1. //
  2. // Differdange/PSG

Mais qui es-tu, le FC Differdange 03?

850 000 euros de budget et alors? Differdange aborde le match de sa vie face au PSG en sachant que sa présence à ce stade de la compétition relève du coup de grâce.

Modififié
0 0
Michel Kettenmeyer a 22 ans. Il est réceptionniste à l'hôpital d'Esch. Ce matin, il a débuté son service à 7 heures puis a quitté le boulot à 15 heures. La semaine prochaine, sa journée de travail s'étalera de 6 à 14 heures et le garçon se dirigera tranquillement à Paris en voiture avec un supporter, le tout en espérant arriver à l'heure pour le match qui l'attendra au Parc des Princes. En attendant, ce soir au stade Josy-Barthel, le milieu de terrain défensif du FCD03 sera chargé d'empêcher Javier Pastore de réussir ses premiers pas avec le Paris Saint-Germain.

Si Kettenmeyer en est là aujourd'hui, c'est que Differdange a eu la bonne idée de copiner avec la chance depuis le début de l'été. Vainqueur de sa deuxième Coupe de Luxembourg consécutive, le club du président Fabrizio Bei, entré au deuxième tour de l'Europa League, a commencé par sortir le Levadia Tallinn (0-0, 0-1). Au retour en Estonie, Philippe Lebresne, milieu français de 33 ans, s'est chargé de façonner la légende du club avant le match. En se baladant sur la pelouse du Lilleküla Staadion, le joueur aux cheveux gris est alpagué par l'un de ses dirigeants : « Philou, t'as de la monnaie ? Viens planter une pièce derrière la ligne, ça va nous porter chance » . Lebresne s'exécute. Dans la soirée, c'est lui qui inscrira le but de raccroc (32e) qui enverra le FCD03 au troisième tour, niveau jamais atteint auparavant par un club luxembourgeois... Peu importe que le tour suivant tourne mal : les deux défaites contre les Grecs de l'Olympiakos Volou (0-3, 3-0) n'ont pas trop de sens. Pour avoir passé le plus clair de son temps à tricher l'an dernier, Volos sera quelques jours plus tard éjecté de l'Europa League. Voilà pourquoi le lendemain du match retour en Grèce, Differdange assiste au tirage au sort du quatrième tour depuis une beach party avec le sourire aux lèvres. Quand Volos tire le PSG, certains dirigeants ont les yeux humides tandis que les joueurs sautent sur les tables en braillant « Paris est magique » , optimistes quant au fait que Differdange sera repêché dans les heures suivantes.

630 spectateurs dimanche dernier

Pierre Piskor n'est pas de ceux-là. Non seulement l'avant-centre de Differdange n'y croit pas, mais surtout, son truc, c'est l'Olympique de Marseille. Sa haine pour Paris, il l'a cultivée à coups de clasicos. « Moi, je garde la nostalgie des matches d'antan, quand ça n'était pas aseptisé. Je regrette l'époque où c'était le feu, où chaque duel était un attentat et où les supporters des deux équipes n'attendaient que la sortie du calendrier pour savoir quand ils allaient se mettre sur la gueule » , a déclaré le bulldozer offensif au Quotidien, journal luxembourgeois. On parle quand même d'un garçon, qui, il y a deux ans, bouclait ses 26 journées de BGL Ligue avec 30 pions au compteur - meilleur score des quarante dernières années. Le joueur formé au FC Metz et aujourd'hui mécanicien est l'un des nombreux Français de l'équipe. Ils seront huit au total ce soir (Julien Weber, Thomas Hym, Stéphane Léoni, Philippe Lebresne, Geoffrey Franzoni, Gauthier Caron, Omar Er Rafik et, donc, Pierre Piskor) dans les dix-huit de Paolo Amodio. A 38 ans, l'entraîneur a la particularité d'avoir coaché quatre rencontres en Europa League avant d'officier en D1 luxembourgeoise pour la première fois, dimanche dernier à Pétange (0-0).

Des 630 spectateurs présents au stade municipal de Pétange aux 8000 qui seront au stade Josy-Barthel ce soir, il y a un gouffre qui ne donne pas plus mal à la tête que ça aux Differdangeois. Il faut dire que l'équipe compte aussi plusieurs internationaux grand-ducaux. Le plus balaise d'entre eux s'appelle Gilles Bettmer et a disputé la semaine dernière 90 minutes au Portugal (5-0) contre les Ronaldo, Nani et Hugo Almeida. Imaginer qu'il puisse trembler dans l'entrejeu face à Clément Chantôme ou Blaise Matuidi serait une belle connerie. Bettmer, c'est le genre de type victime d'un pays trop petit et mal exploité par les recruteurs étrangers. Au Luxembourg, le gaucher est considéré comme l'un des plus grands talents de ces dix dernières années. L'époque de son association en catégories jeunes avec Miralem Pjanic et Ben Payal fait soulever le cœur des puristes à chaque fois qu'elle est évoquée. Fatigué par son expérience en Allemagne (SC Fribourg, Eintracht Trèves), le milieu de terrain de 22 ans est revenu au bercail il y a un an pour continuer d'enfiler matches de haut-niveau et paquet de chips au même rythme. À Differdange, rien n'est impossible.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Koller du tout-puissant
0 0