Qatar Stars League

Ali Farhat

Mais qui es-tu, le championnat du Qatar ?

La Qatar Stars League reprend ses droits ce weekend. Pour sa quarantième édition officielle, les équipes qataries ont mis une fois de plus la main au portefeuille, réussissant à attirer Raúl, Issiar Dia et Youssouf Hadji à coups de pétrodollars. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un championnat qui fait rêver, mais il est toutefois intéressant de voir comment ça se passe au pays des conquérants du monde moderne. Petite présentation d’un championnat que le Wembley FC rêverait d’intégrer.

Note
7 votes
7 votes pour une note moyenne de 4.64/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Qatar Sports Club Stadium
Qatar Sports Club Stadium
C’est l’histoire d’un petit pays qui veut devenir grand. Le Qatar a beau ne s’étendre que sur un territoire de 11 437 km2, les plus blindés des 200 000 citoyens qataris (sur une population d’un peu plus d’un million d’habitants) se sont mis en tête de conquérir le monde à leur manière. Ça a commencé avec Al-Jazira, ça pourrait continuer avec la Tunisie (voulant profiter du bordel qui règne là-bas, les riches familles qataries se sont mises en tête « d’acheter » le pays en investissant à peu près dans tous les secteurs), et le phénomène prend de l’ampleur en France.

Ça donne des types avec une serviette et un volant sur la tête qui connaissent les Champs-Elysées sur le bout des Doha, des mecs qui font à peu près tout ce qu’ils veulent depuis qu’ils ont réussi à rentrer dans la boîte grâce à un vigile nommé Nicolas S. (pour plus de détails, lire l’excellente enquête menée par Maxime Marchon dans le SF n°88). Dans le domaine du sportif, ça se traduit (entre autres) par l’arrivée d’Al-Jazeera Sport sous le nom de beIN Sport, et bien entendu celle de QSI au PSG. Concrètement, les mecs aiment le foot étranger. Mais comment ça se passe chez eux, en fait?

Gabriel Omar Bastituta, le précurseur

Et bien, ça a l’air de se passer pas mal. L’argent ne fait pas le bonheur, dit-on. Il faut croire que les habitants de l’émirat ne connaissent pas cette citation. Car le cash a clairement permis de développer le championnat local, la Qatar Stars League, surtout depuis 2003. Pour les quarante ans du championnat (même si celui-ci ne fut officiel qu’à partir de la saison 72/73), le comité olympique qatari décide de lâcher pas moins de 10 millions de dollars à chaque club. Le but est simple : attirer jusqu’à quatre stars étrangères afin de donner un élan sérieux au développement du football dans ce pays. Et hop, voici que Gabriel Batistuta se fait prendre dans les filets d’Al Arabi. Dans son sillage, le buteur argentin entraînera plusieurs stars en fin de carrière et qui meurent d’envie de se faire un dernier petit billet au pays du cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, parmi lesquelles Stefan Effenberg, Taribo West, Fernando Hierro, les frères De Boer, Romario et Pep Guardiola, pour ne citer que les plus célèbres (1).

Du coup, « partir au Qatar » est devenue une expression consacrée dans le vocabulaire footballistique. Tout le monde comprend qu’un joueur s’offre un dernier petit plaisir avant de raccrocher définitivement les crampons. Mais pas que : dans le lot, on retrouve aussi de jeunes joueurs. Les exemples Rafael Sóbis et Mauro Zárate sont là pour le prouver ; deux talents sud-américains qui ont décidé de faire un crochet par la Péninsule arabique pour remplir leur compte en banque avant d’offrir du rêve au public européen. Le flouze plutôt que le challenge sportif. En ce sens, le Qatar se pose presque en ancêtre d’un Anzhi Makhachkala, voire d’un Kuban Krasnodar.

La bataille entre Lekhwiya et Al Sadd

Malgré l’arrivée incessante de footballeurs qui jouissent d’une certaine réputation, on ne peut pas dire que la Qatar Stars League fasse vraiment rêver. Toutefois, cette année encore, il sera intéressant de suivre les barouds d’honneur de certains joueurs. Vainqueur du championnat depuis deux ans, le Lekhwiya SC, coaché par Djamel Belmadi, s’appuiera notamment sur des joueurs comme Madjid Bougherra (voire Youssef Msakni), ainsi que sur Issiar Dia. Son concurrent le plus sérieux, Al Sadd (qui détient le record de titres, 12) comptera notamment sur Nadir Belhadj, ainsi que sur sa doublette de feu Raúl-Mamadou Niang. Toujours à Doha, Al Arabi tentera de faire bonne figure, avec Pierre Lechantre en coach et les Marocains Youssouf Hadji et Houcine Kharja, de même qu’Al Gharafa, avec Diego Tardelli, Alex et Mark Bresciano.

Ailleurs, Al Wakrah tente un jumelage avec la ville de Sochaux, au vu de la présence de Mecha Baždarević et de Pierre-Alain Frau, tandis qu’Umm Salal possède un banc de qualité, avec Bertrand Marchand, secondé par Moustapha Hadji et Ali Boumnijel. Quoi qu’on puisse dire, la Qatar Stars League arrivera toujours à nous faire décrocher un sourire, au vu des noms que l’on y retrouve. Reste une chose à savoir : si tous ces joueurs possèdent en fichier mp3 la chanson de Busta Rhymes, Arab Money.

(1) Voici une liste non-exhaustive des principaux joueurs qui évoluent ou qui ont évolué au sein de la Qatar Stars League: Claudio Caniggia, Marcel Desailly, Juninho Pernambucano, Sonny Anderson, Zé Roberto, Sabri Lamouchi, Joseph-Désiré Job, Kaba Diawara, Reynald Pedros, Pascal Nouma, Ebi Smolarek, Victor Bonilla, Fabrice Fiorèse, Isaac Okoronkwo, Salomon Olembé, Roqué Junior, Emile Mpenza, Demetrius Ferreira, Mario Basler, Franck Lebœuf, Victor Ikpeba, Ali Daei, Mauro Zárate, Rafael Sóbis, William Prunier, José-Karl Pierre-Fanfan, Stéphane Ziani, Baky Koné, Aruna Dindane, Abdesslam Ouaddou, Christophe Dugarry, Jay-Jay Okocha, Eric Djemba-Djemba, Mario Melchiot. Sans oublier Lakhadar Belloumi et Abedi Pelé. Bref, un véritable hall of fame.

Suivre Ali Farhat sur Twitter Ali Farhat

Parier sur les matchs de Paris Saint-Germain

 





Votre compte sur SOFOOT.com

5 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Pepèrearnaud le 14/09/2012 à 18:48
      

    Tiens, j'en profite. Ali, je pense l'avoir vu. Sinon: fais parvenir aux "mates" de Projet Panenka que ton nom est bien Farhat et non pas Tarhat, :). Ça fais pas beau de voir une fois le magazine imprimé.

  • Message posté par shevagoool le 14/09/2012 à 20:22
      

    Les salauds :D
    Je vais leur envoyer un mail pour qu'ils corrigent ça; du moins pour l'avenir. Pour ce qui est du mag, c'est foutu. Il est imprimé, et tout, et je me rapproche dangereusement d'Adel Taarabt :-p

    Peace,

    Ali F.

  • Message posté par LaRouv' le 14/09/2012 à 22:06
      

    On me souffle dans l'oreillette qu'El Arabi a rempli à mort ses livrets A, jeune et compte épargne et qu'il est parti "pour le challenge sportif" à Grenade cet été!

  • Message posté par Pepèrearnaud le 14/09/2012 à 23:15
      

    @LaRouv'

    Du coup, s'engager dans la Pozzo way of life, c'est déjà prendre conscience de s'embarquer dans un voyage sportif, :).
    Je l'ai vu à deux reprises avec Granada et ça sent bien différent pour lui que pour Mollo l'année dernière. Il a tout pour commencer à s'épanouir (ça serait le moment quand même). La Liga, c'est tout pa fait l'environnement qui lui convient pour, finalement, s'épanouir. De par ailleurs, Granada présente une équipe bien structurée et avec des éléments dans son effectif qui devraient permettre le club andalous (et le petit marrocain) de s'amuser en Liga. Un bon gardien (cette fois, oui) âgé et avec un grand bagage en Primera, un coeur du jeu bien fourni et varié (les deux Rico -Mikel et Fran-, et deux bon joueurs poumons et avec du coffre et du métier -Iriney et Moisés-), deux arrières de couloir très intéressants et de profil différent et complémentaire (Siqueira et Nyom) et, surtout, une panoplie d'attaquants encourageante: Jaime continue l'aventure (heureusement Dani Benítez est parti -pas mauvais, mais trop vendangeiste et individu.-) et c'est un ailier fin et utile, Orellana est rentré de Vigo et est, de même, un joueur percutant et avec un bon sens du but et de l'animation offensive (un peu trop égoïste avec le ballon, mais bon...) et, quand même, Foro Flores c'est pas Luca Toni des grans jours mais ça reste un attaquant de pointe qui peut engranger un numéro acceptable de buts: en tout cas, Ighalo peut endosser parfaitement le rôle de pointe titulaire (il deviendra un bon attaquant, j'en suis certain -il me rappelle un peu l'ancien sochalien Brown Ideye-). Et toujours la pépite Torje. Espérons que la Liga lui convienne mieux que la Serie A (moi, j'y crois). Le seul hic, la charnière centrale. Pas trop rassuré à ce niveau là. Mais je n'en fais pas un candidat à la descente cette fois-ci.

  • Message posté par B DE BX le 17/09/2012 à 03:00
      

    William Prunier???
    jme souvien du fuck qu il avait fait a lescure avant de partir


5 réactions :
Poster un commentaire