chef-d'œuvre. Non, pas besoin de sauter dans tous les sens parce que marquer des buts, c’est son quotidien. « C’est son métier » , comme dirait Balotelli. « T'as déjà vu un facteur sauter de joie quand il livre le courrier ? » Vingt-cinq ans après les premières danses de Roger Milla, la célébration prend donc un coup de vieux. La sobriété revient sur le devant de la scène : la rage de Zlatan, la transe de CR7, les accolades du Barça. Court, simple et efficace. Et même plus encore : le refus catégorique de manifester sa joie à la Balotelli. Qui n'est pas le respect que peuvent témoigner certains joueurs à leur ex-club.

Youtube

Et si les joueurs étaient simplement lassés ? Mathis Chamalidis, psychologue du sport : « Aujourd’hui, célébrer son but, ça semble téléphoné. Il y a une sorte de conformisme dans la célébration d’un but. » Et c’est peu dire qu’après vingt années de célébration, tous les joueurs ont eu le temps de faire le tour du sujet. Des sniffs de lignes de touche à la Fowler, en passant par les glissades de Rooney, le berceau de Bebeto, la mitraillette de Batistuta, les saltos de Klose, l’avion de Pauleta et le maillot retourné de Ravanelli, il ne reste plus beaucoup de place pour les créatifs. Et donc la non-célébration serait une nouvelle sorte de célébration : « Je suis différent, j’ai envie et j’ai besoin de cultiver ma différence… Bref, ça fait partie du style et de l’image que la personne veut renvoyer. Certains cherchent à se démarquer en célébrant leur but d’une certaine manière. D’autres font l’inverse. »

La célébration, ce cancer


D’ailleurs, cet anticonformisme est bien le dénominateur commun de ces nouveaux abstentionnistes : « Il n’y a pas d’études là-dessus, mais j’ai l’impression que ce sont souvent des "mauvais élèves". Des joueurs qui ne veulent pas se laisser enfermer, qui veulent créer quelque chose d’unique et qui ont besoin de faire les choses à leur manière et ne pas tomber dans le "copier-coller". » C’est d’ailleurs un courant qui ne touche pas que le foot. Quand, en finale des championnats d’Europe de volley, Earvine N'Gapeth marque l’équivalent d’une Panenka sur la dernière balle, « un point spectaculaire, inattendu, créatif, il a tout fait pour ne pas le célébrer. Ça semblait un peu fou. Après, ça ne l’a pas empêché de fêter la victoire avec son équipe. Mais son point, non. »

À travers les sports, cet attaquant qui s'arme avant tout de confiance veut en fait communiquer avec le public et lui dire : « Ce n’est qu’un but. Sous-entendu : je peux en marquer régulièrement... Rien d’extraordinaire là-dedans. Ça fait partie de mon répertoire et c’est tout à fait normal. Je fais mon métier et je n’ai pas besoin de m’exciter comme les autres. » Ce qui, en soi, n’est pas forcément une mauvaise chose quand on y pense, tant la célébration est devenue dangereuse pour l'instinct de tueur : « J’ai connu des attaquants qui étaient parasités par cette idée. Sur le point de marquer et qui, avant de tirer, pensait déjà à comment il allait célébrer son but. C’est le monde à l’envers, on met la charrue avant les bœufs. Et ça, ça peut devenir une phobie. » Balotelli est le mieux placé pour le savoir. À ne pas célébrer, on ne prend pas de risque en cas de panne future. Autre hypothèse plus terre-à-terre : ces joueurs sont tristes ou déprimés. Et là, effectivement, la thérapie du but n'y pourra pas grand-chose.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Pauleta il faisait l'aigle plutot non? C'est pas l'avion des acores sont surnom.

Sinon y'a le syndrome tête de con aussi, genre Alessandrini qui a fait la gueule toute une saisonà Rennes
Balo a pas totalement tort quand il dit qu'un facteur ne saute pas de joie quand il livre le courrier, mais le facteur il a pas des milliers voir des millions de gens qui le regardent faire.
Le football à l'instar de tous les sports de haut niveau, médiatisés, ce sont avant tout un spectacle. Le Balotelli il ne gagne son argent que parce que des gens le regardent, et les gens regardent le foot parce qu'ils veulent vivre des émotions par procuration.
Si le mec à 25ans il est blasé de faire ce qu'il aime, et d'être payé pour ça, tant pis pour lui, personne l'oblige à continuer.
Personnellement je préfère sans conteste un Inzaghi qui aurait donné sa vie pour mettre un but même contre Cesena. Au moins il y'a une connexion qui s'établit l'espace d'un instant entre ce qu'il vit et ce que je vis, et c'est pour moi ça l'unique sens du foot, regardé.
Funky_samurai Niveau : CFA2
Le mec peut aussi trouver ça ridicule de sauter partout, ce n'est pas son tempérament. Nous ne somme pas tous des copies conformes et ce qui éclate certains n'intéresse pas d'autres.
Je ne vois pas où est le mal, ne pas célébrer ce n'est pas ne ps respecter le maillot. Rien qu'a un anniversaire ou un mariage, y en a qui exprime leur joie comme des dingues et d'autres plus réservés.
Demander et exiger une célébration à chaque but c'est rendre la chose débile et sans intérêt. Un peu comme le haka de la nouvelle Zélande au rugby, à force de la voir on a juste envie de leur dire "bon on peut démarrer le match là ?".
"L'avion de Pauleta"?? Really?

Donc c'est l'Airbus des Acçores pas l'aigle?

Respectez les légendes les mecs.
Funky_samurai Niveau : CFA2
Message posté par Asimaac
Balo a pas totalement tort quand il dit qu'un facteur ne saute pas de joie quand il livre le courrier, mais le facteur il a pas des milliers voir des millions de gens qui le regardent faire.
Le football à l'instar de tous les sports de haut niveau, médiatisés, ce sont avant tout un spectacle. Le Balotelli il ne gagne son argent que parce que des gens le regardent, et les gens regardent le foot parce qu'ils veulent vivre des émotions par procuration.
Si le mec à 25ans il est blasé de faire ce qu'il aime, et d'être payé pour ça, tant pis pour lui, personne l'oblige à continuer.
Personnellement je préfère sans conteste un Inzaghi qui aurait donné sa vie pour mettre un but même contre Cesena. Au moins il y'a une connexion qui s'établit l'espace d'un instant entre ce qu'il vit et ce que je vis, et c'est pour moi ça l'unique sens du foot, regardé.


Ne pas sauter de joie ne veut pas dire être blasé. C'est être fermé d'esprit ce que tu dis. On voit le mec qui est dans la joie instantanée et démonstrative. Si ta nana n'en rajoute pas une tonne tu te sens mal et te dis que tu ne lui as pas donné de plaisir ?
Justement tu mélange la vie courante ( le facteur, ta nana) avec un show.
Ce que je reproche c'est pas tant le fait d'être réservé, c'est plutôt le fait que ce soit une attitude, un genre à se donner. On est d'accord qu'Inzaghi c'est une exception, mais tu va pas me dire que quand tu marque un but qui par exemple qualifie ton équipe nationale pour la finale de la coupe d'Europe ça te fait pas un peu bander( pour rester dans l'imagerie subtile dans laquelle tu as commencé). Surtout que généralement les mecs qui adoptent cette attitude sont pas les mecs les plus discrets.
Estebanana Niveau : CFA
Y a une différence entre être Inzaghi et juste serrer le poing. Zidane qui n'est pas la personne la plus expressive et démonstrative du monde célébrait ses buts. Ne pas célébrer un but c'est renier le football, bon sang!

À part une actrice porno, rien d'autre qu'un but ne peut rendre autant de monde heureux en même temps. Il faut célébrer ce fait.
Pour Kondogbia qui est pris en exemple dans l'article, cela me paraît bizarre qu'il ne célèbre pas pour se démarquer des autres (il célébrait ses (rares) buts à Monaco). Je pense plutôt que c'est une façon de rester humble (pensant que ses prestations ne sont pas bonnes) ou tout simplement de montrer qu'il n'est pas forcément heureux actuellement.
Je vois pas comment on peut être blasé de marquer. Même pour un CR7 ou Messi, je pense que c'est toujours un bonheur.

Puis je sais pas, de mon expérience personnelle, y'a rien de plus kiffant que de marquer pour son équipe. La forme de la célébration on s'en frappe mais exprimer le fait d'être content, ça me parait être la base. Après ça vient peut être du fait que des pions j'en mettais pas beaucoup mais putain, c'était génial !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 9